Après leur deuxième défaite de la saison, 41-10 à Hamilton le 28 juin, les Alouettes semblaient se diriger vers une autre saison lamentable. Comme bien d’autres, l’auteur de ces lignes s’était alors interrogé sur le talent de la formation montréalaise, ce que les joueurs du club n’avaient bien sûr pas apprécié, comme vous pouvez le deviner.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Depuis ce temps, les Alouettes ont une fiche de 6-3. Et dans deux de ces trois défaites, ils ont nettement mieux joué que leur adversaire. Ce n’était pas tant un manque de talent, mais plutôt l’incapacité de l’équipe à bien l’utiliser.

L’ancien directeur général Kavis Reed a de loin connu sa meilleure saison morte l’hiver dernier. Il a notamment mis la main sur DeVier Posey, Patrick Levels, Taylor Loffler, Bo Lokombo et Jeremiah Johnson, tous des joueurs de premier plan. En fin de compte, ce sont toutefois Khari Jones, Bob Slowik, André Bolduc et les autres entraîneurs du club qui ont su comment soutirer le maximum des effectifs à leur disposition.

PHOTO PAUL CHIASSON, LA PRESSE CANADIENNE

Vernon Adams fils et William Stanback, respectivement quart-arrière et demi offensif des Alouettes de Montréal

L’émergence de Vernon Adams fils et une meilleure utilisation de William Stanback ont grandement amélioré l’attaque. Menée par Slowik et le secondeur intérieur Hénoc Muamba, la défense joue généralement bien, elle aussi. Cela étant dit, cette équipe n’a pas encore atteint son plein potentiel, ce qui est de très bon augure pour l’automne.

Les départs de Reed et de Mike Sherman, le prédécesseur de Jones, ont d’abord et avant tout servi à améliorer l’ambiance dans l’équipe et autour de celle-ci. Les victoires guérissent bien des maux, mais c’est plus que ça. L’intransigeance de Sherman minait le moral des troupes, alors que le manque de transparence et les demi-vérités de Reed ont grandement nui au club.

Match éliminatoire à Montréal

Avec 12 points au classement et vu l’état actuel du Rouge et Noir d’Ottawa et des Argonauts de Toronto, seul un effondrement total pourrait empêcher les Alouettes de participer aux éliminatoires pour la première fois depuis 2014.

S’ils poursuivent dans la même voie, les Alouettes accueilleront la demi-finale de l’Est (le 10 novembre), s’ils terminent au deuxième rang de leur division, ou la finale de l’Est (le 17 novembre), s’ils finissent au premier. Un match éliminatoire à domicile, voilà qui fera grand bien aux finances de l’équipe.

Ce qui nous amène au dossier de la vente de l’équipe. Lors du match que les Alouettes ont joué à Moncton, le mois dernier, le commissaire Randy Ambrosie a dit au reporter Didier Orméjuste, de RDS, que la ligue continuait de négocier avec quelques acheteurs potentiels, mais s’est gardé d’en dire plus.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Randy Ambrosie, commissaire de la Ligue canadienne de football

C’est une approche qu’Ambrosie aurait dû adopter dès le départ. Lorsqu’une équipe de sport professionnel change de main, les négociations se déroulent discrètement et non pas sur la place publique.

À un certain moment, Ambrosie a pratiquement dit que la vente des Alouettes aux frères Peter et Jeffrey Lenkov n’était plus qu’une formalité, ce qui ne s’est bien sûr pas avéré. C’est sans parler des commentaires dans les médias qu’ont tour à tour formulés Éric Lapointe, Clifford Starke et Vincent Guzzo, qui ont tous eu de l’intérêt pour acheter le club à un moment ou un autre. Six mois plus tard, rien n’est réglé.

Objectif farfelu ?

Les Alouettes attendent leur meilleure foule de la saison cet après-midi. Avec la visite d’une solide équipe comme celle des Blue Bombers de Winnipeg, le match au stade Percival-Molson (16 h) devrait normalement offrir un très bon spectacle sur la montagne.

C’est encore fragile, mais le cauchemar des Alouettes semble enfin derrière nous. L’équipe possède un bel équilibre, aucune faiblesse majeure, et est très habilement dirigée par Jones et ses adjoints.

Cette équipe peut-elle rêver à la Coupe Grey dès cette année ? C’est loin d’être farfelu. Mais un match à la fois, n’est-ce pas ? À commencer par celui face aux meneurs de la division Ouest.

Prochain match : Blue Bombers de Winnipeg c. Alouettes, aujourd’hui (16 h), au stade Percival-Molson

Hélicoptères et bobbleheads

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

John Bowman (7) lors du match contre les Lions de la Colombie-Britannique, la semaine dernière

Comme ils le font chaque année, les Alouettes salueront les Forces armées canadiennes cet après-midi alors que 300 de leurs membres assisteront au match. Deux hélicoptères CH146 Griffon de l’Aviation royale canadienne survoleront le stade Percival-Molson entre 16 h 04 et 16 h 08 pour marquer l’occasion. Par ailleurs, les 5000 premiers spectateurs qui arriveront au stade recevront gratuitement une figurine à tête branlante (bobblehead) de John Bowman, le vétéran chasseur de quarts des Alouettes.

Retour d’Andrew Harris

PHOTO JOHN WOODS, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Andrew Harris (33), demi offensif des Blue Bombers de Winnipeg, a été suspendu pour deux matchs après avoir échoué à un test antidopage.

Les Blue Bombers sont toujours privés de leur quart-arrière Matt Nichols, qui est blessé au haut du corps, mais ils pourront compter sur leur porteur de ballon Andrew Harris aujourd’hui. Suspendu pour deux matchs après avoir échoué à un test antidopage, Harris sera de retour dans la formation des Bombers, lui qui mène toujours la LCF avec 908 verges au sol malgré son absence de deux parties. Le remplaçant de Nichols, Chris Streveler, un quart-arrière bâti comme un secondeur, occupe le septième rang du circuit avec 406 verges au sol. La défense des Alouettes devra donc mieux jouer contre la course que la semaine dernière à Regina.

Ackie et Johnson absents

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Jeremiah Johnson (24) sera laissé de côté pour le match d’aujourd’hui, lui qui avait subi une commotion cérébrale le 6 septembre dernier.

Même s’ils se sont entraînés avec l’équipe à une ou deux reprises cette semaine, le secondeur Chris Ackie et le demi offensif Jeremiah Johnson rateront un deuxième match de suite du côté des Alouettes. Ackie serait blessé à une hanche. Puisque c’est l’Américain Tevin Floyd qui remplacera le Canadien Ackie comme secondeur du côté court, Johnson sera laissé de côté, lui qui avait subi une commotion cérébrale le 6 septembre dernier. Le demi canadien Shaquille Murray-Lawrence sera donc le deuxième porteur de ballon derrière William Stanback.