Les quatre équipes de cette division peuvent réalistement viser le premier rang. Elles ont une autre chose en commun: des quarts-arrières avec beaucoup de pression sur eux. Kirk Cousins et Matthew Stafford doivent démontrer qu’ils peuvent gagner en janvier, alors que Mitchell Trubisky n’a toujours pas prouvé hors de tout doute qu’il était la solution à long terme chez les Bears. Pour ce qui est d’Aaron Rodgers, c’est à l’extérieur du terrain qu’il y a des doutes à son sujet. Peut-il redevenir le leader qu’il semblait être à ses premières saisons avec les Packers?

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

BEARS DE CHICAGO

Après l’étonnante saison des Bears en 2018, les attentes sont très élevées à Chicago. Peut-être même un peu trop pour une équipe qui n’a pas gagné un match éliminatoire en plus de huit ans.

La défense des Bears a été dominante la saison dernière et devrait l’être à nouveau cette année. Il n’y a aucun maillon faible dans un groupe de partants qui peut compter sur plusieurs joueurs de premier plan, dont Khalil Mack, Akiem Hicks, Roquan Smith, Eddie Jackson et Kyle Fuller.

Il y a toutefois des doutes de l’autre côté du ballon, à commencer par Mitchell Trubisky. Le quart de 25 ans a été repêché avant l’arrivée de l’entraîneur-chef Matt Nagy et on peut se demander si ce dernier est convaincu que Trubisky représente la solution à long terme.

Outre le garde Kyle Long, le talent est limité sur la ligne à l’attaque, et le porteur Jordan Howard a été échangé aux Eagles de Philadelphie. L’explosif Tarik Cohen et la recrue David Montgomery, choix de troisième tour et le premier joueur sélectionné par les Bears, partageront le travail au poste de demi offensif. Le style de jeu de Howard ne cadrait pas bien dans le système offensif de Nagy, mais son absence laisse tout de même un vide sur le plan de la robustesse.

Le groupe de receveurs en est un de milieu de peloton. Allen Robinson est le meilleur de l’unité, qui compte aussi sur le rapide Taylor Gabriel et sur Anthony Miller, qui a marqué sept touchés à sa première saison l’année dernière.

La défense des Bears est à ce point talentueuse qu’elle pourrait leur permettre de se rendre jusqu’en finale de la Nationale à elle seule ou presque. Mais afin de se rendre jusqu’au bout et de remporter le Super Bowl pour la première fois en 34 ans, les Bears devront obtenir un apport substantiel de Trubisky et de leur attaque.

Le chiffre: 1

La défense des Bears a terminé au premier rang de la NFL pour les points, les verges, les verges par la passe et les interceptions la saison dernière. Elle a terminé troisième contre le jeu au sol.

Prédiction: 11-5

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Stefon Diggs

VIKINGS DU MINNESOTA

Les Vikings croyaient avoir ajouté la pièce manquante à leur casse-tête grâce à l’embauche de Kirk Cousins il y a un an et demi. Or, Cousins était vu comme un quart-arrière moyen par la majorité des observateurs, et sa première campagne au Minnesota n’a rien fait pour changer leur opinion : fiche de 8-7-1.

L’entraîneur-chef Mike Zimmer et les Vikes s’attendent à beaucoup plus cette saison. Leur défense est l’une des cinq plus talentueuses de la ligue ; Stefon Diggs et Adam Thielen forment peut-être la meilleure paire d’ailiers espacés ; et s’il reste en santé, Dalvin Cook devrait se retrouver parmi les meneurs chez les demis pour le nombre total de verges grâce à sa polyvalence.

Le centre Garrett Bradbury a été repêché au premier tour, question d’améliorer une ligne offensive qui en arrache depuis longtemps. Mais est-ce que ce sera suffisant ? On peut certainement en douter. Jusqu’à preuve du contraire, Cousins est un quart-arrière correct, sans plus, qui devra jouer derrière une ligne qui a beaucoup de difficulté en protection de passe. C’est inquiétant.

Si les Vikings franchissent le premier tour éliminatoire en janvier, ce sera donc fort probablement grâce à leur défense, dont les membres-clés sont Danielle Hunter, Linval Joseph, Anthony Barr, Xavier Rhodes et Harrison Smith.

Le chiffre: 215

Kirk Cousins a la chance de pouvoir lancer le ballon à deux ailiers espacés étoiles, Stefon Diggs et Adam Thielen. La paire de receveurs a totalisé 215 attrapés et 2394 verges la saison dernière. Diggs et Thielen ont marqué neuf touchés chacun.

Prédiction: 10-6

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Matthew Stafford

LIONS DE DETROIT

La première saison de Matt Patricia avec les Lions a été un échec. L’équipe n’a remporté que six victoires, sa plus faible récolte depuis 2012.

Patricia et le DG Bob Quinn, deux anciens employés des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, n’ont pas chômé afin d’améliorer leur équipe. La plus grosse prise a été celle de l’ailier défensif Trey Flowers, qui a accepté un contrat de 90 millions pour cinq ans après avoir joué ses quatre premières saisons à Foxborough.

Remercié par les Packers de Green Bay en juillet, le plaqueur Mike Daniels a choisi de poursuivre sa carrière avec les Lions parce qu’il estime que Patricia est un génie, rien de moins. Ajoutez l’imposant Damon Harrison, obtenu des Giants de New York dans une transaction l’automne dernier, et vous vous retrouvez avec une ligne défensive qui ne sera pas reposante pour l’adversaire.

Le secondeur Jarrad Davis et le demi de coin Darius Slay sont des joueurs étoiles et les Lions ont repêché quatre joueurs défensifs du deuxième au cinquième tour en avril. Davis ratera toutefois le début de la saison en raison d'une entorse à une cheville.

En attaque, les Lions ont jugé que la position d’ailier rapproché était la première qui devait être améliorée. Ainsi, l’ancien des Steelers Jesse James a été embauché, puis l’équipe a sélectionné T.J. Hockenson, considéré comme le meilleur ailier rapproché disponible par une majorité d’analystes, au premier tour du repêchage.

Le vétéran C.J. Anderson est le nouveau réserviste du porteur Kerryon Johnson, qui a bien fait à sa première saison. Le groupe d’ailiers espacés est décent avec Kenny Golladay, Marvin Jones fils et Danny Amendola, tandis que la ligne à l’attaque devrait être respectable grâce aux bloqueurs Taylor Decker et Rick Wagner et au garde Frank Ragnow.

Ce qui nous amène au joueur le plus important de l’équipe, le quart Matthew Stafford. Dix ans après avoir été le premier choix du repêchage, Stafford est toujours à la recherche d’une première victoire dans un match éliminatoire. L’édition actuelle des Lions est certainement assez talentueuse afin que Stafford puisse à tout le moins les mener à une saison gagnante.

Le chiffre: 0

Même s’il a été ennuyé par quelques blessures au cours de cette période, Matthew Stafford n’a pas raté un seul match lors des huit dernières saisons. Il montre toutefois un dossier médiocre de 66-75 depuis le début de sa carrière.

Prédiction: 9-7

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Davante Adams

PACKERS DE GREEN BAY

La grande question à Green Bay est de savoir si le mariage entre Matt LaFleur et Aaron Rodgers sera heureux. LaFleur succède à Mike McCarthy, qui a été remercié au cours de sa 13e saison comme entraîneur-chef de l’équipe. La relation entre McCarthy et Rodgers semblait tendue depuis plusieurs années et ne cessait de se dégrader, selon les informations qui ont circulé.

LaFleur n’a passé qu’une seule saison comme coordonnateur offensif avec les Rams de Los Angeles (2017) et avec les Titans du Tennessee (2018). Qui plus est, il n’a jamais été un entraîneur-chef. Le trentenaire fera-t-il le poids si Rodgers, dont la réputation de prima donna ne fait que grandir, se montre récalcitrant ?

L’écart de talent entre l’équipe qui entourait Rodgers lorsqu’il a gagné le Super Bowl, en février 2011, et celle-ci est considérable. À part Davante Adams, c’est très maigre chez les ailiers espacés, et il est très peu probable que Jimmy Graham puisse redevenir l’ailier rapproché productif qu’il était avec les Saints de La Nouvelle-Orléans.

Rodgers a souvent été malmené derrière une ligne offensive qui a régressé dans les dernières années. À l’exception du bloqueur à gauche David Bakhtiari, aucun membre du quintette ne peut être considéré comme une valeur sûre, que ce soit à cause de blessures à répétition ou d’inconstance dans le jeu.

La défense des Packers a terminé dans la deuxième moitié du circuit dans la plupart des catégories en 2018. Pour remédier à la situation, les Packers ont embauché un trio de joueurs partants sur le marché de l’autonomie (les secondeurs Za’Darius Smith et Preston Smith, et le demi de sûreté Adrian Amos), en plus de repêcher l’ailier défensif Rashan Gary et le demi de sûreté Darnell Savage avec leurs deux premiers choix.

Le chiffre: 5

Les Packers disputeront cinq matchs à des heures de grande écoute cette saison, ce qui semble beaucoup pour une équipe qui n’a gagné que six fois la saison dernière. La NFL a toutefois joué de prudence puisque quatre de ces cinq parties auront lieu en septembre et en octobre, alors que les Packers devraient être encore dans la lutte.

Prédiction: 7-9