Les Cowboys de Dallas semblent légèrement plus talentueux que les Eagles de Philadelphie à l’aube de la nouvelle saison, mais ces derniers ont prouvé qu’ils savaient comment gagner au cours des dernières années. La bataille entre les deux grands rivaux s’annonce des plus intéressantes au sommet de l’Est de la Nationale. À Washington, les Redskins sont synonymes de médiocrité depuis des décennies, tandis qu’au New Jersey, les Giants préparent l’après-Eli Manning.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

EAGLES DE PHILADELPHIE

En incluant les éliminatoires, Carson Wentz a raté 13 des 24 derniers matchs des siens en raison de blessures à un genou et au dos. Mais les Eagles n’ont plus le luxe de pouvoir compter sur une police d’assurance comme Nick Foles, le joueur par excellence du 52e Super Bowl faisant maintenant partie des Jaguars de Jacksonville.

Heureusement pour le fragile Wentz, la ligne à l’attaque des Eagles est l’une des plus performantes de la NFL grâce à des joueurs comme Jason Kelce, Lane Johnson et Jason Peters. Kelce et Peters ont repoussé la retraite d’au moins une année, mais les Eagles ont tout de même regardé vers l’avenir en repêchant le bloqueur Andre Dillard au premier tour en avril dernier.

Les Eagles ont rapatrié le rapide DeSean Jackson, qui se joindra à Alshon Jeffery, Nelson Agholor, Zach Ertz et Dallas Goedert pour former un très bon groupe de receveurs. Il y a un peu de tout dans cette unité, et on peut dire sensiblement la même chose de celle des demis offensifs. Acquis des Bears de Chicago, Jordan Howard devrait être le partant, mais plusieurs joueurs se partageront le boulot.

L’attaque des Eagles devrait faire partie des 10 meilleures de la NFL, mais c’est plus incertain du côté de la défense. Plusieurs joueurs prometteurs n’ont toujours pas éclos, notamment l’ailier défensif Derek Barnett et les demis de coin Sidney Jones et Rasul Douglas, qui ont tous été repêchés en 2017.

Malik Jackson et l’excellent Fletcher Cox formeront l’une des plus talentueuses et imposantes paires de plaqueurs du circuit, alors que Malcolm Jenkins, Brandon Graham, Nigel Bradham et Ronald Darby sont solides. Mais pour le reste, il n’y a aucune valeur sûre de ce côté du ballon.

L’ego de Wentz en a pris un coup au cours des deux dernières années. En plus des blessures et du fait d’avoir vu Foles soulever le trophée Lombardi, le leadership du jeune quart a été remis en doute par certains membres de l’équipe sous le couvert de l’anonymat l’hiver dernier. Wentz a notamment été qualifié de joueur égoïste et intransigeant. Fera-t-il taire ses détracteurs avec une grosse saison ?

Le chiffre : 116

Zach Ertz a établi un nouveau record de la NFL pour un ailier rapproché en captant 116 passes la saison dernière. Ertz et Travis Kelce, des Chiefs de Kansas City, doivent actuellement être considérés comme les deux meilleurs ailiers rapprochés.

Prédiction : 11-5

PHOTO SHABAN ATHUMAN, AP

Dak Prescott (4)

COWBOYS DE DALLAS

Jerry Jones aura 77 ans en octobre et il piaffe d’impatience. Depuis leur dernière victoire au Super Bowl, il y a 24 ans, les Cowboys n’ont plus jamais même atteint une seule finale d’association. Un peu gênant pour une franchise qui se targue d’être « l’équipe de l’Amérique ».

Leurs chances de batailler pour le titre de la Nationale en 2019 semblaient pourtant très bonnes il y a quelques mois. Mais l’absence d’Ezekiel Elliott, qui est à la recherche d’un méga-contrat, change la donne pour le moment. Si les histoires de contrat viennent perturber l’unité des troupes, les Cowboys risquent de décevoir cet automne.

Mais lorsque tout le monde est présent et en santé, la formation des Cowboys est aussi talentueuse que n’importe quelle autre équipe. Elliott, le quart Dak Prescott et les receveurs Amari Cooper, Michael Gallup et Randall Cobb, qui remplacera Cole Beasley, forment un très bon noyau, et la ligne à l’attaque devrait rebondir avec le retour au jeu du centre Travis Frederick, qui a raté la dernière saison parce qu’il était affecté par le syndrome de Guillain-Barré.

Notons également le retour de l’ailier rapproché Jason Witten. Après une saison difficile au micro de Monday Night Football comme analyste, Witten a décidé de remettre ses crampons.

Le chasseur de quarts Demarcus Lawrence a signé un contrat de 105 millions pour cinq ans et les Cowboys ont obtenu Robert Quinn pour occuper l’autre poste d’ailier défensif. Une embauche rendue nécessaire par le faible apport des jeunes Taco Charlton et Randy Gregory.

Byron Jones est le meilleur joueur d’une tertiaire qui n’est pas vilaine, tandis que le trio de secondeurs formé de Jaylon Smith, Leighton Vander Esch et Sean Lee représente une force. Somme toute, la défense des Cowboys a le talent pour faire le travail, même si elle n’est pas aussi forte que l’attaque.

Le chiffre : 0

Au terme de celle-ci, il n’y a aucune autre année prévue au contrat de Jason Garrett. Le message semble clair : si l’équipe ne joue pas à la hauteur des attentes, Jerry Jones et les Cowboys procéderont à un changement d’entraîneur-chef en 2020.

Prédiction : 10-6

PHOTO DOUGLAS DEFELICE, USA TODAY SPORTS

Ryan Kerrigan (91)

REDSKINS DE WASHINGTON

Les Redskins ont dû réajuster leur plan à la suite de la très sérieuse blessure à une jambe qu’a subie Alex Smith, l’an dernier. Ils ont d’abord acquis Case Keenum, qui poursuit ainsi son tour du circuit après avoir changé d’équipe pour la quatrième fois en cinq ans. Keenum cédera toutefois son poste à Dwayne Haskins avant longtemps. Premier choix du club en avril, Haskins devrait être le quart partant au plus tard en septembre 2020.

Le travail des quarts-arrières ne sera pas facile. Le groupe d’ailiers espacés des Redskins est l’un des plus faibles de la NFL. Josh Doctson n’a jamais joué comme le premier choix qu’il a été en 2016 et Paul Richardson est idéalement un joueur de soutien. En revanche, Jordan Reed est un ailier rapproché de premier plan lorsqu’il est en santé.

Le jeu au sol devrait être productif. À 33 ans, Adrian Peterson a démontré qu’il y avait encore de l’essence dans son réservoir avec une récolte de 1042 verges la saison dernière. Choix de deuxième tour en 2018, Derrius Guice ajoutera de la vitesse et de l’explosion à la position s’il est rétabli de la blessure à un genou qui lui a fait rater toute sa première saison.

C’est en défense que se trouve la force des Redskins, particulièrement sur la première ligne. Les plaqueurs Jonathan Allen et Daron Payne, deux anciens du Crimson Tide d’Alabama, sont très imposants, et l’ailier Ryan Kerrigan est l’un des chasseurs de quarts les plus constants de la ligue. Kerrigan a réussi 84,5 sacs en 128 matchs et au moins 7,5 à chacune de ses huit saisons.

Les Redskins ont obtenu un second choix de premier tour, le 26e au total, afin de repêcher Montez Sweat, qui devrait être l’autre partant de la ligne défensive. Il est moins fort, mais plus rapide que Kerrigan.

Le nouveau venu Landon Collins, anciennement des Giants de New York, et le vétéran Josh Norman sont les têtes d’affiche de la tertiaire. Sur la deuxième ligne, les Redskins espèrent que Reuben Foster restera dans le droit chemin et qu’il exploitera son potentiel après un début de carrière à oublier chez les 49ers de San Francisco.

Le chiffre : 28

La dernière fois que les Redskins ont gagné plus de 10 matchs au cours d’une saison, c’était il y a 28 ans, en 1991. L’équipe de Joe Gibbs avait alors terminé le calendrier avec une fiche de 14-2 avant de remporter le Super Bowl pour la troisième et dernière fois. 

Prédiction : 6-10

PHOTO ROBERT DEUTSCH, USA TODAY SPORTS

Saquon Barkley (26)

GIANTS DE NEW YORK

Le DG Dave Gettleman a sélectionné trois espoirs au premier tour du dernier repêchage et espère avoir trouvé la pierre angulaire de son attaque, le quart-arrière Daniel Jones, et de sa défense, l’immense plaqueur Dexter Lawrence, avec les deux premiers choix.

Même s’il a bien fait durant le camp d’entraînement, Jones commencera probablement la saison sur le banc. À moins que son jeu ne régresse encore, Eli Manning sera le quart partant des G-Men pour au moins une autre saison, lui dont le contrat viendra à échéance en mars.

Que ce soit Manning ou Jones, la tâche du quart-arrière s’annonce ardue. Les Giants ont échangé Odell Beckham fils aux Browns de Cleveland, et leur grosse acquisition sur le marché de l’autonomie, Golden Tate, ne jouera pas avant octobre. L’ailier espacé a été suspendu quatre matchs après avoir échoué à un test antidopage.

Corey Coleman, un autre nouveau venu, ratera quant à lui toute la saison après s’être déchiré le ligament croisé antérieur d’un genou en juillet. Afin que le jeu aérien puisse offrir un minimum de production, les jeunes Evan Engram et Sterling Shepard devront donc monter leur niveau de jeu d’un cran.

La situation est moins problématique au sol, alors que Saquon Barkley a rapidement pris sa place dans l’élite des demis offensifs de la NFL. Et grâce à quelques ajouts judicieux au cours des 18 derniers mois, la ligne offensive a été nettement améliorée.

La défense sera reconstruite au cours des prochaines années et le choix de Lawrence est une très bonne façon de commencer le processus. L’ancien de l’Université Clemson occupera presque toujours deux joueurs de ligne à l’attaque, ce qui permettra aux autres joueurs de l’unité de réussir des jeux.

Avec leur dernier choix de premier tour, les Giants ont sélectionné Deandre Baker, un demi de coin qui se démarque par sa combativité et son intensité. Le demi de sûreté Jabrill Peppers a été obtenu dans la transaction impliquant Beckham et il est une autre pièce autour de laquelle les Giants pourront construire.

Le chiffre : 2028

Choisi au 2e rang du repêchage de 2018, Saquon Barkley n’a pas déçu à son premier tour de piste. Le demi offensif a obtenu 1307 verges en 261 courses et 721 en 91 attrapés pour un total de 2028. Il a également marqué 15 touchés.

Prédiction : 4-12