Lorsque Jeremiah Masoli des Tiger-Cats s’est déchiré le ligament croisé antérieur, à la fin juillet, il est devenu le dernier d’une longue série de quarts à tomber au combat cette saison.

John Chidley-Hill
La Presse canadienne

Six quarts ont été blessés au fil des sept premières semaines de la saison, et certains de leurs remplaçants ont aussi joint les rangs des éclopés. Les joueurs et les entraîneurs n’appuient pas sur le bouton panique, par contre.

« C’est comme ça cette année. Je pense que ça va et vient, estime l’entraîneur-chef des Eskimos d’Edmonton, Jason Maas, qui a également passé 11 ans dans la LCF en tant que quart.

« Je ne saurais vraiment pas l’expliquer. Chaque blessure est différente, aussi. Peut-être qu’on devrait se pencher sur la question après la campagne, mais pour le moment, c’est dur d’avancer quoi que ce soit. »

Les quarts blessés incluent Masoli, Zach Collaros (commotion cérébrale), Bo Levi Mitchell (muscle pectoral déchiré), Dominique Davis (jambe inférieure), James Franklin (ischio-jambier) et Antonio Pipkin (jambe inférieure).

PHOTO MARK TAYLOR, LA PRESSE CANADIENNE

Zach Collaros

« Je pense que c’est une coïncidence, a dit Cody Fajardo, le quart réserviste des Roughriders, qui a pris le relais de Collaros. Ce dernier a depuis été échangé aux Argonauts, qui sont à la recherche d’un quart depuis la blessure de Franklin.

« Le football professionnel est un sport dangereux. Nous savons dans quoi nous nous engageons. Les contacts sont constants, parfois dans des positions peu confortables. »

Chez les Alouettes, Vernon Adams fils a remplacé Pipkin, blessé lors du premier match des Oiseaux, à Edmonton. Puis, le 2 août, Adams a subi un coup à la tête qui l’a placé dans le protocole des commotions de la ligue. Pipkin est alors revenu dans la mêlée.

« C’est vraiment de la malchance. C’est enrageant, a dit Pipkin, avant qu’Adams se blesse. Je ne suis pas habitué à être blessé. Je n’avais jamais raté un match à cause d’une blessure. Quand je suis sur le terrain, je prie simplement pour ma sécurité, celle de mes coéquipiers et de mes adversaires, bien honnêtement. »

PHOTO PETER MCCABE, LA PRESSE CANADIENNE

Antonio Pipkin

Les joueurs et les entraîneurs de la ligue disent qu’une grande partie des blessures sont le fruit du hasard.

« La LCF a progressé à chaque année au niveau de la protection des quarts, avec les règlements, a mentionné Nick Arbuckle, le remplaçant de Mitchell avec les Stampeders. Il arrive parfois des choses bizarres comme la blessure de Masoli, sans qu’il y ait eu de contact. Vous ne pouvez pas vraiment le prévenir. »

L’absence de quarts bien connus a contribué à un début de saison difficile pour la LCF.

La fréquentation est en baisse, avec une foule moyenne de 22 714 spectateurs, contre 23 856 l’an dernier. De plus, la LCF a pris le contrôle des Alouettes de l’homme d’affaires américain Bob Wetenhall et de son fils Andrew, le 31 mai. On n’a pas encore trouvé un nouveau propriétaire.