Les Argonauts de Toronto sont toujours à la recherche de leur première victoire de la saison. Le Rouge et Noir d’Ottawa, de passage à Montréal vendredi soir, a perdu ses quatre derniers matchs. Premiers dans l’Est, les Tiger-Cats de Hamilton devront se passer de leur quart étoile Jeremiah Masoli pour le reste de la saison.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Forts de leur série de trois victoires, les Alouettes doivent-ils maintenant être considérés comme les favoris de la division Est ? Pas si vite, nous ont-ils répondu, hier. De retour à l’entraînement après la deuxième de leurs trois semaines de congé de la saison, les Als ont répété à l’unisson le message de leur pilote Khari Jones.

« J’ai expliqué à nos joueurs que ça ne changeait rien pour nous, ce qui se passait du côté de Hamilton, d’Ottawa ou de Toronto », a dit Jones quant à l’impact qu’aura la blessure de Masoli, qui s’est déchiré le ligament croisé antérieur d’un genou, vendredi soir.

« On doit s’assurer d’avoir une fiche de 4-2 à la fin de notre prochain match, voilà tout », a poursuivi Jones.

« Vous allez trouver ça plate comme réponse, mais on est vraiment concentrés sur Ottawa en ce moment. C’est un match de quatre points, et si on le gagne, on se distancera d’Ottawa au deuxième rang. Mais si on le perd, on reviendra à la case départ », a rappelé l’entraîneur des demis offensifs, André Bolduc.

Les Tiger-Cats ont amassé 10 points à leurs six premiers matchs de la saison, mais la suite des choses s’annonce beaucoup plus difficile sans Masoli. L’incertitude à la position la plus essentielle est presque aussi importante chez les Argonauts et le Rouge et Noir.

À Montréal, cela fait cinq ou six ans qu’il y a un énorme point d’interrogation au poste de quart. Vernon Adams fils a toutefois remporté ses trois derniers départs. Hier, Jones a confirmé qu’il resterait le partant jusqu’à nouvel ordre.

Je suis très confiant et à l’aise avec la façon dont il joue. On veut qu’il poursuive sa progression. Je ne vais pas faire de grande annonce à ce sujet, mais je suis très satisfait du jeu de Vernon et je pense qu’il peut faire le travail.

L’entraîneur-chef des Alouettes, Khari Jones

Khari Jones, n’a pas voulu dire hier si Antonio Pipkin serait de retour dans la formation, vendredi soir. Rappelons que Pipkin s’est blessé à une cheville lors du premier match de la saison. Il s’est entraîné avec ses coéquipiers en prenant quelques répétitions avec les partants, hier.

« On continue d’évaluer Antonio afin de nous assurer qu’il est parfaitement rétabli, mais Vernon a démontré qu’il était capable de gagner des matchs et fait du très bon boulot », a dit Jones.

Bien qu’il apprécie le vote de confiance de Jones, Adams veut éviter de s’emballer. Une journée et un match à la fois.

« Que je sois le partant ou non, je vais travailler fort tous les jours afin de m’améliorer. Ça ajoute à ma confiance [de savoir qu’il restera le partant], mais on veut seulement continuer d’empiler les victoires actuellement. Notre but, c’est d’avoir une fiche de 4-2 à la fin de cette semaine, c’est tout ce qui compte. On veut juste s’améliorer et être une équipe gagnante. »

Pas comme Manziel

Curieusement, Pipkin a vécu une situation quasi identique l’année dernière, à la différence que c’est lui qui avait obtenu le poste de quart partant au détriment de Johnny Manziel. Pipkin avait remporté deux victoires de suite alors que Manziel se remettait d’une commotion cérébrale.

Mais contrairement à Manziel, qui s’était offusqué de la décision de l’équipe de laisser Pipkin dans la mêlée après ses deux victoires, ce dernier ne fera aucune vague.

« Je vais faire la même chose que l’an dernier en étant un bon coéquipier. Ce sont des choses que je ne contrôle pas, alors mon approche ne changera pas. Je vais me présenter au travail tous les jours et je vais continuer de bien me préparer. 

« Honnêtement, ce qui m’importe le plus, c’est de gagner. Je comprends donc la décision de l’équipe. Je sais que j’obtiendrai un jour une autre chance de jouer. Je ne vais pas devenir un cancer dans le vestiaire ou au sein de notre groupe de quarts-arrières », a lancé Pipkin.

C’est évident qu’on ne peut pas retirer Vernon de la formation partante, à moins qu’il se casse une jambe. Je pense que tout le monde comprend ça.

André Bolduc, entraîneur des demis offensifs

« Il a une fiche de 6-2 comme quart partant dans la LCF. C’est un joueur dynamique, qui devait tout simplement gagner de l’expérience. Ça prend parfois quelques années pour qu’un quart-arrière soit confortable. Il est en train de devenir un bon quart, qui prend de bonnes décisions. Puis c’est certain que l’attaque au sol l’aide. »

En effet. Utilisé plus souvent au cours des trois derniers matchs des siens, William Stanback mène la LCF avec 504 verges au sol et il a marqué 4 touchés.

« C’est très agréable de pouvoir jouer un rôle important dans les succès de l’équipe. L’ambiance dans le vestiaire est vraiment bonne, il y a beaucoup d’entraide et de camaraderie. C’est l’une des raisons pour lesquelles on gagne, a commenté Stanback.

« On a eu quelques semaines de congé depuis le début de la saison, alors je me sens bien physiquement. La saison est encore jeune, mais je ne traîne aucune blessure. »

Et si Stanback dispute la plupart des 18 rencontres des Alouettes, Bolduc s’attend à ce que son poulain connaisse une campagne mémorable. « Il peut être le meilleur joueur de la ligue s’il reste en santé. »

Prochain match : Rouge et Noir d’Ottawa c. Alouettes, vendredi, 19 h, au stade Percival-Molson