Avant la victoire des Alouettes samedi à Regina, Boris Bede connaissait un début de saison difficile. L'entraîneur Mike Sherman avait même fait savoir à quelques reprises déjà au botteur français qu'il s'attendait à plus de lui.

Miguel Bujold LA PRESSE

Bede a enfin été à la hauteur contre les Roughriders. Il a réussi ses cinq tentatives de placement; il a coincé les Riders profondément dans leur territoire à quelques reprises à l'aide de superbes bottés de dégagement; et il a même terminé le match avec deux plaqués. C'est un rendement qui a valu le titre du meilleur joueur de la semaine sur les unités spéciales dans la LCF à l'ancien du Rouge et Or de Laval.

«Je ne sais pas si c'était le meilleur match de ma carrière, mais c'était mon meilleur cette saison. Ça s'est bien passé et tout commence à se mettre en route. On commence à trouver une bonne synchronisation et le match s'est bien déroulé», a commenté Bede, mardi.

Lors des deux premiers matchs de la saison, Bede a manqué plusieurs bottés de dégagement. Il avait également raté la cible sur des bottés de précision à quelques reprises durant le calendrier préparatoire.

«Je n'avais pas performé à la hauteur de mes compétences depuis le début de la saison. Je pense que ça prend un temps d'adaptation à chaque année», a-t-il estimé.

Sherman a-t-il été rassuré par le rendement de son botteur? «C'est certainement le meilleur match que je l'ai vu jouer. Alors, oui, c'est rassurant.»

Bede s'est illustré à plusieurs occasions en Saskatchewan. C'est toutefois son dernier botté de précision de la soirée qui lui a donné le plus de satisfaction. Un placement de 45 verges qui donnait une avance de 8 points aux Alouettes avec moins de 3 minutes à jouer au quatrième quart.

«C'était un botté très important. Je me sentais comme lors des éliminatoires avec l'Université Laval!»

Les périodes heureuses peuvent cependant être très éphémères dans la vie d'un botteur. Mais Bede estime avoir déterminé l'une des sources de ses difficultés en début de saison.

«Je me suis rendu compte que j'avais tendance à trop embarquer dans l'émotion du match. J'étais parfois trop content ou trop déçu. Je dois arriver à trouver une ligne constante.»

Mathews avec les partants

Blessé au cou au troisième quart du match de samedi, Drew Willy s'est entraîné à l'écart de ses coéquipiers et sans équipement, mardi. Sherman a indiqué que son cas serait réévalué quotidiennement.

C'est donc Jeff Mathews qui a dirigé la première unité offensive. Sherman n'a pas voulu dire si Mathews serait son quart partant lors de la visite du Rouge et Noir d'Ottawa au stade Percival-Molson, vendredi soir, en cas d'absence de Willy. Vernon Adams fils ou Matthew Shiltz, qui a recommencé à s'entraîner avec l'équipe mardi, sont les autres candidats.

Arrivé avec l'équipe il y a quelques semaines, Mathews n'a pas mal fait lorsqu'il a remplacé Willy face aux Roughriders, complétant 8 de ses 12 passes pour des gains de 98 verges.

«On gagne ou on perd, et on l'a emporté, et c'est la chose la plus importante. Les autres joueurs de l'attaque m'ont aidé en élevant leur niveau de jeu et la défense a été formidable», a commenté Mathews, qui était au Montana lorsqu'il a reçu l'appel des Alouettes.

«Ça fait partie du football. C'est un milieu un peu fou avec des hauts et des bas. Ce serait super d'obtenir l'occasion de jouer [vendredi soir].»

De son côté, Shiltz ne sait pas s'il serait en mesure de jouer dès cette semaine. Blessé à la cage thoracique lors du premier match préparatoire de l'équipe, le 31 mai, le quart-arrière n'a pas pu s'entraîner avec ses coéquipiers pendant plus d'un mois.

«Je dois retrouver mon synchronisme et une certaine zone de confort avec mes coéquipiers. Jeff a très bien joué samedi soir et nous a permis de l'emporter. Lui et Vernon sont deux bons quarts, alors on verra bien.»

Le premier choix de 2019 dès maintenant

Blessé à un pied face aux Roughriders, Philip Blake était absent, mardi. Sherman a indiqué que son cas serait également réévalué au jour le jour.

Si Blake est incapable de jouer, c'est Xavier Fulton qui occupera vraisemblablement le poste de bloqueur à gauche contre Ottawa. Mais dans un avenir pas si lointain, cette position pourrait être celle d'un certain Tyler Johnstone.

Parce qu'il a obtenu son statut de joueur national après le repêchage, Johnstone n'a pu être sélectionné en mai dernier. Les Alouettes l'ont toutefois réclamé lors du repêchage supplémentaire.

Puisque les Alouettes ont terminé au dernier rang de la LCF en 2017, ils avaient la priorité sur les huit autres équipes du circuit. Ils n'auront toutefois pas de premier choix en 2019 à la suite du choix de Johnstone.

Âgé de 25 ans, Johnstone a fait partie des Chargers de Los Angeles en 2016. Il a été le bloqueur à gauche des Ducks de l'Université de l'Oregon, avec lesquels il a disputé 39 matchs entre 2012 et 2015.

Johnstone n'a toujours pas signé de contrat avec les Alouettes, mais on peut présumer que ce n'est qu'une formalité s'ils ont sacrifié leur première sélection au repêchage de l'année prochaine afin de l'obtenir.

Rouge et Noir d'Ottawa c. Alouettes, vendredi (19h30) au stade Percival-Molson