Trois passes de touché d'Anthony Calvillo en première demie et des bons débuts de Brandon Whitaker et de Sean Whyte ont permis aux Alouettes de remporter leur match inaugural par la marque de 30 à 26 face aux Lions de la Colombie-Britannique, jeudi soir, devant 22 317 spectateurs au stade Percival-Molson.

Pascal Milano LA PRESSE

Après une première demie largement dominée par les Oiseaux, Calvillo et ses coéquipiers se sont mis en mode résistance par la suite pour stopper une remontée des Lions. De l'aveu même de l'entraîneur Marc Trestman, la deuxième demie a été plus difficile pour son clan.

«Nous étions brouillons lors de certaines remises. Nous avons concédé trop de pénalités qui ont mis fin à nos séries. Comme j'ai dit aux gars, c'est toujours difficile de gagner dans la Ligue canadienne. Lors de certains matchs, ce genre d'erreurs nous coûtera plus cher.»

«Cela n'a pas été une belle victoire, mais cela reste quand même une victoire, a ajouté le maraudeur Étienne Boulay. On profite du fait que l'on a gagné, puis demain ou après-demain, on regardera les vidéos pour nous préparer pour notre match en Saskatchewan (le 9 juillet).»

Un touché rapide

La présentation de la Coupe Grey et le dévoilement de la bannière de champions avant le début du match a donné de bonnes idées à l'attaque des Alouettes. Après seulement trois minutes d'écoulées au premier quart, Calvillo a repéré S.J Green sur 51 verges et a permis aux Montréalais d'inscrire leur premier touché de leur saison.

Après une transformation réussie, le nouveau botteur de précision Whyte, ou l'héritier de Duval, a heurté le poteau sur une tentative de 35 verges. Il a ainsi gâché un rare jeu renversé appelé par Trestman qui a propulsé Whitaker aux 24 des Lions après un gain de 28 verges accompagné d'une pénalité de 15 verges. Face à ses ex-coéquipiers, Whyte s'est largement racheté par la suite avec trois placements et plusieurs bons dégagements.

«Battre mon ancienne équipe est un sentiment très agréable. C'était frustrant de rater mon premier placement parce que je l'avais bien frappé et c'est davantage de la malchance. Ricky Santos me disait de faire attention au vent, mais je n'en ai pas tenu compte», a indiqué Whyte en faisant le parallèle entre un golfeur et son cadet.

Alouettes et Lions se sont ensuite échangés des placements de 19 et 20 verges avant que Calvillo ne fasse de nouveau parler la puissance et la précision de son bras lors du deuxième quart. Sa cible préférée? Jamel Richardson qui a capté des passes de 40 et de 46 verges et qui a terminé sa soirée avec 162 verges. Des statistiques qui lui ont valu le titre de joueur du match.

Avec un score de 24 à 3, les Lions ont montré le bout de leur crinière en toute fin de première demie par l'intermédiaire d'Akeem Foster sur une courte passe du quart Travis Lulay. En plus de contenir l'attaque montréalaise au retour des vestiaires, ils sont même parvenus à revenir à un touché des Alouettes (27-20).

Le botteur de 40 ans, Paul McCallum, puis Tim Brown en ont été les instigateurs. Le porteur de ballon, avec son retour de botté de dégagement sur 97 verges, a du même coup démontré que les unités spéciales des Alouettes avaient encore quelques correctifs à apporter...

«Cela fait deux semaines de suite que l'on donne des touchés sur les unités spéciales. Il commence à être temps que l'on règle le problème, a expliqué Boulay. Mais on ne va pas s'énerver non plus.»

Après un nouveau placement réussi par chaque camp, le dernier quart a été plus tranquille. Il a fallu attendre les deux dernières minutes du match pour voir McCallum réduire l'écart à 30 à 26. Mais tout espoir de remontée a été anéanti par un important premier jeu obtenu par Whitaker -115 verges sur 17 courses au total- dans la dernière minute.

Brown sur le carreau

Cette soirée d'ouverture n'a pas été qu'une succession de bonnes nouvelles pour les Alouettes. Dès le premier quart, le demi défensif Jerald Brown a dû quitter le match en raison d'une apparente fracture à la jambe droite. Il a fini sa soirée à l'Hôpital Général de Montréal et subira une opération vendredi. Selon Trestman, sa saison est d'ores et déjà finie.

«Cela assombrit notre soirée et nous allons devoir nous débrouiller sans lui. Nous perdons un leader, l'un des meilleurs joueurs dans la Ligue, un motivateur lors des entraînements et un entraîneur sur le terrain.»

En l'occurrence, la recrue Jeff Hecht a numériquement pris la place de Brown avec une certaine efficacité.

«Il a bien joué en son absence, a commenté Boulay. Nous avons changé quelques joueurs de position avec Billy Parker qui est allé du côté court. Quand il s'est blessé, nous nous sommes tous dit qu'il fallait élever notre jeu d'un cran et c'est ce que nous avons fait.»