(Athènes) La Grèce, où le légendaire Giannis Antetokounmpo est né et a grandi, célébrait à l’unisson mercredi le sacre de son enfant, auteur d’une prestation historique et qui a conquis le titre NBA avec son équipe des Bucks de Milwaukee.

Agence France-Presse

« Incroyable Giannis Antetokounmpo ! Les Grecs célèbrent partout ! », a fièrement tweeté le premier ministre Kyriakos Mitsotakis.

Fils d’immigrés nigérians arrivés en Grèce en 1991, Giannis est né et a grandi dans la précarité à Sepolia, une banlieue défavorisée d’Athènes, pour se hisser au sommet du basket mondial.

Longtemps victime de racisme en Grèce, Giannis Antetokounmpo n’a obtenu la nationalité grecque qu’après sa majorité en 2013.

« Quand les normes racistes sont écrasées par le bruit de l’enfant de Sepolia, qui n’a pas eu froid aux yeux, c’est un jour d’espoir, d’optimisme, de défaite du racisme et de la haine », a réagi Rena Dourou, ancienne gouverneure de l’Attique, la région d’Athènes.

À Sepolia, Giannis Tzikas, le propriétaire du bar qui accueillait presque quotidiennement le basketteur et ses frères, a ouvert le champagne et invité ses clients juste après le match aux petites heures mercredi matin.

« C’est un gagnant ! Il fera toujours tout ce qu’il faut pour mener son équipe à la victoire. Quand on a cet objectif, on dépasse tous les obstacles », a déclaré M. Tzikas. « L’équipe de Milwaukee a agi intelligemment en investissant dans cet enfant plein de talent ! ».

En raison du décalage horaire avec les États-Unis, la majorité des Grecs ont appris à leur réveil, mercredi matin, le triomphe du « Greek Freak », sacré meilleur joueur (MVP) de la finale, à 26 ans.

Avec 50 points marqués, l’enfant d’Athènes a fait mardi une prestation digne des 55 points de Michael Jordan lors de la finale 1993 ou du match de titan de LeBron James au match 7 en 2016.

De quoi déclencher la joie et la fierté des fans, des médias et des responsables politiques et sportifs devant la victoire de l’enfant d’Athènes.

« La cerise sur le gâteau »

Takis Zivas, le premier entraîneur d’Antetokounmpo adolescent, au club Philathlitikos, s’est exclamé : « Rien ne pouvait être mieux. C’est une fin d’année parfaite. Les performances de Giannis sont énormes ».

« L’apparition de Giannis (mardi soir) était la cerise sur le gâteau », a ajouté, sur le site grec Sport-FM, son ex-coach qui s’attendait à ce que « cet enfant ait une grande carrière ».

Tous les sites internet du pays s’épanchaient dès l’aube sur la performance du héros grec, livrant tous les détails de la rencontre.

« Félicitations à Giannis Antetokounmpo pour sa victoire en NBA avec les Bucks et sa promotion de MVP. Félicitation Giannis ! », a tweeté le ministre des Affaires étrangères Nikos Dendias.

« D’un petit appartement à Sepolia jusqu’au sommet du monde », s’est exclamé le leader de l’opposition de gauche, Alexis Tsipras, sur Facebook.

Il a félicité Giannis et son frère Thanasis, qui n’a finalement pas joué la finale pour cause de quarantaine. « Enfants de deux parents qui sont venus en Grèce pour une meilleure vie et ont élevé leur famille avec des principes, des valeurs et des idéaux. C’est un honneur que vous soyez grecs », a ajouté l’ancien premier ministre.

« Félicitations Giannis et Thanasis », a écrit la fédération grecque de basket dans un communiqué. « Un grand moment pour vous, un gros bravo de notre part pour votre réussite qui pour sûr ne sera pas la dernière ! »

Le comité olympique grec a également « voulu féliciter le formidable Giannis Antetokounmpo, devenu champion NBA. Ce succès est unique et fait la promotion de la Grèce à travers le monde », a ajouté le comité.

Le club de basket de l’Olympiakos s’est dit « extrêmement fier de Giannis et Thanasis Antetokounmpo pour leur victoire à la NBA ».

Selon les médias locaux, Antetokounmpo et sa famille arriveront samedi matin à Athènes pour des vacances très attendues. Mais « s’il n’y a pas 100 000 personnes pour m’accueillir à l’aéroport, je ne prends pas l’avion », s’est amusé l’enfant du pays auprès de journalistes grecs couvrant le match mardi à Milwaukee.

S’il est peu probable que le héros grec soit accueilli par autant de fans, il apparaît d’ores et déjà certain que nombre de ses compatriotes l’attendront fièrement samedi à l’aéroport.