(Miami) Le Heat et les Celtics ont posé un genou au sol durant l’hymne national mercredi soir, disant jouer « avec le cœur lourd » après les incidents au Capitole et aussi la décision d’un procureur du Wisconsin, plus tôt cette semaine, de ne pas déposer d’accusations envers le policier qui a tiré sur Jacob Blake, l’an dernier.

Tim Reynolds
Associated Press

À Milwaukee, les Bucks et les Pistons de Detroit ont concédé de façon voulue un revirement à leurs premières possessions-dans chaque cas, les 10 joueurs sur le terrain ont posé un genou au sol durant quelques instants, à l’unisson.

Le tumulte à Washington, où une foule a envahi le Congrès et retardé la certification des résultats du vote en faveur de Joe Biden comme président, a été au cœur de bien des discussions dans la NBA, mercredi.

« J’ai 59 ans et je n’ai jamais rien vu de tel, a dit l’entraîneur du Magic d’Orlando, au sujet de ce qui s’est passé au Capitole. C’est une triste journée pour tout le monde. »

« C’est un jour honteux et embarrassant pour notre pays », a déclaré l’entraîneur des Pelicans de La Nouvelle-Orléans, Stan Van Gundy.

Combiné à la tournure des choses dans le dossier Blake à Kenosha, cela a amené Boston et Miami à discuter de leurs options.

Dans l’heure précédant le match, il y avait un certain doute quant à savoir si le match aurait lieu ou non.

Les joueurs des deux clubs ont déclaré ceci, par communiqué :

« 2021 est une nouvelle année, mais certaines choses n’ont pas changé.

« Nous jouons avec le cœur lourd après la décision à Kenosha, et en sachant que des manifestants dans la capitale de notre pays sont traités différemment par les leaders politiques, en fonction de leur position dans certains dossiers. »