(Lake Buena Vista) LAKE Jimmy Butler avait le genou droit et la cheville gauche enrubannés. Deux joueurs partants pourraient rater le deuxième match de la finale de la NBA. Et dans le premier match, les Lakers ont battu le Heat par 18 points.

Tim Reynolds
Associated Press

Certains diraient que la série est déjà finie.

« Je ne suis pas d’accord », a dit Butler.

Vendredi, Miami pourrait être privé de Goran Dragic, blessé au pied gauche, et de Bam Adebayo, incommodé au cou et aux épaules.

« Parfois ça déboule, a admis Butler, ralenti par une cheville endolorie. Nous croyons encore que nous avons notre place en finale. Ces gars-là sont importants, mais quand un joueur tombe au combat, il faut qu’un autre prenne le relais. »

Los Angeles a gagné 116-98, mais le groupe de Frank Vogel a dominé encore plus que le score laisse entendre.

Le Heat a mené 25-12, mais les Lakers ont répondu avec une séquence de 75-30 pour se trouver en avance par 32 points, à mi-chemin au troisième quart.

Dragic a une moyenne de 19,9 points par match en séries. Adebayo mène le Heat pour les rebonds.

Vogel se prépare comme si le duo allait être rétabli dès vendredi. Il a toutefois eu de bons mots pour la brigade utilisée par Miami en fin de rencontre, mercredi. Ça inclut Kendrick Nunn et Kelly Olynyk, qui joueraient beaucoup plus en l’absence de Dragic et Adebayo.

« Plusieurs de leurs joueurs sont très difficiles à contrer, a dit Vogel. Et ils travaillent extrêmement fort en défense. »

LeBron James a fourni 25 points, 13 rebonds et neuf passes, tandis qu’Anthony Davis a récolté 34 points.

James ne prend toutefois aucune chance. Il a revu des séquences du match pendant des heures, trouvant plein d’aspects où les Lakers peuvent faire encore mieux, à son avis.

« Le Heat est une équipe exceptionnelle et il faut continuer de les respecter, a dit James. Ils vont faire des ajustements et nous allons devoir être prêts. »

Nunn a obtenu 18 points. Joueur partant en saison régulière, il a fini deuxième au scrutin de la recrue de l’année.

On l’a peu utilisé dans la bulle, par contre. En partie car Dragic a si bien fait, mais aussi car Nunn a raté les 25 premiers jours à Disney, récupérant de la COVID-19.

Lors des trois conquêtes du titre du Heat, la formation a échappé le premier match. James a pris part à deux de ces remontées. Et quand il a triomphé avec Cleveland, les Cavaliers avaient aussi perdu la première rencontre.

« Rien ne réveille autant le compétiteur en vous que d’être confronté à de nouveaux obstacles, a dit l’entraîneur du Heat, Erik Spoelstra. C’est dans la nature des séries que ça devienne de plus en plus difficile. Que la meilleure équipe l’emporte à la fin. »