Kyle Lowry a dû s’asseoir sur le terrain pendant quelques secondes pour absorber ce qui venait de se produire. Il a souri et ri comme un enfant.

Lori Ewing La Presse Canadienne

OG Anunoby venait de réussir un panier alors qu’il ne restait plus de temps au cadran, offrant la victoire et un second souffle aux Raptors de Toronto.

PHOTO KIM KLEMENT, USA TODAY SPORTS

Kyle Lowry s’est assis sur le terrain pendant quelques secondes pour absorber ce qui venait de se produire. Il a souri et ri comme un enfant.

Tout n’a pas tourné autour du basketball lors de la relance de la NBA à Disney World. L’entraîneur-chef des Raptors, Nick Nurse, a admis qu’il avait été agréable de ressentir de la joie après la rencontre, jeudi soir.

« Nous vivons des moments parfois difficiles en raison de la pandémie, de l’injustice raciale, de l’arrêt des activités », a rappelé Nurse.

Nous avons donc ressenti une étincelle de joie, de plaisir, et une envie de revenir sur le terrain pour voir si nous pouvions encore mieux jouer. Nous voulons donc bâtir sur cette victoire et retrouver un état d’esprit plus positif, qui nous aidera à jouer comme nous sommes capables de le faire.

L’entraîneur Nick Nurse

Les actuelles séries de la NBA sont uniques. Tout a commencé par l’arrêt de la saison le 11 mars en raison de la pandémie de la COVID-19. Puis, George Floyd a été tué par un policier au Minnesota, ce qui a provoqué une vague de manifestations aux États-Unis et amené la lutte contre l’injustice raciale à l’avant-scène de la relance de la NBA.

La relance de la NBA a même été menacée lors du premier tour des séries, non pas par la COVID-19, mais à la suite d’un incident au Wisconsin quand la police a ouvert le feu en direction de Jacob Blake, un homme noir. Le jeu a été interrompu pendant trois jours. Les Raptors font partie des équipes qui ont songé à quitter la bulle de la NBA.

Les Raptors ont ensuite encaissé un revers par 18 points aux mains des Celtics, dimanche, à leur première sortie après la suspension des activités. Il n’y avait pas de joie sur le banc.

Comme un joueur de soccer

Puis, une étincelle. Kyle Lowry y est allé d’une remise en jeu digne des joueurs de soccer pour rejoindre Anunoby de l’autre côté du terrain avec 0,5 seconde au cadran. Le ballon a quitté les mains d’Anunoby à temps, puis a atteint la cible, offrant une victoire de 104-103 aux Raptors lors du troisième match de leur série demi-finale de l’Est face aux Celtics.

« Notre saison était en jeu, a reconnu Nurse. Nous devions trouver un moyen de rentrer dans la série, parce que nous n’étions pas vraiment dans le coup avant d’obtenir cette victoire. »

Personne n’a célébré vendredi. La séquence gagnante a été révisée lors de l’entraînement comme une séquence ordinaire. Mais l’ambiance était quand même différente.

Quand vous gagnez, vous vous sentez bien. Vous voulez surfer sur cette vague. Si vous êtes heureux ou indifférents après une défaite, vous êtes probablement dans la mauvaise profession.

Norman Powell

« Les gars sont excités, ils ont un peu plus de carburant, d’énergie. »

Les Celtics n’ont pas dit leur dernier mot

Les Raptors feront face à un autre test samedi face aux Celtics. Ces derniers forment un groupe tricoté serré, comme les Raptors, et ils aiment travailler fort les uns pour les autres.

« Nous comptons sur un groupe compétitif et motivé, a dit l’entraîneur-chef des Celtics, Brad Stevens. Nous sommes un peu malchanceux d’avoir perdu un match serré. Vous digérez vos émotions, puis vous tournez la page.

« Pour certains, c’est une bonne chose d’avoir la rage au cœur. Pour d’autres, il est mieux de se concentrer sur la tâche devant soi. […] Mais j’aime notre groupe. J’aime son esprit compétitif. »