(Orlando) À l’instar de l’ailier du Magic d'Orlando Jonathan Isaac plus tôt vendredi, l’entraîneur des Spurs de San Antonio Gregg Popovich ne s’est pas agenouillé durant l’hymne américain, contrairement aux autres joueurs et entraîneurs de la NBA ayant choisi de protester contre l’injustice raciale de cette façon.

Agence France-Presse

Popovich, dont la voix est une de celles qui portent le plus dans la ligue et qui a délivré des messages très forts en faveur de mouvement Black Lives Matter, a revêtu comme tout le monde un t-shirt à manches longues à l’effigie de ces mots et est resté debout durant le Star Spangled Banner, tout comme son adjointe Becky Hammond.

« Je préfère garder cela pour moi », a répondu le technicien de 71 ans à un journaliste d’ESPN lui demandant pourquoi il avait préféré rester debout. « Tout le monde doit prendre une décision personnelle. La ligue a été formidable à ce sujet. Chacun a la liberté de réagir comme il l’entend. Pour toutes les raisons qui me sont personnelles, j’ai agi comme je le voulais. »

Un peu plus tôt avant la rencontre remportée par son équipe contre les Kings deSacramento, Popovich a estimé que « l’égalité raciale aux États-Unis est un souvenir et un peu une célébration à certains égards. Cela semble étrange parce que nous n’en sommes pas encore là, mais il est toujours important de se souvenir de ce qui s’est passé et de ce que vit actuellement la population noire […] Il reste encore beaucoup à faire. Je pense que c’est notre péché national ».

Plus tôt dans l’après-midi, c’est l’ailier du Magic Jonathan Isaac qui a choisi de ne pas posé de genou à terre, avant le match remporté par son équipe aux dépens des Nets de Brooklyn. Il ne portait pas non plus le t-shirt avec l’inscription Black Lives Matter, mais son maillot blanc.