(Los Angeles) Méconnaissable, sans arme et sans âme, Golden State s’est fait corriger sur le parquet d’Oklahoma City (120-92) dimanche, sa deuxième lourde défaite en deux matchs de saison régulière après celle concédée contre les Clippers jeudi à domicile.

Agence France-Presse

Accusant 15 points de retard au terme du premier quart-temps, l’écart est passé à 33 unités à la pause, puis a atteint 42 après 36 minutes. Jamais sous son ère aux Warriors, débutée en 2014, l’entraîneur Steve Kerr avait dû déplorer pareil débandade de ses joueurs.

PHOTO EZRA SHAW, ARCHIVES AFP

L’entraîneur des Warriors, Steve Kerr

Le calvaire s’est finalement achevé par un score moins pire que craint pour les triples champions NBA (2015, 2017, 2018), finalistes en 2016 et 2019 face à Toronto qui leur a ravi leur couronne en juin.  

Mais c’est bien plus que semble avoir perdu Golden State, où Stephen Curry a été le seul à surnager (23 points, 8 rebonds, 5 passes), là où l’autre cadre de l’équipe Draymond Green (10 pts, 6 rebonds, 2 passes) peine à assumer ce rôle. Quant à D’Angelo Russell, il s’est fait exclure pour avoir trop vivement contesté une décision arbitrale.

Sans Kevin Durant, parti à Brooklyn, et Klay Thompson, indisponible pour de longs mois encore afin de soigner son genou gauche, la saison s’annonce très longue pour la franchise de San Francisco, dont le prochain match se jouera lundi à La Nouvelle-Orléans.