(Toronto) La ville de Toronto et les amateurs de basket au Canada étaient prêts à fêter, mais les Warriors n’avaient pas dit leur dernier mot.

La Presse canadienne

Stephen Curry a obtenu 31 points et Golden State a prévalu 106-105, lundi, réduisant ainsi l’avance des Raptors à 3-2, en finale de la NBA.

Les affrontements vont se poursuivre jeudi, en Californie. Ce sera le dernier match au Oracle Arena ; à compter de la saison prochaine, les Warriors vont jouer à San Francisco, au Chase Center.

PHOTO KYLE TERADA, USA TODAY SPORTS

Kawhi Leonard (2)

Si un match ultime est nécessaire, il aurait lieu dimanche, à Toronto.

Tardivement, Kawhi Leonard a connu une séquence fulgurante dont il a le secret et pour un instant, on croyait que les Raptors allaient triompher et soulever de joie non seulement une ville, mais un pays.

Leonard a transformé un retard de 95-93 en avance de 103-97 avec deux tirs de trois points et deux de deux points, en 1 : 35.

Toronto avait ce coussin avec 3 : 28 à écouler, mais des tirs de longue distance de Curry et Klay Thompson ont créé l’impasse.

Thompson a ajouté un autre tir de trois points, et la réplique torontoise s’est limitée à un panier de Kyle Lowry. Ce dernier a eu la chance de réussir un tir gagnant à la dernière seconde, mais il a largement raté la cible.

Thompson a cumulé 26 points-tout comme Leonard, qui a mené les Raptors à ce chapitre. Leonard a aussi inscrit 12 rebonds, deux vols et deux blocs.

De retour au jeu après un mois d’absence, Kevin Durant a inscrit 11 points en 12 minutes avant de se blesser, mais les Warriors avaient la priorité à la demie, 62-56.

Avec 9 : 46 à écouler au deuxième quart, Durant a voulu se défaire de Serge Ibaka mais il a croulé au sol, s’agrippant la cheville ou le mollet droit. Il a dû quitter en boitant.

PHOTO GREGORY SHAMUS, AFP

Kevin Durant s’est de nouveau blessé au deuxième quart

Au début du troisième quart, les Warriors ont annoncé qu’il ne reviendrait pas dans le match, blessé au bas de la jambe droite. Il subira un test d’imagerie par résonance magnétique mardi.

« Je ne savais pas trop quoi dire à l’équipe, a dit l’entraîneur des Warriors, Steve Kerr. D’un côté je suis tellement fier d’eux, le cœur et la ténacité qu’ils ont montrés. D’un autre côté, je suis dévasté pour Kevin. C’est un sentiment bizarre en ce moment, pour nous tous. Une victoire incroyable, mais aussi une perte horrible. »

Durant n’avait pas joué depuis le 8 mai, en raison d’ennuis au mollet. Il a été le joueur par excellence des Finales de 2017 et 2018, remportées par Golden State.

Les Raptors ont encore l’occasion de remporter le premier championnat de leur histoire.

En finale, il est arrivé une seule fois qu’un déficit de 1-3 a été comblé. Les Cavaliers de Cleveland l’ont réussi en 2016, battant alors les Warriors.

Kyle Lowry a récolté 18 points et Marc Gasol 17, dont une quinzaine en première demie. Serge Ibaka a totalisé 15 points.

Pascal Siakam a réussi 12 points, un de plus que Fred VanVleet.

Chez les Warriors, Draymond Green a signé 10 points et autant de rebonds. Andre Iguodala a réussi quatre blocs.

Avant les 10 points en rafale de Leonard, les Raptors ont signé de nombreuses belles séquences. Mais elles arrivaient à court de faire tourner le vent et les Warriors continuaient de faire du dommage, pour calmer le jeu.

Deux exemples éloquents de tirs de trois points, au dernier quart : celui de Quinn Cook pour 88-82, et encore plus celui de Green peu après, pour un score de 95-91 Warriors, à mi-chemin de l’engagement.

Golden State a démarré en force (des avances de 8-2 et 19-12), mais Toronto a créé l’égalité 19-19.

Un tir de trois points de Thompson a placé les Warriors aux commandes par neuf points, puis un rebond offensif de DeMarcus Cousins a porté le coussin des visiteurs à 54-43.

Tard dans la demie, les Raptors étaient sur le point d’enflammer la foule à nouveau. Un tir en foulée de Siakam a diminué l’avance des Warriors à un seul point, 57-56. Mais Curry a répondu avec un trois points, puis Kevon Looney a ajouté un rebond offensif.

L’hymne canadien a été chanté avec énergie par la foule, guidée par Doug Tranquada, un habitué du Ô Canada. Le’Star-Spangled Banner’a été l’affaire de la chanteuse américaine Monica.