(New York) L’agent négociateur Scott Boras a recommandé à ses clients de rejeter la tentative du Baseball majeur de réduire les salaires pendant les négociations avec l’Association des joueurs, affirmant que les ennuis financiers que vivent les équipes à cause de la pandémie de coronavirus proviennent de la gestion du financement par emprunt.

Ronald Blum
Associated Press

Dans un courriel qu’a obtenu l’Associated Press, Boras a écrit que les joueurs ne doivent pas modifier les clauses de l’entente intervenue le 26 mars entre le Baseball majeur et le syndicat, qui prévoyait que les salaires des joueurs seraient payés selon une formule au pro rata, dans le contexte d’une saison réduite.

Mardi, le Baseball majeur a proposé une série de réductions salariales selon des échelles prédéfinies qui feraient en sorte que les plus grandes vedettes subiraient les plus importantes baisses de salaire.

« N’oubliez pas, les matchs ne peuvent pas être présentés sans vous », a écrit Boras.

Les joueurs ne devraient pas accepter de nouvelles coupures de salaires pour venir à la rescousse des propriétaires. Laissez les propriétaires utiliser leurs revenus et profits records des dernières années et vous payer les salaires au pro rata que vous avez acceptés, ou laissez-les emprunter à partir de la valeur des actifs qu’ils ont créée en utilisant ces profits que les joueurs ont générés.

L’agent négociateur Scott Boras

Boras est l’agent le plus connu dans les cercles du Baseball majeur.

Boras représente 71 joueurs

En date du 31 août, il représentait 71 joueurs se trouvant au sein des formations actives et sur les listes des blessés, le plus grand nombre parmi les firmes d’agents de joueurs.

Pendant l’entre-saison, son entreprise établie en Californie a négocié des contrats évalués à plus de 1,2 milliard$ US.

Les salaires des joueurs en 2020 devaient varier entre 563 500 $ pour les joueurs touchant le minimum et 36 millions pour Mike Trout et Gerrit Cole, ce dernier un client de Boras.

PHOTO D'ARCHIVES JOHN DAVID MERCER, USA TODAY SPORTS

Le contrat de Gerrit Cole, un client de Scott Boras, prévoyait un salaire de 36 millions en 2020. Il aurait touché 18 millions en vertu de l'entente déjà acceptée en mars par l'Association des joueurs. La plus récente proposition du Baseball majeur abaisserait ses émoluments à 8 millions. Une réduction de 77,6 %.

En vertu de l’entente intervenue en mars, l’échelle de salaires devait passer de 285 000 $ à 18 millions$ pour un calendrier de 82 matchs que le Baseball majeur avait proposé. Mais selon la proposition présentée mardi, cette échelle se situerait maintenant entre 262 000 $ et 8 millions$, incluant les parts d’un boni que tous les joueurs recevraient si des séries éliminatoires étaient présentées.

Le contrat de Gerrit Cole, un client de Scott Boras, prévoyait un salaire de 36 millions en 2020 avec les Yankees. Il aurait touché 18 millions en vertu de l'entente déjà acceptée en mars par l'Association des joueurs. La plus récente proposition du Baseball majeur abaisserait ses émoluments à 8 millions. Une réduction de 77,6 %.

Celui qui reçoit les lancers de Cole, son coéquipier receveur Kyle Higashioka, devait quant à lui gagner 579 200 $ en 2020, un peu plus du salaire minimum. Il aurait touché 294 175 $ en vertu de l'entente déjà acceptée en mars par l'Association des joueurs. La plus récente proposition du Baseball majeur abaisserait ses émoluments à 269 300 $. Une réduction de 53,5 %.

Le commissaire Rob Manfred a déclaré que 40 % des revenus du Baseball majeur provenaient des ventes de billets. Le 12 mai, les équipes ont déclaré au syndicat qu’elles perdraient 640 000 $ pour chaque partie jouée devant des gradins vides. Le Baseball majeur affirme que des salaires au pro rata dans des stades vides généreraient des pertes de 4 milliards et donneraient aux joueurs 89 % des revenus.

PHOTO RICHARD MACKSON, USA TODAY SPORTS

Le coéquipier du lanceur multimillionnaire Gerritt Cole, le receveur Kyle Higashioka, des Yankees, devait gagner 579 200 $ en 2020, un peu plus du salaire minimum. Il aurait touché 294 175 $ en vertu de l'entente déjà acceptée en mars par l'Association des joueurs. La plus récente proposition du Baseball majeur abaisserait ses émoluments à 269 300 $. Une réduction de 53,5 %.

Max Scherzer, l’as partant des Nationals de Washington, a publié une déclaration tard mercredi soir, qualifiant d’inacceptable la proposition des propriétaires visant à imposer de nouvelles coupures de salaires.

Scherzer est l’un des huit joueurs faisant partie du sous-comité exécutif de l’Association des joueurs. Trois d’entre eux sont des clients de Boras.

Endettement

Boras a donné en exemple l’achat des Cubs de Chicago par la famille Ricketts et la rénovation du Wrigley Field. Dans les deux cas, affirme Boras, le financement de la dette a été important.

« Dans le cadre de ce processus (les membres de la famille Ricketts) pourront prétendre qu’ils n’ont jamais réalisé de profits parce que ces profits ont servi à rembourser leurs emprunts », a écrit Boras.

« Cependant, en fin de compte, les Ricketts seront propriétaires d’actifs bonifiés qui augmenteront de façon importante la valeur des Cubs, une valeur qui n’est pas partagée avec les joueurs. »

Avec La Presse