(Philadelphie) Gabe Kapler a écopé pour la chute des Phillies de Philadelphie.

Rob Maaddi
Associated Press

Kapler a été limogé jeudi, moins de deux semaines après la conclusion d’une saison où les attentes étaient élevées et amplifiées par l’arrivée de Bryce Harper.

Les Phillies ont aussi annoncé que l’instructeur des lanceurs Chris Young, le soigneur en chef Scott Sheridan et son adjoint Chris Mudd ne seront pas de retour. L’instructeur des frappeurs Charlie Manuel reprendra son rôle de conseiller senior. Le nouveau gérant héritera des membres restants du personnel d’entraîneurs.

En deux campagnes à la barre des Phillies, Kapler a affiché un dossier global de 161-163. L’équipe n’a pas été en mesure de répondre à ces attentes, alors que les Phillies ont offert de généreux contrats à plusieurs joueurs, dont Harper, fraîchement arrivé des Nationals de Washington.

Ils ont terminé la saison régulière avec une fiche de 81-81 et connu une première année non déficitaire depuis 2012.

« Il y a quelques années, j’ai promis à nos fidèles partisans que je ferais tout mon possible pour offrir à notre ville un championnat du monde. C’est un engagement que je n’abandonnerai jamais », a déclaré John Middleton, l’un des membres du groupe de propriétaires, par voie de communiqué.

« J’ai décidé que quelques changements étaient nécessaires pour atteindre notre objectif ultime. Ainsi, nous allons remplacer notre gérant. Je suis redevable à Gabe pour ses indéfectibles efforts, pour l’énergie et l’enthousiasme qu’il a transmis à notre équipe. Il n’y a aucun doute que sa contribution a fait de nous une meilleure équipe et une meilleure organisation. »

Après une victoire contre les Braves d’Atlanta, le 18 septembre, les Phillies n’accusaient que deux matchs de retard dans la course au classement des équipes repêchées dans la Ligue nationale.

Ils ont cependant perdu huit des neuf matchs suivants, incluant un balayage d’une série de cinq rencontres à Washington. Ils ont terminé à huit parties des Brewers de Milwaukee pour le deuxième rang des équipes repêchées, et à 16 matchs des Braves, les champions de la section Est.

L’an dernier, les Phillies détenaient une avance d’un match au sommet de leur section après les rencontres du 11 août. Ils ont complété le reste du calendrier avec un dossier de 15-31.

« Lorsque nous avons embauché “Kap”, notre objectif était de développer une culture visionnaire et de collaboration dans toute l’organisation, dans le but de batailler avec les meilleures équipes de la ligue, bon an mal an », a fait savoir le directeur général Matt Klentak.

« Même si nous sommes arrivés à court dans la colonne des victoires lors des deux dernières années, je peux dire avec confiance que les efforts de “Kap” ont établi les des bases solides et soutenables pour l’avenir. »

Au cours des prochaines semaines, a par ailleurs ajouté Klentak, le département des opérations baseball va tenter « de trouver le candidat idéal pour bâtir à partir des assises déjà en place et procurer un championnat à Philadelphie ».

Les Phillies sont la huitième formation, parmi les 20 non qualifiées pour les séries, à devoir trouver un nouveau gérant. Bruce Bochy (San Francisco) et Ned Yost (Kansas City) ont annoncé leur retraite. Andy Green (San Diego), Clint Hurdle (Pittsburgh), Mickey Callaway (Mets de New York) et Brad Ausmus (Angels de Los Angeles) ont été congédiés. Joe Maddon et les Cubs de Chicago ont convenu d’un commun accord à mettre fin à leur association.

Les blessures représentent l’une des principales raisons pouvant expliquer pourquoi les Phillies ont été incapables d’afficher un dossier victorieux depuis 2011. En juin, ils ont perdu Andrew McCutchen, le premier frappeur de leur alignement, pour le reste de la saison.

De plus, six de leurs sept meilleurs releveurs ont été à l’écart du jeu pendant de bonnes périodes de temps. David Robertson, embauché à titre de joueur autonome, n’a lancé que pendant six manches et deux tiers, tandis que Pat Neshek et Tommy Hunter ont, ensemble, accumulé 23 manches de travail.

Enfin, Odubel Herrera, le voltigeur de centre régulier de l’équipe, n’a participé qu’à 39 matchs avant d’écoper une suspension pour le reste de la saison en vertu de la politique du Baseball majeur en matière de violence conjugale.

Malgré l’ajout de Harper, de McCutchen, de J. T. Realmuto et de Jean Segura, l’attaque a manqué de régularité et les Phillies ont été incapables d’aligner des séquences de plus de quatre victoires.

En août, l’instructeur des frappeurs John Mallee a été remercié de ses services et remplacé par Manuel, un ancien gérant de l’équipe. Les Phillies se sont améliorés, mais n’ont pu surmonter les médiocres performances au monticule.

Les lanceurs partants ont connu des ennuis pendant toute la saison et l’enclos des releveurs a été ravagé par les blessures, au moins de devoir se tourner vers des artilleurs des ligues mineures et de second plan.

« Nous avons entamé 2019 avec de grands espoirs. Nous sommes restés à court, et c’est ma responsabilité, a déclaré Kapler. Le prochain gérant des Phillies se verra offrir une équipe composée de joueurs de talents, dévoués et engagés. Rien n’a été plus gratifiant dans ma carrière professionnelle d’avoir eu l’occasion de travailler avec les joueurs de cette équipe. »

Kapler n’était pas populaire à Philadelphie à cause de sa personnalité décontractée et sa philosophie de type « nouvelle école ». Il a été largement critiqué pour son utilisation des statistiques avancées et injustement ridiculisé pour ses évaluations des joueurs, jugées trop positives.

Harper, Realmuto et d’autres porte-couleurs de l’équipe ont appuyé leur gérant, mais les dirigeants ont réagi à la pression du public.