(Cleveland) Le commissaire du baseball majeur Rob Manfred a assuré mardi que personne n’est parvenu à identifier un changement dans le processus de conception de la balle de baseball, même si le nombre ahurissant de circuits frappés cette saison a convaincu de nombreux lanceurs que celles-ci ont été modifiées.

Ronald Blum
Associated Press

Un rapport datant de mai 2018 commandé par les Ligues majeures à des professeurs spécialisés en physique, génie mécanique, mathématiques et statistiques a conclu que la balle provoque moins de friction dans l’air qu’auparavant, entraînant une hausse des longues balles. Le Baseball majeur n’a toujours pas d’explication pour le phénomène, et Manfred a nié les allégations du lanceur étoile Justin Verlander et d’autres lanceurs qui considèrent que les balles ont été modifiées volontairement.

PHOTO TIM IRELAND, AP

Le commissaire du baseball majeur Rob Manfred

« Le baseball majeur n’a rien fait, et il n’a jamais suggéré qu’on modifie les balles, a martelé Manfred à l’Association des chroniqueurs de baseball d’Amérique mardi. Ce serait faux de prétendre que le Baseball majeur veut plus de circuits. Si vous assistiez à une rencontre des propriétaires et écoutiez la façon dont ils parlent du sport, alors vous réaliseriez que ce n’est pas ce que les propriétaires veulent. Personne, parmi le groupe de propriétaires, ne veut voir le nombre de circuits par match augmenter. Au contraire, ils sont préoccupés par les chiffres actuels. »

Les frappeurs ont claqué 3691 circuits en 1345 matchs, et sont en voie d’en réussir 6668 pour l’ensemble de la saison. Ce serait une hausse de 19 % par rapport aux 5558 de l’an dernier, et une hausse de 9 % par rapport au record de 6105 établi en 2017. Ce résultat avait même surpassé le total de 5693 longues balles réalisé en 2000, en pleine époque ternie par les stéroïdes.

« Les lanceurs ont soulevé des irrégularités par rapport à l’adhérence et aux coutures de la balle, et nous croyons que celles-ci pourraient affecter le rendement de la balle, et nous tentons de trouver des solutions », a dit Manfred.

Il a cependant réfuté les allégations à l’effet que les Ligues majeures aient modifié la balle afin de stimuler la production offensive.

« C’est une grande théorie du complet, a-t-il évoqué. Comment peut-on modifier un processus de confection artisanal de manière aussi uniforme ? Ça prend quelqu’un de beaucoup plus intelligent que moi pour y parvenir. »

Le président de l’Association des joueurs Tony Clark, qui a jadis joué au premier but, a mentionné que ses membres avaient expédié des balles aux bureaux du syndicat.

« La balle a soudainement changé, et je ne sais pas pourquoi, a admis Clark. Et puisqu’elle a changé de manière aussi soudaine, comment doivent réagir nos membres ? Que veulent dire les statistiques ? Quel est leur impact dans le processus de négociation, lorsqu’on se compare à quelqu’un d’autre ? »

Clark et Verlander ont demandé au baseball majeur s’il avait suivi plus étroitement le processus de conception de la balle chez Rawlings Sporting Goods Co. Inc., l’entreprise qui a été rachetée par Seidler Equity Partners l’an dernier. Peter Seidler, le directeur général des Padres de San Diego, supervise toutes les activités au sein de Seidler Equity Partners. De plus, Manfred a indiqué que les Ligues majeures avaient acquis des parts dans Rawlings dans le cadre de la transaction.

Rawlings conçoit les balles des Ligues majeures au Costa Rica, puis les entrepose à Washington, dans le Missouri, dans une salle à 21,1 degrés Celsius présentant un taux d’humidité de 50 %. Toutes les équipes entreposent les balles à environ 21,1 degrés Celsius, et les Diamondbacks de l’Arizona ainsi que les Rockies du Colorado utilisent des salles où le taux d’humidité est maintenu à 50 %.

Les Ligues majeures ont commandé une analyse au laser de la largeur et de la longueur des coutures présentes sur les balles. Manfred a dit que si les résultats expliquent le phénomène de la chute de la friction de la balle dans l’air, alors il n’exclurait pas la possibilité de la modifier afin de réduire le nombre de longues balles.

« Nous n’avons pas tranché là-dessus, a-t-il confié. Modifier la balle de baseball pourrait entraîner des changements dans la façon dont le sport est pratiqué. Nous en sommes conscients. Mais si nous décidions d’aller de l’avant, alors nous le ferions en toute transparence en prévenant les médias et les partisans à l’avance. »