Les Yankees de New York ont fait un geste de plus afin de garder leur noyau de jeunes joueurs ensemble pour de longues années en faisant signer un contrat de sept saisons et 70 millions US au voltigeur Aaron Hicks.

RONALD BLUM ASSOCIATED PRESS

Une clause d'option à la discrétion de l'équipe qui pourrait faire passer cette entente à 81,5 millions sur huit campagnes.

Frappeur ambidextre de 29 ans, Hicks s'est imposé comme voltigeur de centre partant la saison dernière et a établi des sommets personnels avec 137 matchs joués, 27 circuits et 79 points produits. Le 11 janvier dernier, il a accepté un contrat d'un an et 6 millions qui lui aurait permis de profiter de l'autonomie complète après la prochaine Série mondiale.

Sa nouvelle entente prévoit un boni de signature de 2 millions et lui consent le même salaire pour 2019. Il touchera 10,5 millions de 2020 à 2023 et 9,5 millions pour les deux dernières années du pacte. La clause d'option des Yankees pour 2026 est de 12,5 millions, avec un coût de rachat de 1 million.

Hicks touchera une prime de 1 million pour une première transaction durant la durée de ce contrat, qui lui octroie également une suite d'hôtel lors des voyages à l'étranger.

En six saisons à New York, Hicks a maintenu des moyennes de ,236/,328/,396 avec 70 circuits et 240 points produits. Il a aussi volé 50 buts en 70 tentatives.

Cette augmentation du salaire annuel de quelque 4 millions pour Hicks fait passer la masse salariale projetée des Yankees à 229 millions, bien au-delà de la limite de 206 millions exempts de taxe de luxe. Les Yankees devront débourser 20 % en taxe sur les 20 premiers millions au-dessus de 206 millions et 32 % sur les 20 millions suivants.

Pour la première fois depuis l'instauration de cette taxe de luxe, les Yankees ont eu une masse salariale inférieure à la limite fixée en 2018. En passant sous la limite, les Yankees ont rétabli leurs taux de pénalité, qui se chiffraient à 50 et 62 %.

Les Yankees n'ont pas accordé beaucoup de contrats à long terme à des joueurs sous leur contrôle au cours des récentes années. Luis Severino s'est avéré l'une des rares exceptions, alors qu'il a obtenu un contrat de quatre et 40 millions le 15 février.

L'arrêt-court Didi Gregorius et le releveur Dellin Betances pourront profiter de l'autonomie à la conclusion de la présente saison. Le voltigeur Aaron Judge et le receveur Gary Sanchez seront admissibles à l'arbitrage salarial pour une première fois.