Source ID:7947599; App Source:DAM

Un homme d'action

Andre Dawson est atteint par un lancer en... (Photo: AP)

Agrandir

Andre Dawson est atteint par un lancer en 1983.

Photo: AP

Pierre Ladouceur
La Presse

La saison 1976 avait été un véritable désastre pour les Expos, qui avaient amorcé la phase II de leur histoire avec 107 revers. Mais, lors du camp d'entraînement au printemps de 1977 à Daytona Beach, tous les yeux étaient tournés vers un voltigeur de 22 ans.

Andre Dawson avait été un choix de 11e ronde des Expos en juin 1975. Ce n'est certes pas la voie qui mène habituellement au Temple de la renommée du baseball. Mais, dès ses premiers pas dans le baseball professionnel, The Hawk avait impressionné avec une moyenne de .330 à Lethbridge, dans la Ligue des recrues.

 

Dawson n'a pas croupi dans les ligues mineures puisqu'en 1976, il a entrepris la saison à Québec, dans la classe AA, où il a conservé une moyenne de .357 et frappé huit circuits, pour ensuite monter à Denver, au niveau AAA, où sa moyenne de .350 et ses 20 circuits lui ont valu un rappel en fin de saison avec les Expos.

En 1977, il a entrepris pour de bon une carrière de 21 saisons dans les ligues majeures. Il a joué ses 11 premières saisons dans l'uniforme des Expos pour ensuite passer six ans avec les Cubs de Chicago puis deux avec les Red Sox de Boston et autant avec les Marlins de la Floride.

Les espoirs qu'on avait fondés sur lui au camp en 1977 étaient fondés puisqu'il a été la recrue de l'année dans les ligues majeures. Au fil des ans, les honneurs ont déferlé: un titre de joueur par excellence de la Ligue nationale en 1987 avec les Cubs, huit Gants dorés, huit sélections au match des Étoiles.

Malgré ses 12 opérations aux genoux, il a cogné 438 circuits et volé 314 buts. Dans l'histoire du baseball, seuls Willie Mays et Barry Bonds ont réussi à totaliser à la fois 400 circuits et 300 buts volés.

Évidemment que j'ai voté pour Dawson. De fait, il a été inscrit sur mon bulletin de vote à chacune de ses neuf années d'admissibilité où il est passé d'une récolte de 45% en 2002 à 77,9% cette année avec 420 votes sur les 539 bulletins des électeurs membre de l'Association des chroniqueurs de baseball d'Amérique.

L'an dernier, il avait totalisé 361 votes pour un pourcentage de 67%, un manque de 44 votes du minimum requis de 75%. Mais cette année, il a réussi à rallier les votes manquants pour être le seul élu de la classe de 2010.

Si les dirigeants de Cooperstown le veulent bien, il deviendra le deuxième joueur, après Gary Carter en 2003, à porter la casquette des Expos lors de son intronisation officielle, le 25 juillet, en compagnie du gérant Whitey Herzog et de l'arbitre Doug Harvey, deux choix du comité des vétérans.

Il faut souligner que, depuis 2001, le choix de la casquette appartient aux dirigeants du Temple de la renommée. Il faut espérer qu'ils opteront pour la casquette tricolore des Expos, puisque c'est avec cette équipe que Dawson a entrepris sa carrière et que c'est avec cette formation qu'il a joué le plus de matchs.

Par contre, les partisans des Cubs diront que c'est au Wrigley Field, sur gazon naturel, qu'il a connu la meilleure saison de sa carrière avec ses 49 circuits et 137 points produits en 1987.

Pourtant, Dawson avait été une véritable aubaine pour les Cubs en 1987, une année où les propriétaires avaient décidé de boycotter les joueurs autonomes, un boycott qui leur a ensuite valu une condamnation pour collusion.

Toujours est-il que Dawson avait accepté de signer un contrat en blanc pour poursuivre sa carrière sur une surface naturelle, loin du gazon synthétique du Stade olympique, qui risquait de mettre fin prématurément à sa carrière.

Dallas Green, le directeur général des Cubs, avait lui-même ajouté le montant. Il avait consenti un salaire de 500 000$ en plus de 750 000$ en bonis. On doit parler d'un vol puisque Dawson était l'avant-dernier salarié parmi les réguliers des Cubs en 1987.

Cela devrait suffire pour que ce choix de 11e ronde porte fièrement la casquette des Expos à Cooperstown, où on a bien hâte d'entendre son discours. Homme d'action plutôt qu'homme de parole, Dawson sèmera alors la nostalgie chez les anciens partisans des Expos.

La journée serait parfaite si la voix des Expos pendant 33 ans, Jacques Doucet, pouvait le rejoindre comme titulaire du trophée Ford-Frick, qui sera annoncé le 1er février.

 

LES RÉSULTATS DU VOTE

Joueur Votes %

Andre Dawson 420 77,9%

Bert Blyleven 400 74,2%

Roberto Alomar 397 73,7%

Jack Morris 282 52,3%

Barry Larkin 278 51,6%

Lee Smith 255 47,3%

Edgar Martinez 195 36,2%

Tim Raines 164 30,4%

Mark McGwire 128 23,7%

Alan Trammell 121 22,4%

Fred McGriff 116 21,5%

Don Mattingly 87 16,1%

Dave Parker 82 15,2%

Dale Murphy 63 11,7%

Harold Baines 33 6,1%

Andres Galarraga 22 4,1%

Robin Ventura 7 1,3%

Ellis Burks 2 0,4%

Eric Karros 2 0,4%

Kevin Appier 1 0,2%

Pat Hentgen 1 0,2%

David Segui 1 0,2%

En caractères gras, les anciens

joueurs des Expos

 




Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer