Source ID:581472; App Source:cedromItem

Harrison Barnes: du potentiel à concrétiser

Harrison Barnes, des Warriors de Golden State, a... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Harrison Barnes, des Warriors de Golden State, a signé des autographes, hier, lors d'un événement promotionnel de la NBA au centre commercial Fairview Pointe-Claire.

Photo Robert Skinner, La Presse

Montréal n'est pas près d'obtenir une équipe de l'Association nationale de basketball, mais les dirigeants de celle-ci sont assurément intrigués par le marché de la métropole québécoise.

En plus du match d'avant-saison qui sera disputé au Centre Bell le 24 octobre, la tournée NBA Nation s'est arrêtée au centre commercial Fairview Pointe-Claire, samedi dernier. Harrison Barnes, des Warriors de Golden State, était l'invité d'honneur. La Presse s'est entretenue avec le joueur de 22 ans.

«Je suis allé à Vancouver l'an dernier lors de la tournée et je me suis beaucoup amusé. J'aime aussi visiter Toronto chaque fois qu'on joue contre les Raptors. J'ai donc accepté de participer encore cette année, mais j'ai demandé d'aller à Montréal. J'en avais beaucoup entendu parler et je voulais voir par moi-même.»

Natif d'Ames, en Iowa, Barnes entamera dans quelques semaines sa troisième saison dans le circuit de David Silver. Dès son arrivée avec les Warriors, en 2012, il a été intégré à la formation de départ par son entraîneur Marc Jackson. L'ailier de 2,03 m (6'8) a affiché des moyennes par match de 9,2 points et 4,1 rebonds, et n'a manqué qu'une seule rencontre.

Son bon rendement a aidé les Warriors à se qualifier pour la première fois depuis 2007 pour les séries éliminatoires. Barnes a d'ailleurs été très impressionnant durant celles-ci. Ses moyennes par partie ont grimpé à 16,1 points et 6,4 rebonds, alors que son temps de jeu tournait autour de 38 minutes par match.

Le club d'Oakland a finalement été éliminé en deuxième ronde par les Spurs de San Antonio. Au terme de la saison, Barnes a été élu dans la première équipe d'étoiles des recrues.

Au cours de l'été suivant, Golden State a fait l'acquisition du vétéran Andre Iguodala. Barnes a ainsi perdu sa place au sein du cinq partant; ce qui l'a grandement affecté tout au long de sa deuxième saison. Sa moyenne de points a légèrement augmenté (9,5), alors que tout le reste a régressé. Sa présence a été encore plus effacée pendant les séries, qui se sont cette fois terminées dès le premier tour, contre les Clippers de Los Angeles.

«J'ai travaillé fort tout l'été pour être dans la meilleure forme possible. Mon objectif au camp d'entraînement est de reprendre ma place dans la formation de départ.»

Le numéro 40 est conscient que s'il ne réussit pas à surpasser Iguodala et qu'il est encore réserviste cette saison, il doit tout de même trouver une façon d'aider son équipe. «Nous étions à trois parties de terminer au cinquième rang, mais nous étions aussi à trois parties de ne pas participer aux séries éliminatoires. Nous avons perdu des matchs parce que nous n'étions pas assez concentrés ou par un manque d'efforts. Cette année, nous devons simplement être plus disciplinés et constants.»

La direction des Warriors espère que l'embauche de l'entraîneur recrue Steve Kerr viendra fouetter cette équipe talentueuse qui peut compter sur deux des meilleurs tireurs du circuit, Stephen Curry et Klay Thompson; un avant étoile, David Lee; et un géant australien, Andrew Bogut. «Nous avons tout le talent dont nous avons besoin. Il faut juste qu'on le montre à chaque soir», résume Barnes.

À l'école des grands

Avant d'être repêché au septième rang par les Warriors, Barnes a joué deux ans pour les Tar Heels de l'Université North Carolina, où Michael Jordan et Vince Carter ont étudié. «Ç'a été une des plus belles expériences de ma vie. J'étais un fan de UNC quand j'étais plus jeune, alors quand j'ai rencontré MJ ou quand j'ai joué contre Vince, c'était incroyable.»

Barnes était le meilleur marqueur de son équipe durant son passage à Chapel Hill. Il a terminé sa carrière universitaire avec une moyenne de 16,4 points et deux présences en huitième de finale au tournoi du March Madness de la NCAA.

«Quand j'étais là, des anciens comme Ty Lawson, Marvin Williams ou Vince Carter m'ont aidé et m'ont permis de me rendre où je suis aujourd'hui. C'est une tradition que je veux poursuivre, alors je reste en contact avec les jeunes. Je les encourage et je leur dis ce qu'ils doivent améliorer», explique Barnes.

Le jeune athlète admet qu'il doit lui-même s'améliorer cette saison s'il espère avoir une longue carrière dans la NBA. «L'an dernier, je n'ai pas atteint mes objectifs. Je dois simplement faire mieux. Nous devons bien commencer la saison et continuer de progresser.»




Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer