Le centre Yao Ming des Rockets de Houston envisage d'abandonner le basket-ball la saison prochaine s'il ne guérit pas complètement d'une blessure tenace au pied.

ASSOCIATED PRESS

Dans une entrevue accordée en Chine, lundi, Yao ne s'est guère montré optimiste quant à son avenir et il s'est également permis une rare critique du programme national de basket-ball.

«Si la blessure ne guérit pas la saison prochaine, je pourrais choisir d'abandonner», a dit Yao.

Yao a raté toute la dernière saison en raison de sa blessure au pied, mais il doit effectuer un retour avec les Rockets cette saison après avoir choisi de ne pas renoncer à sa dernière année de contrat pour tester le marché des joueurs autonomes. Même s'il a affirmé qu'il se rétablit bien, les Rockets ont choisi de mettre sous contrat le vétéran Brad Miller pour partager le travail avec lui comme pivot.

Yao, qui était de retour en Chine pour une série d'événements caritatifs, a presque écarté la possibilité de s'aligner pour son pays aux Jeux olympiques de Londres en 2012.

«Les possibilités (de jouer à Londres) sont très minces. Ma blessure au pied ne me permettra plus de jouer de nombreux matchs, a révélé Yao à l'agence de presse chinoise Xinhua. Comme je l'ai déjà dit, je quitterai l'équipe nationale et le sport un jour. C'est le lot de tout athlète.»

En l'absence de Yao, qui demeure très populaire en Chine, l'équipe nationale a connu une série de contre-performances, dont une défaite embarrassante à domicile contre l'Iran en finale du Championnat asiatique l'année dernière.

Yao, qui aura 30 ans en septembre, a estimé que ces piètres performances sont la conséquence d'avoir mis trop d'attention sur les Jeux olympiques de 2008 au détriment des équipes de développement et de la ligue professionnelle chinoise.

«Nous payons pour ce que nous n'avons pas fait avant 2008. Nous avons négligé le développement d'une équipe de réserve et de la Ligue professionnelle pour nous concentrer uniquement sur l'équipe nationale et les Jeux olympiques. C'est comme si on tuait la poule aux oeufs d'or, a-t-il imagé. J'ai 30 ans. En tant qu'athlète, je ne représente plus l'avenir du basket-ball chinois.»