Cindy Ouellet et Benoît Huot ont été les grandes vedettes du 48e Gala Sports Québec en étant nommés Personnalités sportives féminine et masculine de la décennie. L’évènement présenté jeudi soir, sur les ondes de RDS2, a également permis de récompenser dix artisans du sport québécois qui ont marqué la dernière année dans le cadre du prix Inspiration 2020.

Sportcom

Les nombreux exploits et réalisations des deux paralympiens ont été soulignés lors de cette émission spéciale animée par Matthieu Proulx et Émilie Duquette.

À noter qu’il est possible de visionner ou revisionner le gala sur la plateforme web de RDS et sur la page Facebook de Sports Québec.

« Le Gala Sports Québec prend toute son importance cette année. Nous voulions souligner les acteurs qui se sont démarqués et sont devenus de véritables inspirations par leurs initiatives exceptionnelles dans le milieu sportif au cours des derniers mois. Chacun à leur façon, ils ont fait vibrer positivement le Québec durant cette période difficile. Également, nous désirions mettre en lumière les personnalités de la dernière décennie qui ont marqué leur sport, mais aussi LE SPORT. Nous avons bien vu cette année que le sport va bien au-delà de la pratique, il est un vecteur de santé et de leadership important dans notre société. Félicitations aux nommés et aux gagnants ! Vous êtes tous DES modèles qui nous inspirent pour cette relance du SPORT ! », a mentionné Julie Gosselin, présidente de SPORTSQUÉBEC.

Personnalités de la décennie : bien au-delà des résultats

Forte de ses trois présences en basketball en fauteuil roulant (2008, 2012 et 2016) et de sa participation en ski paranordique (2018), Cindy Ouellet est l’une des rares athlètes à avoir participé aux Jeux paralympiques d’hiver et d’été. Elle a également pris part à trois Championnats du monde, en plus de porter les couleurs de l’Université de l’Alabama, où elle a maintenu une moyenne académique hors de l’ordinaire qui lui a permis de remporter de nombreuses distinctions.

« Cindy est une fonceuse. Il n’y a rien qui l’arrête. Quand elle a un projet en tête, elle veut aller jusqu’au bout et que ce soit parfait. Elle met les heures pour atteindre la perfection. Elle a énormément évolué au cours des 10 dernières années. Elle est très spéciale, car elle est multitalentueuse. Tout ce qu’elle touche se transforme en magie », a témoigné l’entraîneur-chef de l’équipe féminine de basketball en fauteuil roulant, Marc Antoine Ducharme.

Engagée tant sur le terrain qu’à l’extérieur, l’athlète de Rivière-du-Loup a multiplié ses actions pour soutenir des causes et des organismes qui lui tiennent à cœur, telles que le Défi sportif AlterGo, Sport’Aide, la campagne Ensemble contre l’intimidation du gouvernement du Québec, Bell Cause pour la Cause, le Comité paralympique canadien, Parasports Québec, et plus encore. Elle poursuit actuellement sa préparation en vue des Jeux paralympiques de Tokyo et son doctorat en génie biomédical à l’University of Southern California.

« Cindy est un modèle global positif de réussite. Au-delà de l’excellence sportive, elle est un synonyme de persévérance et d’équilibre. Elle n’a pas hésité à afficher sa vulnérabilité, ce qui démontre son côté très humain derrière l’athlète », a renchéri Sylvain Croteau, directeur général de Sport’Aide.

Touchée par les témoignages de Marc Antoine Ducharme et Sylvain Croteau, mais aussi par ceux de ses parents et de son mentor, le paralympien Dean Bergeron, Cindy est fière d’avoir été fidèle à elle-même dans toutes ses occupations de la dernière décennie. « Je suis fière d’être restée près de ma famille et d’être restée près des causes qui me tiennent à cœur. Je fais ce que j’aime, je suis restée moi-même et j’ai continué d’aider le plus de gens possible. »

Grand ambassadeur du sport et du mouvement paralympique, Benoît Huot a porté son total de médailles paralympiques à 20 au cours de la dernière décennie, montant trois fois sur le podium à Londres, en 2012, et une dernière fois à Rio, en 2016. Au fil du temps, le nageur est devenu une figure importante du sport adapté et a été désigné comme porte-drapeau du Canada lors des cérémonies de clôture des Jeux paralympiques en 2012. Un an plus tôt, le Longueuillois avait été intronisé au Temple de la renommée des personnes avec un handicap. Aujourd’hui retraité en tant qu’athlète, Benoît se fait un devoir de promouvoir le sport paralympique partout où il passe.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Benoît Huot

« L’influence de Benoît sur son entourage, c’est de nous forcer à nous surpasser. Il est l’exemple de quelqu’un qui réussit à travers l’effort, la détermination, le travail et l’assiduité. C’est un vainqueur. C’est absolument stupéfiant de voir à quel point Benoît a pu réunir autour de lui des paralympiens et des olympiens. C’est une des clés de son succès, d’avoir fait cette démonstration qu’il n’y a plus de distinction entre les olympiens et les paralympiens et qu’il n’y a qu’une seule Équipe Canada », a dit Marc-André Fabien, président du Comité paralympique canadien.

Membre de l’Ordre du Canada et Chevalier de l’Ordre national du Québec, Benoît Huot s’engage également auprès d’organismes comme la Fondation Bon Départ et Right to Play dans le but de soutenir la relève et inspirer les jeunes à dépasser leurs propres frontières. Il sera chef de mission aux Jeux du Commonwealth de 2022 qui auront lieu à Birmingham, en Angleterre.

« Le milieu s’ennuie de son leadership. Il avait à cœur le bien des athlètes afin de s’assurer qu’on soit respecté et qu’on soit tout le temps la priorité. C’est quelqu’un qui a changé le milieu et la perception des athlètes paralympiques », a raconté son ancienne coéquipière Aurélie Rivard.

« Tout ce que j’ai fait et ce que je fais, c’est parce que je suis passionné. Le sport et la promotion du parasport, pour le faire grandir, sont très importants pour moi et je veux poursuivre cette mission », a mentionné Huot, très surpris et ému de recevoir cette distinction.

Prix Inspiration 2020 : une année hors de l’ordinaire

Dix autres personnalités sportives de la province ont été récompensées du prix Inspiration 2020 lors du 48e Gala Sports Québec. Cet honneur vise à souligner le travail de ceux et celles qui ont su se démarquer par leurs actions et leurs initiatives de grand mérite au cours de la dernière année.

Julien Camus (Centre-du-Québec)

Entraîneur provincial et national au fleuret masculin, Fédération d’escrime du Québec

Dès son entrée en poste, Julien a apporté une culture et une éthique de travail bien à lui. En instaurant les notions d’équipe et de groupe au sein de ce sport individuel, il a réussi à qualifier l’équipe masculine de fleuret aux Jeux olympiques de Tokyo, un exploit vieux de 33 ans.

Mathieu Chamberland (Laval)

Directeur général de Soccer Québec

Dès les premiers jours de la pandémie, Mathieu a dévoilé sa principale priorité : la communication. Il était très important pour lui de s’assurer que le plus d’informations possible soient diffusées aux membres et de bien faire la promotion des recommandations gouvernementales.

Shawn De Lierre (Montréal)

Joueur de squash professionnel, Fédération des sports à quatre murs du Québec

Shawn a profité de la pause de son sport pour sortir de sa bulle et apporter son aide directement là où la société en avait besoin. Il s’est notamment engagé auprès de la Croix-Rouge canadienne en venant en aide au personnel et aux résident-e-s de CHSLD.

Véronique Desrochers (Centre-du-Québec)

Entraîneuse-bénévole basketball en fauteuil roulant, Parasports Québec

Son initiative de construire un terrain de basketball sur son propre terrain a été une véritable planche de salut pour plusieurs jeunes en situation de handicap qui, à la suite du confinement, se sont retrouvés isolés.

Laurent Duvernay-Tardif (Montérégie)

Joueur de football professionnel avec les Chiefs de Kansas City, Football Québec

Laurent a mis sa carrière professionnelle sur pause afin de devenir un intervenant de première ligne dans la lutte contre la pandémie. Un geste qui démontre toute la cohérence de son système de valeurs personnelles.

Marine Gailhard (Montréal)

Directrice générale du Centre d’intégration à la vie active (CIVA), Parasports Québec

Marine n’a pas hésité à être créative et à sortir des sentiers battus pour encourager un maximum de ses membres à maintenir un mode de vie actif et à en retirer les bienfaits, même en temps de pandémie.

Katia Laroche (Outaouais)

Entraîneuse et responsable secteur récréatif UNIGYM Gatineau, Gymnastique Québec

Katia est une entraîneuse qui s’est dépassée en démontrant sa passion, sa créativité, son dévouement, son enthousiasme et son éthique de travail. Elle a mis de la joie dans le cœur des enfants en leur faisant découvrir son sport.

Nicolas Legault (Montérégie)

Directeur général du Centre national de cyclisme de Bromont, Fédération québécoise des sports cyclistes

Nicolas a agi à titre de leader dans différents projets qui ont offert un rayonnement aux sports cyclistes à l’échelle provinciale. Grâce au travail exceptionnel qu’il a accompli avec son équipe, il a été une source d’inspiration pour la communauté des sports cyclistes.

Marie-Ève Ouellet (Est-du-Québec)

Directrice générale de l’ARS Québec, Soccer Québec

La tête toujours remplie d’idées, Marie-Ève est constamment en train d’élaborer de nouveaux projets. Ce n’est certainement pas un virus qui allait l’empêcher de planifier des activités… différemment !

Katerine Savard (Capitale-Nationale)

Médaillée olympique en natation, Fédération de natation du Québec

Dans le contexte difficile de la pandémie, Katerine a permis à la natation et au sport en général de continuer de rayonner malgré l’absence de compétitions. Elle a utilisé sa tribune médiatique pour sensibiliser les décideurs à l’impact des mesures sanitaires sur les conditions d’entraînement des athlètes.

Le comité de sélection du Gala Sports Québec était composé de Caroline Truchon (Institut national du sport du Québec), Émilie Roy (Excellence sportive Sherbrooke), Côme Desrochers (Excellence sportive Québec-Lévis), Donald Dion (ex-entraîneur en plongeon) et Éric Gaudette-Brodeur (Sportcom).