Le Canadien est-il le meilleur club de hockey au pays ?

Alexandre Pratt Alexandre Pratt
La Presse

Je vous entends grommeler d’ici. « Hérétique ! Provocateur ! Boutefeu ! »

Du calme, du calme. Puis-je vous suggérer d’ajouter trois gouttes d’essence de mélilot dans votre lait chaud ? Vous verrez, ça chasse le méchant.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Après avoir terminé la dernière saison – écourtée, faut-il le rappeler – au 24e rang de la LNH, le Canadien de Montréal peut-il terminer en tête de la division toute canadienne cette année ? Absolument, estime notre chroniqueur, qui croit néanmoins que les Maple Leafs de Toronto les devanceront de justesse.

Que disions-nous, déjà ? Ah oui, le Canadien. Meilleur club au pays. Vrai ou faux ? La réponse n’est pas évidente. Car l’édition actuelle est bien différente de celle qui, il y a exactement un an, venait de perdre huit parties consécutives pour la deuxième fois en deux mois.

Souvenez-vous du 10 janvier 2020. L’entraîneur-chef Claude Julien, désemparé, confiait être « à bout de réponses ». Les partisans réclamaient sa tête. Et celle de Geoff Molson. Et celle de Marc Bergevin. Et celle de Trevor Timmins. Et les jambières de Carey Price. Et les pantoufles de Youppi!.

Après cet épisode douloureux, le Canadien a fait le ménage. Mais pas au sein de son équipe de direction. Parmi ses joueurs. Il a échangé Max Domi, Nick Cousins, Ilya Kovalchuk, Marco Scandella et Nate Thompson. Il a acquis de meilleurs titulaires que Cale Fleury, Victor Mete, Ryan Poehling, Jordan Weal et Charlie Lindgren. Si bien que mercredi soir, pour le match d’ouverture à Toronto, la moitié des joueurs en uniforme pendant la séquence de huit défaites ne seront pas dans la formation partante.

Ça complique les pronostics…

N’empêche, allons-y avec les statistiques que nous possédons. Une bonne base pour la discussion, c’est le différentiel des buts. Cette statistique est étroitement liée aux succès d’une équipe. Pas juste au hockey. Dans tous les sports.

DIFFÉRENTIEL EN 2019-2020
Jets de Winnipeg + 13
Maple Leafs de Toronto + 11
Canucks de Vancouver + 11
Oilers d’Edmonton + 8
Flames de Calgary - 5
Canadien de Montréal - 9
Sénateurs d’Ottawa - 52

C’est représentatif de l’état des forces des équipes canadiennes la saison dernière. Évidemment, le Canadien paraît mal. Je vous rappelle que le club a terminé au 24e rang de la LNH. Sauf que cette saison, le calendrier sera modifié. Le Tricolore n’affrontera aucune des dix meilleures formations de la LNH la saison dernière (selon le pourcentage de victoires). Du moins, pas avant la demi-finale. Donc pas de matchs contre les Bruins. Contre l’Avalanche. Contre le Lightning. Contre les Flyers. Contre les Golden Knights. Contre les Hurricanes.

Seulement des parties contre les autres clubs canadiens. Ça change le portrait.

Reprenons le tableau de tantôt. Sortons une grosse lentille. Un méga-giga-zoom qui nous permet d’isoler uniquement les résultats des parties impliquant les sept clubs canadiens, séries incluses.

DIFFÉRENTIEL EN 2019-2020 LORS DES MATCHS ENTRE LES CLUBS CANADIENS
Canadien de Montréal + 13
Maple Leafs de Toronto + 11
Flames de Calgary + 7
Jets de Winnipeg + 2
Oilers d’Edmonton - 8
Sénateurs d’Ottawa - 12
Jets de Winnipeg - 13

Et puis, le mélilot, c’est bon, non ?

Évidemment, les formations ne seront pas exactement les mêmes cet hiver. Des espoirs s’amélioreront. Des vétérans déclineront. C’est cette imprévisibilité qui rend le sport si captivant. Il reste qu’au jeu des transactions, le Canadien est l’équipe canadienne qui a le plus progressé vers un meilleur différentiel.

Prenez l’acquisition du gardien substitut Jake Allen. Selon le site de statistiques Evolving Hockey, Allen a sauvé à lui seul sept buts l’hiver dernier avec les Blues. Et ce, en seulement 24 matchs. C’est énorme.

Comment arrive-t-on à ce chiffre ?

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

En 24 matchs l’an dernier, le gardien Jake Allen (34) a sauvé à lui seul sept buts devant le filet des Blues de St. Louis.

En accordant une valeur à chaque tir, selon sa dangerosité et sa provenance. Les valeurs sont déterminées à partir du taux de réussite historique de centaines de milliers de tirs. Sept buts sauvés, ça plaçait Jake Allen parmi les 10 meilleurs gardiens de la LNH. Alors que le gardien réserviste du Canadien l’année dernière, Keith Kinkaid, en avait donné neuf de plus que les projections. En seulement six matchs ! Si Allen reste aussi efficace, le Tricolore a le potentiel d’améliorer son différentiel d’une douzaine de buts.

Le Canadien a aussi ajouté deux attaquants – Tyler Toffoli et Josh Anderson – qui adorent tirer au filet. Qui génèrent donc des chances de marquer. Peu de joueurs du Canadien ont tiré aussi souvent qu’eux par tranches de 60 minutes jouées depuis trois ans. En fait, il n’y en a qu’un : Brendan Gallagher, premier dans la LNH à ce chapitre.

TIRS PAR 60 MINUTES JOUÉES, 2017-2020
Brendan Gallagher 13,2
Tyler Toffoli 10,5
Josh Anderson 9,8
Joel Armia 8,6
Tomas Tatar 8,5

C’est vrai que l’attaque n’est qu’un des aspects du jeu. Qu’il y a aussi la défensive. Maintenant, Toffoli et Anderson remplaceront des joueurs comme Ilya Kovalchuk (8,4) et Max Domi (8,0), qui n’étaient pas précisément réputés pour leurs replis défensifs. Au terme de la saison, le duo pourrait procurer au Canadien environ 60 tirs de plus, poste pour poste.

Ça peut sembler futile. Mais ce ne l’est pas. Voilà le genre de données sur lesquelles se basent les maisons de paris sportifs pour établir leurs pronostics. Dites-vous que les preneurs aux livres détestent perdre de l’argent. Ils ont tout intérêt à viser juste. Bien plus que les poolers du dimanche que nous sommes.

Que prédisent-ils cette saison pour le Canadien et ses rivaux de division ?

PRÉDICTION DE POINTS CETTE SAISON
Maple Leafs de Toronto 68,5
Canadien de Montréal 65,5
Oilers d’Edmonton 65,5
Flames de Calgary 64,5
Canucks de Vancouver 63,5
Jets de Winnipeg 61,5
Sénateurs d’Ottawa 46,5
Source : BetOnline

Une saison très, très serrée. Un écart de seulement deux points entre la deuxième et la cinquième place. Une seule victoire pourrait faire la différence entre une participation aux séries et une exclusion. Cruel, mais excitant.

Alors, le Canadien peut-il terminer en tête de sa division ?

Oui. Absolument.

Réussira-t-il ?

J’en doute. Je donne l’avantage aux Leafs, en raison de leur ligne de centre (Auston Matthews, John Tavares, Alex Kerfoot), meilleure que celle du Canadien (Phillip Danault, Nick Suzuki, Jesperi Kotkaniemi). Mais je prédis un écart minime. Un point. Peut-être deux. Puis un affrontement entre les deux équipes au deuxième tour des séries. Une première depuis 1979.

Qui gagnera ?

On s’en reparle en mai.

Entre deux verres de limonade au mélilot.

ENVOYEZ-NOUS VOS QUESTIONS !

Bonne nouvelle : notre balado Sortie de zone revient pour une deuxième saison, en collaboration avec le 98,5 FM. Deux fois par semaine, Guillaume Lefrançois, Simon-Olivier Lorange, Jeremy Filosa, un invité et moi discuterons des sujets de l’heure dans la Ligue nationale. Une nouveauté cet hiver : un segment sera consacré aux questions des lecteurs. Vous pouvez nous envoyer les vôtres dès maintenant à sports@lapresse.ca. Prenez soin de bien indiquer votre nom. Au plaisir de vous lire !