« Une belle fête au cœur de l’Europe et à côté de la plus haute montagne du continent. » Voilà comment Vincent Champagne, corédacteur en chef du magazine Distances+, décrit l’Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTMB), qui transforme la ville de Chamonix en épicentre de la course en sentier.

Pascal Milano Pascal Milano
La Presse

Cette fête a commencé hier et durera jusqu’à dimanche avec l’arrivée des derniers coureurs de l’UTMB, événement phare de la semaine.

« L’Ultra-Trail du Mont-Blanc, c’est l’événement qui a peut-être la plus grande résonance médiatique dans le milieu de la course en sentier, poursuit-il. Il y a beaucoup d’athlètes élites que l’on aime suivre lors de leurs courses à travers le monde, et c’est excitant de les voir s’affronter. »

L’UTMB, dont le départ sera donné vendredi midi, heure du Québec, offre un parcours de 170 kilomètres avec 10 000 mètres de dénivelé positif autour du massif du Mont-Blanc. On y retrouvera 40 Canadiens, mais il est très improbable que l’un d’eux répète la performance du Montréalais Mathieu Blanchard, 13e en 2018.

« S’il y a moins de coureurs élites du Québec, cette année, c’est parce que notre contingent s’en va à la Diagonale des Fous [en octobre], précise Champagne, qui était sur place à Chamonix en 2017 et en 2018. L’objectif de la saison, pour la majorité de nos coureurs, c’est la Diagonale des Fous à l’initiative de la Clinique du coureur. »

Parmi les favoris de l’UTMB, Champagne cite d’abord le nom de Xavier Thévenard, qui pourrait ajouter son nom au palmarès pour la quatrième fois. Chez les femmes, Courtney Dauwalter a une trajectoire impressionnante, mais elle devra écarter les deux dernières gagnantes, Núria Picas et Francesca Canepa.

Sept courses

Au total, l’Ultra-Trail du Mont-Blanc est constitué de sept courses éparpillées au cours de la semaine. On retrouve autant une épreuve de 15 kilomètres pour les jeunes de 16 à 22 ans (Youth Chamonix Courmayeur) qu’une épreuve par équipes d’une distance de 284 kilomètres (La Petite trotte à Léon).

La CCC (Courmayeur-Champex-Chamonix) avait été ajoutée au calendrier en 2005 pour répondre à la forte demande. C’est cette course, de 101 kilomètres et 6100 mètres de dénivelé positif, que disputera Blanchard.

Il est d’ailleurs sur place depuis plusieurs semaines. « Il est très motivé. Il monte à 3000 mètres d’altitude tous les jours et il reste quelques heures pour s’adapter, précise Champagne. On se rappelle que l’altitude lui avait causé des problèmes lors de Ultra-Trail Atlas Toubkal au Maroc en 2018. »

La CCC débutera vendredi à 3 h du matin, heure du Québec.