• Accueil > 
  • Sports 
  • > Kentucky Derby: un jockey français sacré au prix d'une controverse 
Source ID:76dafaf51cb23f4b948c4deba6c50d05; App Source:StoryBuilder

Kentucky Derby: un jockey français sacré au prix d'une controverse

Flavien Prat à l'issue du Kentucky Derby, samedi.... (PHOTO AP)

Agrandir

Flavien Prat à l'issue du Kentucky Derby, samedi.

PHOTO AP

CYRIL JULIEN
Agence France-Presse
Washington

Le jockey français Flavien Prat se sent encore «sur la Lune» après avoir remporté samedi le Kentucky Derby, un monument des courses hippiques américaines, même si sa victoire sur tapis vert a suscité une énorme controverse.

«C'est la course que tout le monde rêve de gagner», dit-il. S'imposer sur l'hippodrome de Louisville, dans le Kentucky, «c'est comme gagner l'Arc, mieux même», ajoute-t-il en référence au mythique Prix de l'Arc de Triomphe à Longchamp.

Samedi, après deux minutes de course sous la pluie et 20 longues minutes de délibérations, les juges de la plus prestigieuse épreuve des États-Unis ont déclassé le vainqueur et grand favori, Maximum Security, pour avoir gêné plusieurs concurrents, dont le deuxième, Country House, monté par le Français.

«C'est un phénomène, ce jeune gars», affirme en français Derek Lawson, son agent depuis cinq ans. «Quand on voit ce qu'il a réussi à seulement 26 ans et cinq ans de carrière».

Né le 4 août 1992 à Melun, Flavien Prat est un pur produit du hippisme français. Son père, Frédéric, est entraîneur de trotteurs, mais lui préfère le galop et a depuis l'enfance l'«obsession» d'être jockey.  

À 14 ans, il intègre l'internat de l'école des courses hippiques AFASEC à Gouvieux. Entre 17 et 23 ans, il passe la saison hivernale en Californie, avant de s'y installer définitivement en 2015.

«Depuis l'internat, j'étais indépendant», raconte-t-il. «C'était facile de partir deux mois (aux États-Unis). J'ai tissé des liens, progressé en anglais. Je n'étais pas dans l'inconnu quand j'ai décidé de partir définitivement».

D'autant qu'en Californie, il «monte de meilleurs chevaux». Mais son début de carrière vacille quand il est victime d'une grave chute en course (plusieurs fractures, un pneumothorax) en septembre 2015. Il reste alors éloigné plusieurs mois des champs de course.

En 2016, il assiste dans les tribunes à son premier Derby. «Je n'avais jamais vu ça, autant de monde, la ferveur, le show à l'américaine», témoigne le lauréat de la 145e édition, dont le cheval, coté à 65 contre 1, était loin d'être favori.

«D'autres courses à gagner»

Flavien Prat à bord de Country House lors... (USA TODAY) - image 2.0

Agrandir

Flavien Prat à bord de Country House lors de la course de samedi.

USA TODAY

Mais la disqualification du vainqueur, une première dans l'histoire de la célèbre course, a déclenché une vaste polémique, même si l'appel de l'écurie de Maximum Security a été rejeté.

«Oui, il y a eu faute. Non, elle ne méritait pas une disqualification historique», a écrit le célèbre chroniqueur hippique Andy Beyer dans le Washington Post.

«Maximum Security n'a pas gêné Country House, qui a été un honnête deuxième, mais n'était pas de toute façon une menace pour la victoire», a renchéri USA Today, pour qui la Triple Couronne - dont le Derby est la première étape - n'a désormais aucun intérêt.

Même le président Donald Trump s'est joint aux critiques. «Le meilleur cheval n'a PAS gagné le Kentucky Derby, même pas de peu», a-t-il tweeté dimanche, dénonçant une décision «politiquement correcte».

«Flavien s'est fait incendier sur les réseaux sociaux, on le traite de "pleurnichard", mais il y a eu deux réclamations», souligne son agent Derek Lawson, rappelant que le Français a aussi été victime de disqualifications dans sa carrière.

Qu'importe pour Flavien Prat, qui rejoint au palmarès de l'épreuve son compatriote Jean Cruguet, vainqueur de la Triple Couronne en 1977. La polémique ne le «préoccupe pas», il veut passer à autre chose. «Il y a d'autres courses à gagner et j'ai encore plein de choses à prouver», affirme-t-il.

Le jeune jockey pourrait faire taire les critiques lors des Preakness Stakes, deuxième étape de la Triple Couronne, le 18 mai à Baltimore. Mais sa participation dépend de l'état de forme de Country House, «qui aura déjà couru quatre courses en six semaines», relève Derek Lawson.

L'agent espère aussi que Donald Trump profitera de la présence du jockey dans la région de Washington pour «nous inviter afin qu'on puisse lui expliquer pourquoi il y a eu disqualification».




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer