Cette fois, Frank Dancevic n'a pas déclenché les feux d'artifice sur le central. Mais il s'est chargé du spectacle.

Hugo Fontaine

Contre le champion en titre de la Coupe Rogers et numéro trois mondial Novak Djokovic, le Canadien a su entretenir un espoir tout au long du match, mais a dû s'avouer vaincu en deux manches de 6-4. Si on n'a pas eu droit à la surprise désirée, la communion du joueur avec la foule, sa foule, a rendu la soirée toute spéciale.

Les drapeaux canadiens s'agitaient dans le stade pour Dancevic. Djokovic n'était pas en reste et plusieurs partisans serbes avaient apporté leur drapeau national. On a aussi vu un drapeau espagnol, mais on n'a toujours pas compris.

«Je pense que la foule était extraordinaire, a dit Dancevic. J'ai vraiment senti leur appui durant tout le match. En fait, ça m'a aidé à briser Djokovic dans la deuxième manche et à revenir dans la rencontre.»

Après avoir été brisé au dernier jeu de la première manche, Dancevic, 82e au monde, est resté bien en selle. Après un jeu expéditif de Djokovic au service, Dancevic a répondu avec un jeu tout autant expéditif.

Puis, Djokovic a brisé le joueur de Niagara Falls avant d'amener le score à 5-2. C'est à ce moment que la foule s'est mise de la partie pour sauver le dernier Canadien du tournoi. Elle a démarré la vague!

Dancevic, visiblement, appréciait l'initiative. Tout sourire, on sentait qu'il s'amusait, et, vu le score, c'était bon signe. Quand est venu le temps, il a levé les bras avec la foule. Et la vague l'a transporté.

Dancevic a sauvé une balle de match dans le jeu suivant et Djokovic lui a fait un cadeau en cessant de jouer sur une balle qu'il pensait hors jeu. 5-3 Djokovic.

À 15-15 sur le service du Serbe, Dancevic a contesté une décision d'un juge de ligne. Dancevic a joint ses mains et priait. Mais l'heure était vraiment grave. Il s'est agenouillé et a gagné la contestation. «Je n'ai pas l'habitude de prier quand je conteste une décision, a raconté Dancevic. Mais c'était un point très important et j'ai demandé que Dieu me vienne en aide.»

La foule a apprécié l'aide divine et elle l'a fait sentir.

Djokovic regrettait sûrement d'avoir manqué la vague. Il a fait une double faute sur le dernier point et a permis à Dancevic de le briser. La vague est repartie.

Alors que le tonnerre se mettait de la partie, Djokovic a retrouvé ses esprits et a brisé Dancevic pour mettre fin au match.

La meilleure chance de Dancevic s'est présentée dès le premier jeu du match. Djokovic a eu besoin de tout son petit change et de 14 échanges pour venir à bout du Canadien et gagner son service. Dancevic a alors raté deux balles de bris.

Après le premier set, Dancevic montrait de bonnes statistiques. Il avait passé 86% de ses premières balles (il a terminé le match à 73%). «Il servait vraiment bien», a commenté le Serbe, qui avait toutefois les moyens de répondre.

«Djokovic retournait de mieux en mieux au fil du match, a dit Dancevic. Habituellement, je prends beaucoup de points sur mon premier service, mais aujourd'hui il y avait beaucoup de balles qui revenaient. Ça a ajouté un peu plus de pression de mon côté du terrain et ça a rendu le jeu plus difficile.»

«Un des coups importants contre Dancevic, c'est le retour, a souligné le gagnant. Je suis très content de cette facette de mon jeu ce soir.»

Djokovic n'a réussi que 62% de ses premiers services. Sauf qu'à quelques reprises, il a sorti de son chapeau des deuxièmes balles du tonnerre.

«Je sentais qu'il était vraiment au sommet de son jeu, a dit Dancevic. J'ai été vraiment impressionné de la manière dont il bougeait pour un si grand joueur (6'2). Il était vraiment solide et prêt à frapper chaque balle. Il ne semblait jamais surpris.»

«J'ai été vraiment constant, j'aimais la manière dont je bougeais, a dit le Serbe. Je pense que Dancevic était peut-être un peu trop défensif et j'en ai profité.»

Si, en simple, Dancevic n'est plus là, il sera encore sur le central ce soir pour son match de double. Lui et l'Américain Jesse Levine affrontent les Australiens Paul Hanley et Jordan Kerr.

Par ailleurs, Andy Roddick, champion de la Coupe Rogers en 2003, a réussi son entrée en battant le Français Nicolas Mahut 6-1, 6-7 (6) et 6-3.

Roger Federer et Rafael Nadal font leur entrée aujourd'hui.