Prendre des vitamines et des suppléments ? Boire des boissons chaudes ? Diluer quelques gouttes d’un produit miracle dans un verre d’eau ? Faire du sport ? L’internet regorge de trucs pour, prétend-on, renforcer le système immunitaire ou même neutraliser la COVID-19. La prudence est de mise.

Catherine Handfield Catherine Handfield
La Presse

Le titre attire l’attention : « Coronavirus : le protocole naturel à diffuser d’urgence ». Ce texte du site internet français Santé corps esprit, publié le 3 mars dernier, propose des solutions « naturelles » pour se protéger de la COVID-19.

La recette ? Plusieurs vitamines et suppléments qu’on trouve dans l’alimentation, de la propolis (produite par les abeilles) et une huile essentielle. L’auteur termine avec l’hygiène des mains. Le site québécois maisonjacynthe.ca a résumé l’article français sur son blogue, mais on ne peut accéder à ce résumé qu’en passant par le moteur de recherche du site.

Alors que l’épidémie de COVID-19 prend de l’ampleur, on trouve sur l’internet de plus en plus de trucs et de recettes maison pour prévenir, voire guérir la maladie, mais qui ne sont aucunement validés scientifiquement.

« Évidemment, on va voir pulluler ça au cours des prochains jours, des prochaines semaines. Il y en a même qui vont spécifier que ça a un effet contre le coronavirus », dit le Dr Alex Carignan, microbiologiste-infectiologue et professeur à l’Université de Sherbrooke, qui s’inquiète du phénomène. 

Il y a très, très peu d’éléments qui ont démontré des effets pour améliorer le système immunitaire.

Le Dr Alex Carignan, microbiologiste-infectiologue et professeur à l’Université de Sherbrooke

Dans le monde des suppléments, le zinc pourrait avoir certains bénéfices pour le rhume, « mais on ne peut pas du tout l’extrapoler au coronavirus actuellement », prévient le Dr Carignan.

« Il n’existe malheureusement pas de remèdes miracle », avertit-il.

En début de semaine, la Food and Drug Administration (FDA), aux États-Unis, a fait parvenir des lettres d’avertissement à sept entreprises qui prétendent frauduleusement que leurs produits – thés, huiles essentielles, teintures et un prétendu antibactérien naturel – peuvent prévenir ou guérir la COVID-19. Par exemple, une entreprise d’« aromathérapie » présentait, sur son site internet, une huile essentielle comme « la plus puissante huile essentielle antivirale qui procure une défense contre le coronavirus ».

« J’ai vu beaucoup de choses circuler, et ce n’est pas surprenant : il y a toujours des gens qui vont essayer de tirer profit de situations comme celle-là », dit le Dr Alex Carignan.

La FDA a rappelé qu’il n’existait aucun vaccin ni aucun médicament approuvé pour traiter ou prévenir la COVID-19.

Par courriel, Jacynthe René, propriétaire de Maison Jacynthe, a dit avoir relayé l’article français « puisque nous endossons à 100 % le fait qu’il faut se laver les mains ». Le résumé n’a pas encore été mis de l’avant sur le blogue ni partagé. « Il a été déposé sur le site pour que je puisse éventuellement y référer », nous a-t-elle précisé. Mme René souligne aussi qu’il existe « une multitude de livres de référence scientifiques pour l’usage des huiles essentielles ».

Boissons chaudes… ?

Le texte, intitulé « On n’arrête pas le virus avec la panique, mais avec l’intelligence », circule sur l’internet depuis quelques jours. Il a d’abord été publié en italien sur le site d’une association italienne de prévention des maladies cardiovasculaires, puis traduit en français.

Il donne un conseil plutôt inusité : « Consommez donc souvent des boissons chaudes telles que du thé, des tisanes ou du bouillon pendant la journée. Les liquides chauds neutralisent le virus et il n’est pas difficile de les boire. » Et « évitez de boire de l’eau glacée ou de manger des glaçons ou de la neige pour ceux qui sont en montagne », ajoute-t-on.

« Il n’y a vraiment aucune preuve scientifique pour supporter ça », réagit le Dr Alex Carignan. Le temps de contact du liquide chaud dans la bouche n’est probablement pas suffisant pour inactiver le virus, dit-il, et le virus se transmet souvent par gouttelettes dans les voies respiratoires. « C’est peu probable que ça ait un impact », conclut-il.

Que faire pour renforcer son système immunitaire ?

Des données scientifiques suggèrent qu’un bon sommeil et de l’exercice physique peuvent diminuer le risque d’avoir le rhume. Le stress pourrait aussi contribuer au développement d’infections, l’exemple classique étant le feu sauvage. Or, souligne le Dr Carigan, on est loin de pouvoir extrapoler ces résultats pour les appliquer au coronavirus.

Qu’est-ce qu’on fait, alors, pour diminuer le risque de contracter la COVID-19 ?

Un mot : prévention.

« C’est pour ça qu’on met autant l’accent sur les mesures de prévention, dit le Dr Carignan. En Chine, on a réussi à juguler cette épidémie-là avec des mesures très simples : restriction des mouvements de foule, isolement des malades, détection précoce de la maladie, et des mesures de base comme l’hygiène des mains. »