Source ID:380244; App Source:cedromItem
Exclusif

Les adultes boudent le verre de lait

Les adultes percevraient le lait comme une boisson... (Photo Pierre Maccann, Archives La Presse)

Agrandir

Les adultes percevraient le lait comme une boisson pour les enfants.

Photo Pierre Maccann, Archives La Presse

Si on commande un verre de lait au restaurant, on se fait regarder bizarrement. Le lait est vu comme une boisson pour les enfants, pas pour les adultes, même si on sait que c'est bon pour la santé. Voilà ce qui ressort d'une nouvelle étude sur les perceptions des adultes canadiens à l'égard des produits laitiers menée par Véronique Provencher, professeure adjointe à l'Université Laval.

«Les deux tiers de la population adulte ne consomment pas les deux portions minimums de produits laitiers recommandées par le Guide alimentaire canadien, dit Mme Provencher, qui a grandi dans une ferme laitière. C'est vraiment un problème, parce qu'il est difficile pour eux de combler leurs besoins en calcium et en vitamine D.»

Pour découvrir ce qui motive leur consommation de lait et de fromage, la chercheuse a interrogé 162 adultes âgés de 19 à 50 ans, à Québec, Montréal et Toronto. «Boire du lait, c'est rationnel, tandis que manger du fromage, c'est festif», a-t-elle résumé.

Des différences sont notables entre les sexes. Les femmes limitent leur consommation de fromage «en raison de préoccupations à l'égard du poids», tandis que les hommes apprécient les produits laitiers «pour leurs protéines, importantes pour le développement des muscles, le sport», a indiqué Mme Provencher.

Cher fromage

Étonnamment, le fromage est identifié au Québec, ce qui n'est pas le cas du lait, aussi produit dans la province. En achetant du fromage, «on veut encourager les gens d'ici», a dit la chercheuse. Le consommateur trouve toutefois son prix élevé. «Même les ventes de fromage de base sont plus importantes quand il est en solde», a indiqué Mme Provencher.

La consommation de lait est freinée par une méconnaissance de son mode de production. «On sait que le lait vient des vaches et qu'on le retrouve sur les tablettes des épiceries, a noté la chercheuse. Mais ce qui lui arrive entre les deux, on ne le sait pas. Il pourrait être intéressant de percer les mystères de l'industrie laitière.» Exemple de mythe erroné: bien qu'elles soient utilisées aux États-Unis pour stimuler la production de lait, les hormones de croissance pour vaches sont interdites au Canada.

Boire du lait n'est pas moralement justifié

Ces résultats doivent servir à l'élaboration de messages faisant la promotion des produits laitiers, ce qui hérisse Élise Desaulniers, auteure de l'essai Vache à lait, paru récemment chez Stanké. «Plus du quart des investissements en publicité sur les aliments le sont pour des produits laitiers, contre seulement 6% pour les fruits et légumes, a-t-elle observé. Plutôt qu'encourager la consommation de produits laitiers, il faut montrer que les sources alternatives de calcium sont nombreuses: les légumes, le tofu, mais aussi les laits végétaux, les noix, etc.»

Boire du lait n'est pas justifié moralement, selon Mme Desaulniers. Les vaches laitières «passent le plus clair de leur vie attachées dans des stalles, constamment enceintes et séparées de leurs veaux dès la naissance», lit-on dans Vache à lait. Les produits laitiers ne sont pas écolos: produire 1 kg de fromage émet 13,5 kg de CO2, autant que 80 km en auto. Le lait n'est pas nécessaire à la santé, ajoute l'auteure: c'est le calcium et la vitamine D qui le sont.

Nutritionniste de formation, Mme Provencher fait valoir que les Québécois boivent du lait de vache depuis longtemps. «Les Asiatiques ne boivent pas de lait, mais ils mangent du chou le matin, pour déjeuner», a-t-elle souligné. Son étude a été financée par les Producteurs laitiers du Canada, la Commission canadienne du lait et Agriculture et agroalimentaire Canada.

Sources de calcium

Santé Canada recommande aux adultes de 19 à 50 ans de consommer 1000 mg de calcium par jour. Voici quelques sources de calcium:

> 50g de fromage gruyère, suisse, chèvre, cheddar faible en gras, mozzarella faible en gras: de 396 à 506 mg de calcium

> 250 ml de boisson de soya ou de riz enrichie de calcium: de 319 à 324 mg

> 175 g de yogourt nature: de 292 à 332 mg

> 250 ml de lait: de 291 à 322 mg

> 75 g de sardines de l'Atlantique en conserve: 286 mg

> 150 g de tofu préparé avec du sulfate de calcium: de 243 à 347 mg

> 125 ml de chou cavalier surgelé, cuit: 189 ml

> 125 ml d'épinards surgelés, cuits: 154 mg

Source: Vache à lait, Stanké, 2013

Qui ne consomme pas assez de calcium?

> Seulement 3% des enfants de 1 à 3 ans.

> Presque le quart des enfants de 4 à 8 ans.

> Plus du tiers des garçons et plus des deux tiers des filles de 9 à 18 ans.

> De 26 à 80% des hommes adultes, selon le groupe d'âge.

> De 48 à 87% des femmes adultes, selon le groupe d'âge.

Source: Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2004




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Société

Tous les plus populaires de la section Société
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer