Lors de la toute première édition du Beauty Under 40 Awards en mai dernier, nouveau gala consacré à la génération montante dans l’industrie canadienne de la beauté, le maquilleur et photographe Alexandre Deslauriers a remporté le prix de la catégorie Artistry pour sa vision artistique et hors-norme de la beauté. Portrait.

Iris Gagnon-Paradis
Iris Gagnon-Paradis La Presse

Fasciné depuis son tout jeune âge par la lumière, Alexandre Deslauriers s’est initié de façon autodidacte à l’art de la photographie dès l’âge de 13 ans. À 19 ans, il lançait son entreprise de photographie à Québec et a travaillé avec des artistes comme Michèle Richard et Nanette Workman, en plus de cumuler les contrats pour différents clients et médias.

Insatiable dans sa curiosité et ses explorations de nouveaux territoires, le jeune Deslauriers a fait de la photo son tremplin pour sonder d’autres arts connexes, dont le maquillage, auquel il s’initie de façon autodidacte à 14 ans. « Pour moi, le maquillage, c’était un [mode d’expression] que j’utilisais dans le but d’améliorer mes photos. Les deux sont intimement liés. »

En passant par ce chemin, explique l'artiste, il a ainsi pu développer une vision du maquillage à la fois personnelle et unique, loin des diktats de la beauté. « Mon rôle n’est pas de maquiller pour rendre une personne belle en suivant des étapes ; je maquille pour faire plaisir à la caméra, en plaçant différents pigments et réflecteurs à différentes intensités qui vont réfléchir la lumière et être captés par la caméra. C’est un maquillage plus vivant. »

PHOTO FOURNIE PAR ALEXANDRE DESLAURIERS

Alexandre Deslauriers est maquilleur, mais il a aussi eu son studio de photographie à Québec durant 15 ans.

C’est ainsi qu’il mène une fructueuse carrière de photographe-maquilleur à Québec, sa ville d’origine, pendant 15 ans. Durant cette période, ce véritable touche-à-tout a aussi fait de la conception d’éclairage pour des spectacles, de la direction artistique pour des campagnes et des pochettes d’album, de la consultation et même de la chronique beauté pour différentes publications et à la télévision.

Mais c’est en déménageant à Toronto il y a cinq ans que de nouvelles portes se sont ouvertes à lui. Une décision qu’il a prise sur le conseil de Chantale Nadeau, ancienne mannequin québécoise avec qui il s’était lié d’amitié. « Elle m’avait invité à venir la voir à Toronto pour “parler de mon [avenir]”. Ça n’a pas pris un mois et je suis parti à Toronto ! », lance-t-il en riant.

De là, il a délaissé la photographie pour se concentrer surtout sur le maquillage. Il a participé à plusieurs semaines de la mode, de New York à Milan, notamment aux côtés de la maquilleuse québécoise Lyne Desnoyers, pour MAC. Une expérience qui lui a ouvert les portes de l’international.

PHOTO FOURNIE PAR ALEXANDRE DESLAURIERS

Habitant aujourd’hui à Toronto, Alexandre Deslauriers a participé à plusieurs semaines de la mode, de New York à Milan.

L’art de la rébellion

Sa carrière, qui se voit récompensée de ce prix prestigieux dans la catégorie Artistry au gala des Beauty Under 40 Awards, évènement national propulsé par l’Allied Beauty Association (ABA), Alexandre Deslauriers l’a taillée à sa mesure, avec un leitmotiv apparent : remettre en question les règles établies.

Si la porte est fermée, tu passes par la fenêtre ; s’il n’y a pas de bleu, prends du jaune ! Ne pas s’encarcaner dans des idéologies rétrogrades, suivre son instinct, c’est ce qui ressort de mon parcours.

Alexandre Deslauriers

Et Dieu sait que dans le monde de la beauté, règles, étapes et prescriptions sont nombreuses. « Je me suis beaucoup rebellé. Par exemple, pourquoi une bouche doit toujours être parfaite ? Pourquoi il faut toujours du mascara ? », dit-il.

Il a ainsi consacré beaucoup de son temps à ce qu’il nomme des « études », où il cherchait de nouvelles avenues pour obtenir un résultat, par exemple un regard intense normalement associé au port du mascara. « Je tourne une question de tous les côtés pour la remettre en question, me demander si c’est obligé d’être d’une telle façon. Est-ce qu’on peut transgresser les règles tout en les respectant ? C’est comme ça que je me suis doté d’une expertise différente en maquillage. »

Étude sur la bouche

  • Alexandre Deslauriers a beaucoup contesté les règles établies en beauté, comme celle selon laquelle une bouche doit être parfaite.

    PHOTO BRIAN YPPERCIEL, FOURNIE PAR ALEXANDRE DESLAURIERS

    Alexandre Deslauriers a beaucoup contesté les règles établies en beauté, comme celle selon laquelle une bouche doit être parfaite.

  • Alexandre Deslauriers a beaucoup contesté les règles établies en beauté, comme celle selon laquelle une bouche doit être parfaite.

    PHOTO BRIAN YPPERCIEL, FOURNIE PAR ALEXANDRE DESLAURIERS

    Alexandre Deslauriers a beaucoup contesté les règles établies en beauté, comme celle selon laquelle une bouche doit être parfaite.

  • Alexandre Deslauriers a beaucoup contesté les règles établies en beauté, comme celle selon laquelle une bouche doit être parfaite.

    PHOTO BRIAN YPPERCIEL, FOURNIE PAR ALEXANDRE DESLAURIERS

    Alexandre Deslauriers a beaucoup contesté les règles établies en beauté, comme celle selon laquelle une bouche doit être parfaite.

1/3
  •  
  •  
  •  

Ces recherches ont aussi été l’occasion pour lui d’utiliser des matières et des matériaux inusités : du sang de cinéma au lieu de fard à joues, de la salissure pour amener un côté plus brut et émotionnel, des épices comme du curcuma et même de l’aquarelle. « Il y avait dans l’aquarelle une transparence qui m’intéressait, contrairement au côté plus opaque et poudreux d’une ombre à paupières. Mais ça ne paraît pas sur la photo et mon but n’est pas de faire des maquillages “fuckés” ; tout ce que je fais, c’est toujours pour élever l’image. »

« Deux extrêmes qui se côtoient »

Maquillages réalisés par Alexandre Deslauriers

  • Quelques exemples de mises en beauté créées par Alexandre Deslauriers.

    PHOTO HADI MOURAD, FOURNIE PAR ALEXANDRE DESLAURIERS

    Quelques exemples de mises en beauté créées par Alexandre Deslauriers.

  • Quelques exemples de mises en beauté créées par Alexandre Deslauriers.

    PHOTO MICHAEL KAI, FOURNIE PAR ALEXANDRE DESLAURIERS

    Quelques exemples de mises en beauté créées par Alexandre Deslauriers.

  • Quelques exemples de mises en beauté créées par Alexandre Deslauriers.

    PHOTO ARLINE MALAKIAN, FOURNIE PAR ALEXANDRE DESLAURIERS

    Quelques exemples de mises en beauté créées par Alexandre Deslauriers.

  • Quelques exemples de mises en beauté créées par Alexandre Deslauriers.

    PHOTO BRIAN YPPERCIEL, FOURNIE PAR ALEXANDRE DESLAURIERS

    Quelques exemples de mises en beauté créées par Alexandre Deslauriers.

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Témoin privilégié de l’évolution de l’industrie de la beauté, Alexandre Deslauriers continue à maquiller professionnellement, mais il se consacre surtout aux conférences et à de la consultation pour diverses marques comme MAC, Make Up For Ever, Burt’s Bees, Clarins, Vichy…

Il observe une libération chez les consommateurs, qui ne sont plus à la remorque des marques et vont oser essayer et expérimenter, notamment avec les couleurs. « Il y a 20 ans, une personne avec de l’ombre à paupières rouge aurait été considérée comme gothique. Aujourd’hui, il y a moins d’étiquettes. Si tu veux le faire, fais-le !  »

Il y a une beauté dans la différence.

Alexandre Deslauriers

L'artiste déplore par contre une certaine « désinformation » causée par les tutoriels de maquillage sur YouTube et Instagram. « Ce que les gens ne réalisent pas, c’est que toutes ces techniques de baking, de contouring, les gros sourcils carrés, le fond de teint full coverage, ça vient des drag queens, ce sont des techniques pour la scène. Les femmes se maquillent donc comme un homme… qui essaie de se maquiller en femme ! »

Parallèlement, le look naturel est également une tendance très forte. « Ce sont deux extrêmes qui se côtoient. Mais avec la pandémie, je crois que le naturel va prendre le dessus. Les femmes se rendent compte que ça n'a aucun sens, toutes ces étapes, qu’une crème teintée fait l’affaire et qu’en plus, la peau n’a jamais été aussi belle. »

Une pensée à méditer !

> Consultez la page Instagram d'Alexandre Deslauriers