Les propriétés dans les beaux vieux quartiers sont parfois négligées. Quand cela fait 30, 40 ans que des propriétaires vivent dans une même maison, ils ont rarement envie de tout chambouler. La cuisine désuète leur convient tout à fait. Même chose pour le sous-sol en préfini brun.

Marie-Andrée Amiot LA PRESSE

Arrivent de nouveaux propriétaires qui eux, n'ont pas peur des transformations extrêmes. C'est ce qu'ont fait Richard Ouellette et Maxime Vandal quand ils ont acheté le cottage jumelé de la rue Landsdowne à Westmount.

Si l'extérieur avait bonne mine avec ses briques rouges et ses jolies galeries en bois, il a été rafraîchi. Mais c'est à l'intérieur que les transformations sont le plus apparentes. «Afin d'obtenir de plus grands volumes, nous avons repensé la vocation de chaque espace», explique M. Vandal. Ainsi, dès l'entrée, l'ouverture de gauche menant au salon est maintenant trois fois plus grande. Un corridor en L, qui contournait la salle à manger vers la cuisine et permettait de servir discrètement les invités, a été abandonné. Cet espace récupéré a permis d'agrandir le salon de presque cinq pieds sur toute la largeur. Une niche éclairée discrètement grâce aux spots installés dans la retombée du plafond camoufle l'électricité et la plomberie.

La salle à manger est maintenant plus apparente. Un cintrage en ellipse très joli et fort original accueille le visiteur. À l'arrière, on a agrandi l'ouverture menant à la cuisine.

«Cette cuisine était divisée en deux pièces inégales, se souvient M. Ouellette. Nous avons abattu les cloisons pour redéfinir la pièce». À droite se trouvent l'espace rangement, le grand îlot, les électros (disposés afin qu'ils soient invisibles aux invités) et l'évier. À gauche, un coin lunch composé d'une banquette et d'une longue table, savamment encadré par deux armoires servant à la verrerie et autres pièces délicates. Avec ses vitres ornées de treillis installés à angle et ses éclairages discrets, le look indémodable reflète bien l'esprit de la maison.

La cuisine comprend de nombreux tiroirs et autres rangements. Les moulures élaborées des portes sont de style shaker et ses comptoirs, en quartz gris éléphant. Les armoires sont blanches. L'îlot au centre est apparent dès le vestibule.

Les maisons de cette époque sont souvent sombres en raison des ouvertures restreintes. Les propriétaires ont agrandi les embrasures existantes et ont remplacé toutes les fenêtres. Les portes françaises à l'arrière s'ouvrent sur une jolie terrasse en bois qui surplombe un jardin sous les arbres. Le garage détaché, au bout de l'allée de stationnement, est certes un atout.

En raison de son âge, les propriétaires ont également dû défaire et refaire les plafonds, les égalisant et rétablissant les lignes droites. « Les cloisons portantes n'étaient pas alignées et créaient des écarts », soutient M. Vandal. Cela a permis d'installer de nouveaux caissons, plus équilibrés, qui permettent la fameuse enfilade du vestibule à la cuisine avec l'ajout d'un lustre placé en plein centre de la salle à manger. Tous les planchers ont été enlevés et remplacés par des lattes en bois.

L'étage n'est pas en reste. Les marches menant aux quatre chambres ont été décapées puis teintes de la même couleur que les planchers. Un palier adjacent a été retiré, permettant d'ouvrir le plafond et de bénéficier de la lumière venant de la fenêtre en vitraux de l'escalier.

La chambre principale est divisée par une cloison ouverte aux extrémités. Du rangement en laque blanche longe le mur. La cloison elle-même comprend le téléviseur et un foyer à l'éthanol. Dans la chambre, une magnifique salle de bains aux tons blancs marbrés avec mosaïque déclinée en gris au sol de la douche vitrée.

Ici aussi, on a agrandi les fenêtres des chambres situées à l'arrière. Au centre, une autre salle de bains, cette fois aux reflets bleus grâce à la mosaïque en pâte de verre.

Le sous-sol a été complètement repensé et même le plancher est en nouveau béton. La buanderie est au sous-sol et reliée aux chambres grâce à la chute à linge. Un grand espace sert aux tâches jardinières.

Les propriétaires ont adopté cette maison, mais cherchent toujours de nouveaux projets... qu'ils appelleront à nouveau leur chez-soi.

Les maisons de cette époque sont souvent sombres en raison des ouvertures restreintes. Les propriétaires ont agrandi les embrasures existantes et ont remplacé toutes les fenêtres. Les portes françaises à l'arrière s'ouvrent sur une jolie terrasse en bois qui surplombe un jardin sous les arbres. Le garage détaché, au bout de l'allée de stationnement, est certes un atout.

En raison de son âge, les propriétaires ont également dû défaire et refaire les plafonds, les égalisant et rétablissant les lignes droites. « Les cloisons portantes n'étaient pas alignées et créaient des écarts », soutient M. Vandal. Cela a permis d'installer de nouveaux caissons, plus équilibrés, qui permettent la fameuse enfilade du vestibule à la cuisine avec l'ajout d'un lustre placé en plein centre de la salle à manger. Tous les planchers ont été enlevés et remplacés par des lattes en bois.

L'étage n'est pas en reste. Les marches menant aux quatre chambres ont été décapées puis teintes de la même couleur que les planchers. Un palier adjacent a été retiré, permettant d'ouvrir le plafond et de bénéficier de la lumière venant de la fenêtre en vitraux de l'escalier.

La chambre principale est divisée par une cloison ouverte aux extrémités. Du rangement en laque blanche longe le mur. La cloison elle-même comprend le téléviseur et un foyer à l'éthanol. Dans la chambre, une magnifique salle de bains aux tons blancs marbrés avec mosaïque déclinée en gris au sol de la douche vitrée.

Ici aussi, on a agrandi les fenêtres des chambres situées à l'arrière. Au centre, une autre salle de bains, cette fois aux reflets bleus grâce à la mosaïque en pâte de verre.

Le sous-sol a été complètement repensé et même le plancher est en nouveau béton. La buanderie est au sous-sol et reliée aux chambres grâce à la chute à linge. Un grand espace sert aux tâches jardinières.

Les propriétaires ont adopté cette maison, mais cherchent toujours de nouveaux projets... qu'ils appelleront à nouveau leur chez-soi.

* * *

LA MAISON EN BREF

> Prix demandé: 1 725 000$

> Superficie habitable: 3800 pc

> 10 pièces dont 4 chambres

> 2 salles de bains, une salle d'eau

> Garage détaché, air climatisé, échangeur d'air, salle de télé au sous-sol

Agent immobilier: Marie Sicotte, Groupe Sutton Centre-Ouest. 514-953-9808

Photo: François Roy, La Presse

Dans le salon, on a ajouté une niche éclairée en enlevant un corridor qui servait mal les besoins des propriétaires.