Source ID:; App Source:

Le retour des grands lofts

Au 3e étage, les appartements orientés vers l'ouest...

Agrandir

Au 3e étage, les appartements orientés vers l'ouest jouissent d'une belle vue sur le centre-ville, le mont Royal et le Stade. Cependant, les appartements étant conçus en longueur, seuls le salon et la cuisine disposent d'une fenestration.

Simon Diotte (collaboration spéciale)
La Presse
C'est la section la plus récente de la... (Courtoisie de la SHDM) - image 1.0

Agrandir

C'est la section la plus récente de la biscuiterie Viau, un bâtiment de quatre étages, que Pierre Desnoyers et Jacques Plante transformeront en 70 lofts.

Courtoisie de la SHDM

Des lofts authentiques, avec hauts plafonds de 11 à 13 pieds, d'une superficie moyenne de 1200 pieds carrés, pour la moitié du prix de l'équivalent ailleurs à Montréal.

Avec l'explosion des coûts de construction ces dernières années, les promoteurs ont constamment diminué la superficie de leurs unités afin de conserver un prix de vente abordable. Résultat : les unités de 500 à 600 pieds carrés sont devenues la norme dans les quartiers centraux de Montréal. Mais vivre dans une telle superficie, sans souffrir de claustrophobie, ne convient pas à tous.

C'est avec cela en tête que les promoteurs ont conçu leurs grands appartements. «L'édifice que nous transformons a été acquis à un prix modique, ce qui nous permet d'offrir des unités deux fois plus grandes qu'ailleurs sans que vous n'ayez à payer un sou de plus», explique Pierre Desnoyers. Le bâtiment en question, c'est la partie la plus récente de l'ancienne biscuiterie Viau, au coin des rues Viau et Ontario, dans Hochelaga-Maisonneuve.

 C'est dans ce bâtiment anonyme en béton, de quatre étages, que l'on concoctait les fameux biscuits Whippet et autres confiseries avant que l'usine déménage fours et malaxeurs sur la Rive-Sud en 2003. La section la plus vieille de la biscuiterie, érigée en 1906, est actuellement transformée par les mêmes promoteurs en 182 logements, en partenariat avec la Société d'habitation et de développement de Montréal (SHDM).

Cette première phase connaît un vif succès. En moins d'un an, la plupart des appartements ont trouvé preneur, dans un quartier semi-industriel, mais à proximité du métro Viau et du marché Maisonneuve. Les travaux vont bon train et les premiers logements seront livrés dans quelques semaines.

Tout est donc en place pour lancer la seconde phase qui, elle, sera réalisée sans le partenariat de la SHDM. Au départ, l'arrondissement avait accepté la reconversion de la vieille section de l'usine en appartements, mais voulait conserver la vocation industrielle de la partie la plus récente, afin de maintenir des emplois dans le secteur.

Cependant, ce bâtiment, érigé dans les années 50, ne convient plus aux exigences des industriels d'aujourd'hui. «Voyant qu'il n'y avait pas de demande, l'arrondissement a permis sa transformation en habitation», explique Claire Bourassa, responsable des communications de l'arrondissement. Cependant, en raison de sa profondeur, l'immeuble de 85 000 pieds carrés était peu propice au résidentiel.

Les architectes, du Groupe Cardinal Hardy, ont donc été contraints de dessiner des appartements tout en longueur. Résultat : seuls le salon et la cuisine jouissent d'une fenestration. La pièce du fond, un bureau, un boudoir ou une salle de rangement, ne sera jamais baignée de lumière naturelle. «À un prix moyen de 153 $ le pied carré, c'est un sacrifice que voudront sûrement faire les urbains en quête d'espace à prix abordable», pense M. Plante.

La phase II de la biscuiterie comprend 70 lofts, dont 16 unités avec mezzanine et terrasse privée sur le toit et deux penthouses. La superficie des lofts varie de 730 à 1810 pieds carrés, pour une moyenne de 1190 pieds carrés. Prix : de 136 000 à 334 000 $. Les lofteurs profiteront d'une terrasse commune sur le toit offrant une vue sans obstruction sur le Stade olympique, le mont Royal et le centre-ville de Montréal. L'ancienne biscuiterie se trouve dans un secteur en pleine transformation. «D'ici deux ans, près de 400 ménages s'ajouteront de part et d'autre de la rue Viau, à l'intersection d'Ontario», précise M. Desnoyers. Outre les 252 unités de la phase I et II de la biscuiterie, Samcon construira 56 appartements sur les terrains occupés par des bâtiments administratifs vétustes et la Société d'habitation populaire de l'Est de Montréal (SHAPEM) érigera prochainement 70 unités locatives sur deux stationnements. En moins de deux ans, des investissements de plus de 40 millions auront complètement revitalisé Viauville, donnant une deuxième vie à cet ancien quartier industriel.

Sur Internet:

 




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer