Tout a commencé par une randonnée à vélo. Gérald Beaulieu rentrait de son parcours habituel de 40 km le long de la rivière des Mille Îles, à Saint-François. « C'est là que je l'ai vu. J'ai commencé à shaker. J'entendais : "Gérald, Gérald..." »

Marie-Andrée Amiot LA PRESSE

La sirène était en fait un terrain à vendre au bord de la rivière, dans le quartier Saint-François de Laval. « Un terrain avec une vue unique sur la rivière. Je ne pouvais pas laisser passer l'occasion. » M. Beaulieu vivait près de l'Université de Montréal le temps de voir ses enfants poursuivre leurs études. « Mon fils étudie en pédiatrie et ma fille passe son Barreau cette année. » Mais il avait grandi à Laval et voulait y retourner.

Le hic, c'est que le terrain n'était pas assez grand pour y construire une maison au goût expansif de M. Beaulieu. Celle qui s'y trouvait était vétuste et devait être démolie. Malgré cela, la superficie était encore trop restreinte.

PHOTO FOURNIE PAR RE/MAX 2001 N.M.

Vue de la terrasse arrière et de la cour. Les végétaux le long de la rivière protègent la berge. Il y a une descente de kayak le long du terrain.

Avec l'approbation de la Ville, il va sans dire.

Car la Ville de Laval a des exigences sévères en matière de construction. M. Beaulieu est entrepreneur en bâtiment et ce projet n'était pas son premier. Il connaît sur le bout des doigts les règlements municipaux et provinciaux particulièrement sévères pour les propriétés riveraines. Malgré les deux lots, la propriété ne pouvait occuper plus de 2300 pi2 d'espace. « J'ai engagé une personne responsable qui a travaillé les plans de la maison. Tout a été fait dans les règles de l'art. »

La maison a été conçue par les architectes Vinod Gupta et Mélanie Laflamme, du cabinet Gupta Architecture de Westmount. Avec l'apport très présent de M. Beaulieu. Les trois se connaissent depuis des lustres. Ils ont collaboré dans de nombreux projets commerciaux et résidentiels. « Nous formons un beau trio, toutes les décisions se prennent ensemble. Vinod conçoit les lignes, Mélanie, les intérieurs ». Et lui ? « Je propose, on modifie les plans et j'approuve ! »

PHOTO FOURNIE PAR RE/MAX 2001, N.M.

Cuisine. Les armoires en bois plaqué ont été peintes en un mélange de vert, de gris et de beige. Cela donne une teinte inusitée qui se marie bien avec la palette du comptoir en granite et celle de la céramique au sol, présente partout au rez-de-chaussée et au sous-sol. Le parquet imite si bien le bois que c'est à s'y méprendre.

Le résultat est tout ce qu'il souhaitait. Un impressionnant mélange de verre et de bois, baignant dans une technologie moderne qui exige peu d'entretien. 

Afin de répondre aux exigences de la Ville, les architectes ont conçu une maison en L. Le sous-sol occupe tout l'espace et les chambres sont à l'étage. Toutes les pièces s'ouvrent sur l'eau. 

La vue est intéressante. Le terrain loge au creux d'une baie, de sorte que la rivière semble s'ouvrir vers le large. Pourtant, les rives sont tout près, autant celle de Saint-François que celle de Terrebonne. 

L'extérieur est recouvert de planches en cèdre et de briques allongées fabriquées en Allemagne. « Elles sont inégales, même arrondies à certains endroits, et c'est ce que je voulais, pour donner l'illusion que la maison a déjà du vécu. » D'ailleurs, le terrassement comprend des arbres matures et des végétaux qui ont déjà poussé depuis le début du projet, il y a trois ans.

PHOTO FOURNIE PAR RE/MAX 2001 N.M.

Grande, la chambre a sa propre terrasse, sa salle de bains et sa penderie. 

La construction s'est faite en un temps record : six mois, terrassement compris. M. Beaulieu affirme qu'il n'a pas dépassé son budget. « Principalement parce que je n'avais pas de budget ! »

Aux matériaux haut de gamme, il faut ajouter ceux qu'on ne voit pas d'emblée : les trois fournaises indépendantes et le solage hydrofuge de 15 po, par exemple. « Il faut partir sur une bonne base ! » La finition est également impeccable. Les tuiles de céramique qui imitent le bois au sous-sol et au rez-de-chaussée sont si ressemblantes que l'illusion est parfaite.

M. Beaulieu quitte sa résidence pour un autre projet, peut-être dans les Laurentides. À 58 ans, il a toujours plein d'idées en tête. À suivre, donc.

PHOTO FOURNIE PAR RE/MAX 2001, N.M.

Les meubles-lavabos de toutes les salles de bains sont autoportants. Ici, M. Beaulieu a choisi de prolonger la mosaïque en pâte de verre de la douche au plafond. Les portes, fabriquées en Italie, se marient bien à la palette du reste de la maison.

La propriété en bref

Prix demandé : 2 100 000 $

Année de construction : 2013

12 pièces, dont 4 chambres, 4 salles de bains, 1 salle d'eau, 1 foyer au gaz, solage hydrofuge, électros Thermador, 4 télés, système de caméras.

Superficie utile : 5500 pi2 (approx.)

Superficie du terrain : 21 165 pi2

Évaluation municipale : 1 406 300 $

Impôt foncier : 9370 $

Taxe scolaire : 1840 $

Courtière : Nathalie Maréchal, Re/Max 2001 N.M. 450 689-2001

>>>Consultez la fiche de la propriété.

PHOTO FOURNIE PAR RE/MAX 2001 N.M.

Ce n'est qu'une partie du sous-sol qui s'étend tout au long de la maison. La seconde partie (avec le jeu de soccer sur table) mène vers une quatrième chambre et sa salle de bains.