Westmount: le charme discret du raffinement

  • L’architecte Ken London a dessiné les plans de concert avec les propriétaires. (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

    Plein écran

    L’architecte Ken London a dessiné les plans de concert avec les propriétaires.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

  • 1 / 5
  • On voit dans la cuisine des murs enduits de stuc vénitien, une rareté sous nos latitudes, néanmoins une splendeur... dont on peut se lasser. (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

    Plein écran

    On voit dans la cuisine des murs enduits de stuc vénitien, une rareté sous nos latitudes, néanmoins une splendeur... dont on peut se lasser.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

  • 2 / 5
  • La maison est calme, feutrée et d'un raffinement extrême. (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

    Plein écran

    La maison est calme, feutrée et d'un raffinement extrême.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

  • 3 / 5
  • Pièce préférée de Madame, dont on voit ici la partie la plus basse à l’arrière, où l’art et la musique sont à l’honneur. Lors de la fermeture de la galerie d’art de sa fille, pour aller travailler avec son père, Nadia a rapatrié une série de tableaux que l’on retrouve maintenant partout dans la maison. (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

    Plein écran

    Pièce préférée de Madame, dont on voit ici la partie la plus basse à l’arrière, où l’art et la musique sont à l’honneur. Lors de la fermeture de la galerie d’art de sa fille, pour aller travailler avec son père, Nadia a rapatrié une série de tableaux que l’on retrouve maintenant partout dans la maison.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

  • 4 / 5
  • Dans cette chambre, comme dans plusieurs autres, les plafonds sont très élevés et ont la particularité d’épouser la forme du toit à pignons. (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

    Plein écran

    Dans cette chambre, comme dans plusieurs autres, les plafonds sont très élevés et ont la particularité d’épouser la forme du toit à pignons.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

  • 5 / 5
Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

Franco et sa femme Rosemary étaient à la recherche d'un terrain pour se faire construire une maison à Westmount. Mission délicate, car on ne peut pas dire que les emplacements sont nombreux, même alors en 1988. Leur agent d'immeuble trouve néanmoins une parcelle de lot mis en vente par une femme disposant de trop d'espace autour de sa résidence. Le couple se trouve donc propriétaire d'une pointe à l'intersection de deux rues en pente.

Pendant une dizaine de mois, ils se penchent sur les plans avec l'architecte Ken London. La symbiose est totale entre le trio. Franco et Rosemary apportent des photos de choses qu'ils ont aimées lors de voyages en Europe: à Londres, à Paris et en Italie.

Le couple est d'ailleurs d'origine italienne et le raffinement coule dans leurs veines. Ils aiment le beau, carburent à l'élégance tranquille et ne jurent que par la qualité.

En 1990, ils emménagent enfin dans leur domicile fait entièrement sur mesure, complètement à leur goût. La maison est d'un style qui s'inspire du Tudor, avec des toits pentus en ardoise. La pierre du parement, provenant de la carrière Ducharme à Havelock, a été installée par une entreprise, dont le patron italien veille encore sur le travail effectué. Il faut dire que ses employés et lui ont mis un an à ériger la façade, choisissant méticuleusement chaque bloc. Sa couleur unique a fait des envieux: aujourd'hui, dans la rue, on constate que d'autres personnes s'en sont inspiré!

La maison est calme, feutrée et d'un raffinement extrême. Les matières nobles foisonnent: le chêne règne en maître pour les parquets, les portes, les moulures; les marbres italiens et les granits tapissent planchers ou murs; de l'albâtre pour des appliques.

On voit dans la cuisine des murs enduits de stuc vénitien, une rareté sous nos latitudes, néanmoins une splendeur... dont on peut se lasser. Celui de l'entrée a été recouvert il y a quelques années par une autre étonnante réalisation. Du papier fait main de forme rectangulaire est appliqué comme s'il s'agissait d'un bloc de pierre; ce qui donne une impression de château. 

Plusieurs fenêtres sont enjolivées de vitraux dont le dessin de fleur est inspiré d'un vitrail vu dans un hôtel parisien. Et on pourrait continuer comme ça longtemps puisque la surface habitable couvre plus de 6000 pi2 sur plusieurs étages.

Rosemary et Franco avaient deux jeunes lorsqu'ils ont pris possession de leur maison: Nicholas n'avait que 4 ans et sa soeur Nadia était de 5 ans son aînée. Les sapins plantés jadis sur le pourtour de la maison ont grandi, les enfants aussi et sont partis.

Rosemary reste avec ce lieu rempli de souvenirs... et d'escaliers. Il faut penser à la prochaine étape de la vie et emménager dans plus petit. Le couple souhaite rester en ville, encore plus près de l'action, lui qui se plaît à recevoir parents et amis. Déjà Rosemary sait que quitter cette demeure va être éprouvant, qu'elle va aussi regretter sa terrasse adorée, son salon où la musique est reine ou sa cuisine qu'elle utilise en bonne Italienne. Elle pourra peut-être se consoler un peu en allant revoir les plans de leur maison que le Centre canadien d'architecture compte acquérir bientôt!

La propriété en bref

> Prix demandé: 4 995 000$

> Année de construction: 1990

> Pièces: une douzaine, dont 6 chambres, 4 salles de bains et 1 salle d'eau, sauna + garage triple

> Comprend: électroménagers, luminaires (sauf lustre de la salle à manger), habillages de fenêtre, haut-parleurs encastrés, moquette, climatisation centrale, 3 foyers

> Évaluation municipale: 3 689 300 $

> Impôt foncier: 29 223 $

> Taxe scolaire: 6137 $

> Courtier: Karen Karpman, Sotheby's International Realty Québec, 514 497-8218




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer