Par quoi on commence? Par l'escalier qui mène du couloir du huitième étage au penthouse où flottent des effluves de bois, utilisé ici en abondance? Par les espaces immenses - 3500 pi2 - qui sont le résultat du décloisonnement de deux appartements pour n'en former qu'un seul? Ou par la vue à couper le souffle, autant du côté fleuve que du côté ville? À moins qu'on ne s'attarde à la qualité irréprochable de la finition des éléments architecturaux, où le cerisier prend la vedette, sans oublier le béton?

Publié le 29 juin 2013
Pierre Deschênes LA PRESSE

Dans cet aménagement, où plusieurs éléments passeront d'un propriétaire à l'autre parce qu'ils font partie intégrante du décor, le luxe s'immisce partout: des toilettes signées Philippe Starck, un écran de télé fondu dans le miroir de la salle de bains, un îlot de cuisine en pierre s'étirant à perte de vue, des électroménagers haut de gamme performants, un foyer électrique imbriqué dans un meuble-biblio alliant bois et onyx, des colonnes de béton éclairées depuis le sol grâce à des spots, des espaces de rangement en abondance, des portes coulissantes faisant gagner de la place, des plafonds en béton au fini lustré de 10 pi de hauteur, des murs enduits d'un stuc vénitien caressant le regard...

Mais qu'en pense le propriétaire, lui? Dès la première visite, c'est le coup de foudre! Pourtant, c'est un autre immeuble qu'il devait inspecter. Déjà que les environs lui plaisent énormément: les restos du Vieux-Montréal, les magasins, le marché Atwater et le quartier chinois pas trop loin, les berges du canal de Lachine qui lui permettent de faire de la marche, du vélo (il y a même une station BIXI juste en face), du jogging, du rollerblade, sans compter l'accès facile aux axes autoroutiers. Et il ne tarit pas d'éloges sur les vues spectaculaires sur le centre-ville d'un côté, et sur le Vieux-Port de l'autre, avec feux d'artifice en prime durant l'été.

La belle saison l'amène aussi à faire des barbecues sur le toit de l'édifice ou des longueurs dans la piscine. Il apprécie également la présence du mastodonte de béton que constitue l'emblématique Silo numéro 5, particulièrement le soir lorsqu'il est illuminé. Ce matériau brut, réputé froid, trouve néanmoins grâce à ses yeux: il estime que cette touche de style industriel est adoucie par la teinte rougeâtre des parquets. Par ailleurs, il goûte pleinement sa cuisine qui lui permet de rester en contact avec ses invités puisque toute cette aire est ouverte.

Par quoi on finit? On finit par vendre. Parce que la vie professionnelle nous amène parfois ailleurs et nous force à déménager. Le propriétaire reconnaît que bien des aspects de ce condo vont lui manquer. Mais l'heure de la retraite approche, et l'histoire pourrait bien se répéter: un coup de foudre est si vite arrivé!

Propriété en bref

Prix demandé: 2 200 000$

Année de construction: 2001

Nombre de pièces: 15, dont 3 chambres + 3 salles de bains

Comprend: deux garages souterrains chauffés, électroménagers, rideaux, installation audio-vidéo encastrée

Évaluation municipale (2012): 2 138 000$

Impôt foncier (2013): 19 939$

Taxe scolaire (2012): 4335$

Vue imprenable sur le Saint-Laurent et le centre-ville

Courtier: Tania Kalecheff, Re/Max du Cartier, 514 933-6781