La toiture coule, le robinet fuit, le luminaire ne fonctionne plus, le plancher de céramique orange brûlé a fait son temps. Les occasions de faire affaire avec des entrepreneurs spécialisés sont nombreuses. Mais comment savoir si l'on a choisi la bonne personne? Petit guide pratique en cinq questions.

Mis à jour le 22 mars 2018
Pierre-Marc Durivage LA PRESSE

1. Quel genre de contrat privilégier?

Choisir un électricien demande les mêmes précautions que pour trouver d'autres entrepreneurs spécialisés. La Corporation des maîtres électriciens du Québec suggère toutefois de choisir le type de contrat en fonction de l'ampleur des travaux envisagés. Pour les chantiers plus ambitieux, le contrat à prix forfaitaire permet de fixer un prix global pour un ensemble de travaux prévus à l'avance avec le client. En revanche, s'il s'agit de menus travaux, plus prévisibles, le contrat à l'heure ou à temps et matériel consiste à payer l'entrepreneur un taux horaire fixé à l'avance, de même que le matériel acheté pour exécuter les travaux.

2. L'électricien doit-il fournir le matériel?

«Les quincailleries vendent des pièces électriques, mais il est formellement interdit de les installer, rappelle Michel Talbot, entrepreneur général qui enseigne à l'École des métiers de la construction. Au final, tu risques de payer en double pour le matériel, car l'électricien va probablement arriver avec ses propres pièces. Bref, à part les luminaires, l'idéal est d'acheter les pièces directement de l'électricien.»

3. Est-il important de fournir un plan électrique détaillé?

Dans le cas de rénovations plus ambitieuses, préparer un plan électrique détaillé permet non seulement de bénéficier d'un éclairage à notre goût, mais assure en plus que le travail de l'électricien se fera sans heurts. «Il faut faire le plan électrique dès le départ, recommande la designer Cynthia Saint-Amand, vice-présidente de Gestion Ultima Design. Sans plan, les frais peuvent augmenter très rapidement, il peut y avoir des suppléments importants. S'il n'y a rien de prévu, les électriciens vont bien souvent arrondir le contrat à la baisse et vont faire des ajouts après coup. Il est donc préférable d'avoir un plan plus chargé au départ et de l'alléger par la suite. On évite les mauvaises surprises.»

4. Est-ce que certains travaux conviennent mieux à certains électriciens qu'à d'autres?

Certains projets de rénovation plus haut de gamme demandent un travail plus minutieux. C'est vrai pour l'installation électrique comme pour d'autres corps de métier. «Dans des maisons au design contemporain, certains électriciens vont s'assurer que les boîtes électriques sont installées parfaitement à niveau, que les vis apparentes sont toutes alignées de la même façon, explique Michel Talbot. Ce ne sont pas tous les électriciens qui vont avoir ce souci du détail, il faut donc avoir de bonnes références, ou du moins se fier à son appréciation subjective en posant les bonnes questions.»

5. Est-ce que les électriciens doivent souscrire une assurance responsabilité?

Bien qu'il ne soit pas obligatoire selon la loi qu'un maître-électricien souscrive à une assurance responsabilité, c'est un avantage non-négligeable pour le client dû à la nature du travail et des dangers reliés à une mauvaise installation. Une assurance responsabilité civile permet de vous protéger en cas d'accident ou de bris, d'autant plus que cela couvre non seulement les dommages matériels, mais aussi la perte de revenus si les travaux ont lieu dans un immeuble locatif.