Le contratIl n'est pas obligatoire de signer un contrat avec les locataires... mais fortement recommandé. Il devrait comprendre les dates de location, les heures d'arrivée et de départ, le montant du dépôt de sécurité et les modes de paiement acceptés, le tarif, l'adresse de la propriété louée, la politique en cas de bris et d'annulation ainsi que les engagements du locataire (laver la vaisselle avant de partir, baisser le chauffage, etc.) et du loueur (fournir le bois, fournir les draps et les serviettes, etc.).

Anne Gaignaire LA PRESSE

La caution

Exiger un dépôt de sécurité n'est pas non plus une obligation. Au début, Maryse Gagnon n'en demandait pas. Elle s'est ravisée pour plus de sécurité et exige désormais une caution de 500 $ en argent comptant, voire 1000 $ pour des groupes de finissants venus fêter leur diplôme. Mais elle n'a jamais eu à déplorer des dommages importants, et même peu de bris mineurs.

L'implication

Une fausse idée courante: faire de l'argent en louant une résidence secondaire, c'est facile. «Ça demande beaucoup d'efforts, d'entretien et d'implication. On a tort de croire qu'une fois que le chalet est loué, c'est terminé. Il faut rester disponible, et quand vient le temps de faire des réparations ou de l'entretien, les gens ne sont pas toujours capables de le faire par eux-mêmes, ce qui exige un réseau et des coûts», rappelle Maude Royal.

L'aménagement

Ne lésinez pas sur les ustensiles, la batterie de cuisine, la boîte de mouchoirs sur le buffet dans l'entrée, le cahier d'accueil avec les activités à faire dans les environs, mais aussi sur l'entretien ménager, notamment. Plus l'hébergement est équipé et accueillant, meilleure est l'expérience des locataires, qui auront envie de revenir. Les épices oubliées? Pas de problème, Maude, qui a loué pendant longtemps, a laissé une boîte remplie de petits pots de coriandre, basilic, origan, etc. dans le placard. Des pâtes à faire cuire pour un grand groupe? Rien de plus facile dans le chalet de Maryse et Yves: les placards regorgent de casseroles de toute taille. «On voulait l'équiper comme si on y habitait. Ça contribue sûrement au fait que beaucoup de locataires reviennent», expliquent-ils.

Les voisins

Choisissez de préférence une résidence éloignée des voisins, qui n'apprécient pas toujours que la maison voisine soit occupée chaque fin de semaine par des inconnus différents qui profitent souvent des lieux en grand groupe, ce qui génère obligatoirement un minimum de bruit.