Comme la plupart des propriétaires, Daniel Perrault se souciait peu de l’efficacité énergétique de sa maison quand il en a fait l’acquisition avec sa conjointe, il y a 19 ans. La vénérable demeure, construite en 1927 à Westmount, les a séduits malgré la probabilité qu’elle soit mal isolée. Depuis, ils profitent de chacune des subventions à leur portée afin d’améliorer la cote énergétique de leur habitation. C’est une question de fierté. Car cette fameuse cote ÉnerGuide pourrait fort bien devoir être révélée lors de la revente, dans quelques années.

Danielle Bonneau
Danielle Bonneau La Presse

« Je veux que la cote énergétique de ma maison rivalise avec celles des maisons neuves », indique M. Perrault, président de l’entreprise Énergie 3R, qui regroupe environ 80 conseillers en efficacité énergétique indépendants.

« Par définition, les vieilles maisons sont inconfortables, poursuit l’ingénieur. Pas la mienne. Grâce à la géothermie, elle est climatisée l’été et chauffée à bas coût l’hiver. Il n’y a pas de courant d’air. On est bien partout. »

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Daniel Perrault a tiré avantage des subventions offertes au fil des ans pour rendre sa maison plus écoénergétique… et confortable, notamment en isolant les murs et les fenêtres.

Cordonnier bien chaussé, à la tête d’une vaste équipe chargée de guider les propriétaires admis à des programmes d’aide financière, comme le programme québécois RénoClimat, M. Perrault a lui-même tiré avantage des subventions offertes au fil des ans pour rendre sa maison plus écoénergétique… et confortable. Cela lui a permis d’amoindrir le coût du système géothermique, de l’isolation des murs, du sous-sol et des fenêtres, ainsi que du calfeutrage de l’habitation. Il a aussi changé son système de chauffage. Résultat : sa facture d’énergie s’élève à environ 2750 $, soit la moitié de ce que ses voisins déboursent pour une demeure jumelée de deux étages de même superficie (3200 pi2 ou 297 m2) construite la même année.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

À l’affût des innovations vertes, Daniel Perrault a profité de l’aide financière versée à l’achat d’un véhicule électrique.

Nouveau programme fédéral

La nouvelle Subvention canadienne pour des maisons plus vertes, lancée à la fin de mai par Ressources naturelles Canada et devant s’échelonner sur une période de sept ans, a évidemment attiré son attention. « C’est un bon programme, qui démontre une belle vision », estime-t-il.

Le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, écologiste notoire, désire justement faire connaître le programme, dont certains détails sont encore à clarifier. Il a récemment donné rendez-vous à un groupe restreint de l’industrie de la construction au magasin Éco-Réno, spécialisé dans la revente de produits à caractère patrimonial, au profit d’Architecture sans frontières Québec.

« Il y a un engouement pour les rénovations, a-t-il indiqué. Tant qu’à faire, maximisons les bénéfices de cette vague-là d’un point de vue énergétique. »

PHOTO OLIVIER LAPLANTE-GOULET, FOURNIE PAR ÉCO-RÉNO

Steven Guilbeault, ministre du Patrimoine canadien

C’est vrai que la réduction de la consommation d’énergie des bâtiments, au Québec, du point de vue des gaz à effet de serre, a moins d’impact que si on vit ailleurs au pays. Mais l’énergie gaspillée, ce n’est bon pour personne.

Steven Guilbeault, ministre du Patrimoine canadien

« C’est de l’énergie qu’Hydro-Québec pourra revendre sur des marchés étrangers ou dans les autres provinces, ajoute-t-il. Tout le monde y trouve son compte.

« On travaille sur un nouveau code du bâtiment national, qui vise à atteindre une consommation d’énergie nette zéro, d’ici 2030, pour les nouvelles constructions, a-t-il poursuivi. Évidemment, le parc bâti sera encore là dans 30 ou 40 ans. D’où l’importance de programmes de rénovation pour améliorer l’efficacité énergétique de ces bâtiments-là. Il faut travailler sur les deux fronts, avec ce qu’on a et ce qui s’en vient. »

Vers une cote énergétique résidentielle obligatoire

« Le nouveau programme est un pas important vers l’harmonisation des politiques de partout au pays », a indiqué Guillaume Houle, responsable des affaires publiques à l’Association de la construction du Québec (ACQ), après la rencontre. « Cela pourrait devenir un pas très important pour l’avenir de la vente des maisons. On comprend la logique de la démarche, en offrant d’abord des subventions et des prêts à la rénovation pour aider à améliorer l’efficacité énergétique de l’ensemble des bâtiments du parc immobilier. Une fois cette étape-là franchie, il y aura peut-être plus d’ouverture pour déployer une cote ÉnerGuide obligatoire comme c’est le cas en Europe. »

La synergie entre la Subvention canadienne pour des maisons plus vertes et le programme RénoClimat n’est pas simple à comprendre, constate François Bernier, vice-président principal, affaires publiques, à l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ). « L’important, c’est que les gens aient l’efficacité énergétique en tête quand ils entreprennent des travaux, a-t-il indiqué. Dans un contexte de retards et de pénurie de main-d’œuvre, c’est bienvenu que le programme s’étale sur sept ans. Cela permet aux consommateurs de ne pas essayer de régler la question en six ou neuf mois. »

Pour avoir droit à l’aide financière proposée par les deux programmes, qui sont complémentaires, il importe de s’inscrire deux fois au programme RénoClimat, recommande Daniel Perrault. Il faut s’inscrire AVANT d’entreprendre quoi que ce soit. L’inscription entraîne en effet la visite d’un conseiller en efficacité énergétique avant et après les travaux afin de faire l’évaluation énergétique des habitations (test d’infiltrométrie à l’appui).

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Pour avoir droit à l’aide financière proposée par les deux programmes, qui sont complémentaires, il importe de s’inscrire deux fois au programme RénoClimat, recommande Daniel Perrault.

« Au Québec, les visites ne coûtent rien, insiste M. Perrault. C’est gratuit ! Les conseillers sont neutres. Ils aideront à élaborer une stratégie pour mieux profiter des deux programmes. Le programme fédéral accorde une aide financière maximale de 5000 $, facile à obtenir. Une fois ce montant atteint, le programme RénoClimat prend la relève. Les sommes versées sont moins élevées, mais il n’y a pas de plafond. Dans les deux programmes, les produits homologués Energy Star sont ciblés. On s’en va vers la maison Energy Star. »

Le nouveau programme fédéral (qui ne s’adresse qu’aux résidences principales) amène M. Perrault à considérer l’installation de panneaux solaires photovoltaïques chez lui. Chose certaine, il va patienter jusqu’à l’an prochain, le temps que l’industrie (et les prix) revienne à la normale.

Consultez le site d’Énergie 3R Consultez le site fédéral sur les subventions admissibles pour la rénovation de ma maison

Rénovations admissibles

Isolation des maisons

Consultez le site fédéral sur l’isolation

Rénovez votre grenier/plafond, mur extérieur, planchers exposés, sous-sol ou fondation et vide sanitaire admissibles.

Jusqu’à 5000 $

Étanchéisation

Consultez le site fédéral sur l’étanchéisation

Réduisez les infiltrations d’air pour accroître l’étanchéité de votre maison et atteindre le taux de renouvellement d’air fixé.

Jusqu’à 1000 $

Fenêtres et portes

le site fédéral sur les fenêtres et portes

Remplacez vos fenêtres ou vos portes en verre par des modèles certifiés ENERGY STAR.

Jusqu’à 5000 $

Thermostats

Consultez le site fédéral sur les thermostats

Ajoutez un thermostat intelligent pour améliorer votre confort et réaliser des économies sur vos factures d’énergie (doit être combiné à une autre rénovation).

Jusqu’à 50 $

Chauffage

Consultez le site fédéral sur le chauffage

Passez à l’équipement de chauffage plus écoénergétique pour réaliser des économies sur vos factures de services publics et réduire votre empreinte carbone.

Jusqu’à 5000 $

Énergies renouvelables

Consultez le site fédéral sur les systèmes d’énergie renouvelable

Installez des panneaux solaires photovoltaïques pour convertir l’énergie solaire en électricité.

Jusqu’à 5000 $

Mesures de résilience

Consultez le site fédéral sur les mesures de résilience

Adoptez une mesure visant à protéger votre maison et votre famille contre les dommages environnementaux (ces mesures doivent être combinées à une autre rénovation visant à améliorer l’efficacité énergétique de votre maison).

Jusqu’à 2625 $

Immeubles résidentiels à logements multiples

Consultez le site fédéral sur les immeubles résidentiels à logements multiples (IRLM)

Apprenez-en davantage sur la façon de multiplier vos subventions si vous vivez dans un immeuble résidentiel à logements multiples.