Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Marie-Andrée Amiot
Marie-Andrée Amiot La Presse

C’est durant un interminable vol entre Shanghai et Montréal que Claude Marcotte a conçu la maison de campagne de sa famille. « Je l’ai dessinée dans un carnet. J’y ai inscrit chaque détail. » Ce devait être un grand carnet. Car des détails, dans cette maison spectaculaire au bord du lac de la Cabane à Saint-Adolphe-d’Howard, il y en a des milliers.

Habitué aux grands projets architecturaux et à la planification urbaine en raison de son travail, M. Marcotte a participé à chaque aspect de la construction de cette propriété inédite imaginée par sa femme et lui. Les architectes André Marcotte (frère du propriétaire) et Manuel Cisneros ont assuré la réalisation.

Durant notre visite chez lui, il nous a décrit les particularités de cet énorme chantier qui a duré deux ans et demi. Chaque décision a fait l’objet de nombreuses réflexions et tout a dû être fait sur mesure. « Avant même qu’on se mette à dynamiter [le sol est en roc solide], je grimpais dans les arbres pour imaginer le panorama et l’orientation du soleil à partir de l’éventuel rez-de-jardin, du rez-de-chaussée et de l’étage. »

  • Les fenêtres abondent dans cette maison. Celles-ci donnent sur le lac. L’emplacement des luminaires encastrés a été soigneusement choisi afin d’optimiser l’éclairage tout en créant une atmosphère feutrée.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Les fenêtres abondent dans cette maison. Celles-ci donnent sur le lac. L’emplacement des luminaires encastrés a été soigneusement choisi afin d’optimiser l’éclairage tout en créant une atmosphère feutrée.

  • La maison est nichée dans un univers boisé privé et très intime compte tenu de la taille de chaque terrain. Les voisins sont loin et devraient le rester puisque le nombre de propriétés dans ce domaine est limité. Il est impossible de bâtir de l’autre côté du lac. Un coin secret dans la montagne, pourtant à quelques minutes du village et du mont Avalanche.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    La maison est nichée dans un univers boisé privé et très intime compte tenu de la taille de chaque terrain. Les voisins sont loin et devraient le rester puisque le nombre de propriétés dans ce domaine est limité. Il est impossible de bâtir de l’autre côté du lac. Un coin secret dans la montagne, pourtant à quelques minutes du village et du mont Avalanche.

  • Les immenses fenêtres s’ouvrent sur le lac, la forêt et la montagne. Le passage vitré fait le pont entre la maison et le quartier des fils aînés. On est ici en pleine nature.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Les immenses fenêtres s’ouvrent sur le lac, la forêt et la montagne. Le passage vitré fait le pont entre la maison et le quartier des fils aînés. On est ici en pleine nature.

  • L’escalier a représenté un casse-tête. Les marches aériennes sont retenues au mur d’un seul côté. L’ancrage a dû être réajusté plusieurs fois. Qu’à cela ne tienne, le propriétaire a dessiné un très long meuble également suspendu sous les marches !

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    L’escalier a représenté un casse-tête. Les marches aériennes sont retenues au mur d’un seul côté. L’ancrage a dû être réajusté plusieurs fois. Qu’à cela ne tienne, le propriétaire a dessiné un très long meuble également suspendu sous les marches !

  • Chaque chambre offre un panorama sur la nature environnante. Celle des parents est devant le lac. Il y a des niches encastrées en bois dans presque chaque pièce.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Chaque chambre offre un panorama sur la nature environnante. Celle des parents est devant le lac. Il y a des niches encastrées en bois dans presque chaque pièce.

  • La maison compte quatre salles de bains. La plus grande, celle des parents, propose une immense douche avec pommeau à effet de pluie. Le sol est différent ici avec ses carreaux marbrés importés d’Italie. La baignoire autoportante est directement devant la fenêtre. Comme dans la cuisine, les lavabos sont en pierre naturelle.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    La maison compte quatre salles de bains. La plus grande, celle des parents, propose une immense douche avec pommeau à effet de pluie. Le sol est différent ici avec ses carreaux marbrés importés d’Italie. La baignoire autoportante est directement devant la fenêtre. Comme dans la cuisine, les lavabos sont en pierre naturelle.

  • Située à l’étage, la mezzanine unit les chambres. Les propriétaires y ont installé le piano à queue de leur fille.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Située à l’étage, la mezzanine unit les chambres. Les propriétaires y ont installé le piano à queue de leur fille.

  • Plusieurs passerelles permettent d’apprécier la nature environnante. L’hiver, les propriétaires dégagent la neige et se réunissent autour d’un feu de camp. L’été, il y a un quai autour du pic rocheux.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Plusieurs passerelles permettent d’apprécier la nature environnante. L’hiver, les propriétaires dégagent la neige et se réunissent autour d’un feu de camp. L’été, il y a un quai autour du pic rocheux.

1/8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cette maison se voulait isolée du monde, moderne et fonctionnelle, chaleureuse et vaste, construite avec des matériaux bruts, locaux autant que possible, et résistants aux chocs. « On est une famille active. On fait du ski et du vélo, on se baigne [même en hiver... dans le lac !], on joue au pool, bref, on bouge. » Cela prenait un espace pour les deux aînés et leurs copines, un autre pour les deux plus jeunes, une vaste pièce commune pour les rencontres. Et des rangements pour les équipements sportifs. « Au fond du garage, on a installé une suite de casiers ouverts avec des tiroirs et des crochets pour loger les effets de chacun. » Un petit chef-d’œuvre en bois qui vaut le détour.

Il y a une wet zone avec un sauna et un spa, une salle de jeux, et même une mezzanine pour le piano à queue de la fille du couple.

Symétrie et minutie

On l’a dit, M. Marcotte est un homme qui veille à tout.

J’ai été très présent durant la construction, je voulais que les éléments architecturaux soient symétriques, qu’il y ait cohésion dans le design. Je cherchais une réciprocité avec le reste des matériaux.

Claude Marcotte, propriétaire

D’ailleurs, la symétrie a été au cœur des préoccupations du couple.

Chaque pièce est coiffée de lattes en bois torréfié roux. Les portes hautes des placards et des rangements s’inscrivent dans les mêmes tons et sont en continuité avec le revêtement extérieur. L’éclairage a été judicieusement prévu de façon optimale et... symétrique. « Le soir, durant la construction, je venais installer des repères pour que les spots au plafond soient bien positionnés. J’ai fait l’exercice des dizaines de fois. »

Les pierres sèches autour du foyer dont la taille et l’installation ont été exécutées à la main par un artisan (qui y a passé huit mois) se retrouvent aussi à l’extérieur. Et puis, il y a cet étonnant escalier aux marches flottantes menant aux chambres. Une merveille d’ingéniosité qui a exigé beaucoup, beaucoup de modifications par rapport aux plans originaux. « Les marches mesurent 54 po et ne tiennent que d’un côté. Il a fallu les solidifier quatre fois plutôt qu’une ! »

Les grandes fenêtres (de 9 à 10 pi de hauteur selon l’étage) ont été incrustées dans le sol pour éviter d’obstruer la vue. Afin d’accueillir le foyer, un Valcourt, et le mur l’encadrant en acier, il a fallu solidifier l’assise en installant des colonnes au sous-sol, une tâche complexe. Des histoires comme celle-là, M. Marcotte en a des tonnes à raconter.

  • Le salon, la salle à manger et la cuisine composent le rez-de-chaussée. En enfilade, elles forment le cœur de la maison.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Le salon, la salle à manger et la cuisine composent le rez-de-chaussée. En enfilade, elles forment le cœur de la maison.

  • Véritable tour de force, ce foyer avec ses pierres sèches installées sans mortier est surmonté de panneaux d’acier flambé. On a dû installer des colonnes au sous-sol pour soutenir le poids de ce mastodonte. Deux alcôves intégrées de chaque côté abritent les bûches.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Véritable tour de force, ce foyer avec ses pierres sèches installées sans mortier est surmonté de panneaux d’acier flambé. On a dû installer des colonnes au sous-sol pour soutenir le poids de ce mastodonte. Deux alcôves intégrées de chaque côté abritent les bûches.

  • La table, qui peut accommoder 10 personnes, est assise au milieu du rez-de-chaussée. Le bois de la surface est le même que celui des plans de travail de la cuisine. Comme ailleurs, les pièces ont été fabriquées sur mesure.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    La table, qui peut accommoder 10 personnes, est assise au milieu du rez-de-chaussée. Le bois de la surface est le même que celui des plans de travail de la cuisine. Comme ailleurs, les pièces ont été fabriquées sur mesure.

  • Les propriétaires ont opté pour deux grands îlots : l’un accueille la cuisinière au gaz et l’espace pour s’asseoir, l’autre, les deux éviers taillés à même la pierre naturelle. Les cabinets muraux sont recouverts de panneaux en acier flambé, une technique qui consiste à brûler des plaques d’acier, créant un effet graphique.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Les propriétaires ont opté pour deux grands îlots : l’un accueille la cuisinière au gaz et l’espace pour s’asseoir, l’autre, les deux éviers taillés à même la pierre naturelle. Les cabinets muraux sont recouverts de panneaux en acier flambé, une technique qui consiste à brûler des plaques d’acier, créant un effet graphique.

  • Les lattes en bois torréfié sont présentes dans chaque pièce. Les plans de travail sont en bois et en calcaire Saint-Marc. Le carrelage est en ardoise du Brésil.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Les lattes en bois torréfié sont présentes dans chaque pièce. Les plans de travail sont en bois et en calcaire Saint-Marc. Le carrelage est en ardoise du Brésil.

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cuisine et acier

La cuisine est au cœur de la maison. « Les deux îlots nous permettent de circuler sans nous nuire. » Traduction : il y a plusieurs cuistots dans la famille. « On aurait pu avoir deux cuisines, mais je tenais à ce qu’on cuisine et qu’on mange ensemble. » Élément-surprise ici : les panneaux des armoires sont recouverts d’acier flambé. Une particularité qui se retrouve ailleurs : sur la hotte professionnelle dessinée par M. Marcotte, sur la porte d’entrée et sur les panneaux qui encadrent le foyer. La teinte anthracite, le bois roux et la blancheur des murs forment un heureux mélange de contemporanéité et de classicisme.

À notre arrivée, le feu crépitait dans la cheminée. Il pleuvait doucement et le lac était gris comme le ciel. En dépit de la modernité épurée de l’endroit, on se sentait dans un cocon chaleureux, accueillant. Il y aurait tant à raconter sur cette maison...

Le couple a passé de nombreuses années à la peaufiner. Il peut enfin en profiter. Pourquoi partir ? « Parfois, on se le demande », nous a répondu le propriétaire le plus sérieusement du monde. Pour d’autres projets aussi excitants, nous a-t-il confié alors que nous sortions.

On lui a presque offert un nouveau carnet.

Consultez la fiche de la propriété

La propriété en bref

Prix demandé : 4 200 000 $
Année de construction : 2014
Description : maison de 15 pièces, dont 5 chambres, 4 salles de bains, 1 salle d’eau et 2 foyers au bois
Superficie du terrain : 110 373 pi2
Évaluation municipale : 1 539 800 $
Charges communes : 2500 $/année
Impôt foncier : 12 348 $
Taxe scolaire : 1555 $
Courtier immobilier : Benjamin Pelletier, Groupe Sutton Immobilia