Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Christiane Desjardins Christiane Desjardins
Collaboration spéciale

Quand elle a vu le jour dans un croissant d’Ahuntsic, en 1958, elle avait fière allure et était déjà bien grande pour son âge. Les décennies ont filé, son gabarit est resté le même, mais cette élégante maison paraît encore plus vaste aujourd’hui, en raison de la fabuleuse cure de jouvence que lui ont fait subir ses actuels propriétaires.

PHOTO MARTIN DELAND, FOURNIE PAR L’AGENCE CHRISTINE GAUTHIER IMMOBILIER

La vue qui s’offre, en entrant par la porte principale. Cuisine droit devant, salle à manger à droite, ainsi qu’une partie du salon à l’extrême droite.

Alexandre Roy et Édith Aubin se souviennent d’avoir été impressionnés quand ils ont visité cette maison pour la première fois, il y a un peu plus de quatre ans. « On a capoté sur la grandeur, c’était notre coup de cœur », signale Alexandre.

En même temps, malgré le fait qu’elle avait été bien entretenue, la maison semblait figée dans le temps, avec ses murs ici et là, ses tapis presque partout, sa cuisine et ses salles de bains d’origine, l’étroite porte arrière qui menait à la cour, le sous-sol avec son inévitable bar, son tapis mur à mur, encore et toujours… Bref, le mot vintage prenait ici tout son sens.

PHOTO MARTIN DELAND, FOURNIE PAR L’AGENCE CHRISTINE GAUTHIER IMMOBILIER

L’îlot, qui se veut imposant, permet de cuisiner et de recevoir à l’aise, et abrite une multitude de rangements.

Un seul propriétaire

Il faut dire que cette maison n’avait eu qu’un seul propriétaire depuis le tout début, un médecin et sa femme, qui y ont élevé leurs enfants. C’est après que la veuve est morte à son tour, à plus de 95 ans, que la maison a été mise en vente.

Notre couple, déjà parent de trois enfants en bas âge, est tombé sous le charme. Alexandre, gestionnaire de portefeuille, se rapprocherait ainsi de son travail. Édith, rédactrice publicitaire pour la radio, qui a eu ses trois enfants en moins de trois ans, appréciait particulièrement le fait que la maison était de plain-pied, avec les chambres au même niveau que les pièces à vivre. Monter et descendre l’escalier avec un bébé dans les bras serait chose du passé.

PHOTO MARTIN DELAND, FOURNIE PAR L’AGENCE CHRISTINE GAUTHIER IMMOBILIER

Une immense porte vitrée permet maintenant d’aller à l’extérieur. L’espace récupéré a permis d’aménager un boudoir.

Par ailleurs, il y aurait de l’espace en masse dans la cour pour que la marmaille grandissante puisse bouger. Cette maison est assise sur trois terrains, une rareté à Montréal.

Notre couple a finalement acheté de la succession au début de l’année 2017, avec l’intention de mettre à sa main ce grand bungalow au lustre un peu passé, mais solide et plein de potentiel.

PHOTO MARTIN DELAND, FOURNIE PAR L’AGENCE CHRISTINE GAUTHIER IMMOBILIER

Une partie de la chambre principale, qui est flanquée d’un grand walk-in et d’une salle d’eau

Rénovée de A à Z

Alexandre et Édith, tous deux originaires de Repentigny, n’ont pas lésiné sur les moyens pour aménager leur nouvel espace de vie. Électricité, plomberie, isolation, chauffage, abattage de murs, déviation de l’escalier pour aller au sous-sol, agrandissement d’ouverture à l’arrière, nouvelles portes et fenêtres à la grandeur, aménagement extérieur incluant maintenant un immense patio et une piscine creusée… « On a tout refait, de A à Z », constate Alexandre. Il raconte qu’il a même fallu une grue pour faire entrer la poutre de 38 pieds de long qui allait désormais remplacer une partie du mur de soutien.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Alexandre Roy, Édith Aubin et leurs trois enfants. Dans cette grande maison, il y a de la place pour tout le monde.

« On l’a rénovée pour nos besoins, pour notre famille », commente Édith. Passionnée de design, elle a beaucoup participé à la planification des rénovations. L’ouverture, le dépouillement, la luminosité et l’aspect pratique guidaient ses choix. « Mais on ne s’est pas cassé la tête, précise-t-elle, on a gardé les pièces à la même place. » Les chambres sont encore les chambres, la cuisine est encore la cuisine, le salon est encore le salon…

Mais les pièces à vivre sont maintenant connectées entre elles et bénéficient de l’éclairage naturel qui entre de partout. Le résultat est à la hauteur du travail qu’il a fallu pour y arriver, et se révèle avec éclat dès qu’on pousse la porte d’entrée.

PHOTO MARTIN DELAND, FOURNIE PAR L’AGENCE CHRISTINE GAUTHIER IMMOBILIER

Une partie de la salle de bains principale, avec ses trois lavabos, son bain et sa douche, qu’on ne voit pas sur la photo, mais qui est immense

Parlant d’entrée, celle-ci n’a plus de vestibule ni de placard fermé. Le rangement se décline maintenant en casiers tout le long du mur, avec des bancs qui permettent d’enfiler et d’enlever les chaussures, à l’aise. C’est l’idée d’Édith, c’est pratique pour les enfants et la visite, dit-elle. L’espace récupéré a permis d’agrandir le walk-in dans la chambre principale.

De l’espace, il y en a à profusion ici. Chaque enfant a sa chambre et il y en a deux autres au sous-sol pour les mamies ou les amis. L’emplacement est excellent, également. On combine ici la sécurité de vivre dans un croissant, avec une circulation automobile presque inexistante, à la proximité de la rue Fleury, avec ses services et ses commerces. Il est à noter aussi que le collège Regina Assumpta est là, juste au coin de la rue.

PHOTO MARTIN DELAND, FOURNIE PAR L’AGENCE CHRISTINE GAUTHIER IMMOBILIER

La chambre d’un des garçons. Chacun des enfants a sa chambre au rez-de-chaussée.

À l’instar des propriétaires précédents, Alexandre et Édith pensaient bien passer leur vie dans cette belle grande maison. Mais la vie et un certain virus ont fait en sorte que les plans ont changé. Le télétravail a pris le dessus, et Édith en a eu assez d’avoir « deux maisons », si bien que le chalet a été vendu. La petite famille compte retourner vivre à Repentigny, auprès de ses proches, cette fois dans une maison au bord du fleuve.

Avant les rénos

Pour donner une idée des transformations dans la maison, voici quelques clichés de certaines pièces avant les rénovations.

  • L’entrée telle qu’elle apparaissait avant les rénovations. Dans la nouvelle version, le vestibule et le mur, à droite, ont disparu.

    PHOTO MARC-OLIVIER GILBERT, FOURNIE PAR L’AGENCE CHRISTINE GAUTHIER IMMOBILIER

    L’entrée telle qu’elle apparaissait avant les rénovations. Dans la nouvelle version, le vestibule et le mur, à droite, ont disparu.

  • Vue sur le salon et le boudoir avant les rénovations. Le salon est resté au même endroit dans la nouvelle version, mais le boudoir est devenu la salle à manger. Le foyer est resté.

    PHOTO MARC-OLIVIER GILBERT, FOURNIE PAR L’AGENCE CHRISTINE GAUTHIER IMMOBILIER

    Vue sur le salon et le boudoir avant les rénovations. Le salon est resté au même endroit dans la nouvelle version, mais le boudoir est devenu la salle à manger. Le foyer est resté.

  • Le rose et le brun étaient à la mode à l’époque, même pour les salles de bains.

    PHOTO MARC-OLIVIER GILBERT, FOURNIE PAR L’AGENCE CHRISTINE GAUTHIER IMMOBILIER

    Le rose et le brun étaient à la mode à l’époque, même pour les salles de bains.

  • La cuisine était elle aussi figée dans le temps.

    PHOTO MARC-OLIVIER GILBERT, FOURNIE PAR L’AGENCE CHRISTINE GAUTHIER IMMOBILIER

    La cuisine était elle aussi figée dans le temps.

  • Vintage, jusqu’au sous-sol

    PHOTO MARC-OLIVIER GILBERT, FOURNIE PAR L’AGENCE CHRISTINE GAUTHIER IMMOBILIER

    Vintage, jusqu’au sous-sol

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La propriété en bref

Bungalow de 1958, entièrement rénové au goût du jour, situé dans un secteur tranquille et recherché d’Ahuntsic. Il offre un vaste espace de vie à l’intérieur comme à l’extérieur.

Prix demandé : 2 249 000 $

PHOTO MARTIN DELAND, FOURNIE PAR L’AGENCE CHRISTINE GAUTHIER IMMOBILIER

Une partie de la salle familiale au sous-sol. Au même niveau, on trouve deux autres chambres, une salle de bains complète avec seconde salle de lavage (il y en a une autre au rez-de-chaussée) et de nombreux rangements.

Année de construction : 1958

Évaluation municipale : 1 267 200 $

Taxes municipales : 9658 $

PHOTO MARTIN DELAND, FOURNIE PAR L’AGENCE CHRISTINE GAUTHIER IMMOBILIER

L’aménagement extérieur a été complètement refait. On ouvrant la porte arrière, on accède directement à un grand patio sans entretien.

Taxe scolaire : 1187 $

Superficie habitable : 3082 pi2

Dimensions du terrain : 13 743 pi2

PHOTO MARTIN DELAND, FOURNIE PAR L’AGENCE CHRISTINE GAUTHIER IMMOBILIER

Une piscine creusée permet de profiter des belles journées d’été. Ailleurs sur le terrain se trouve aussi un trampoline. La cour est avantageusement orientée à l’ouest.

Courtière immobilière : Christine Gauthier Immobilier inc.

> Consultez la fiche de la propriété