La courtière immobilière Maïka Desnoyers estime la valeur actuelle de la propriété de Sophie Charest et Pascal Trudeau à 390 000 $.

Valérie Simard Valérie Simard
La Presse

« C’est la seule maison à étage du secteur, note-t-elle. La cour arrière a besoin d’un peu d’amour et les voisins sont proches. » Elle est d’avis que l’absence de salon au rez-de-chaussée et le manque d’ergonomie de la cuisine sont un frein pour les acheteurs.

« Six chambres, c’est beaucoup si on n’en a pas besoin. Pour une des rares fois de l’histoire de Vendre ou rénover, ça ne me dérangerait pas que Daniel en enlève deux. »

Le jour des visites

PHOTO TIRÉE DE CENTRIS

1) La première maison visitée déstabilise tout le monde. Manifestement, le style de cette maison bigénérationnelle et le choix éclectique des matériaux ne s’inscrivent pas dans les goûts de Pascal et Sophie. Pascal est catégorique : « Ça ne nous convient pas. » Prix demandé : 449 000 $.

Le 23 janvier, Pascal Trudeau et Sophie Charest ont rendez-vous avec Maïka Desnoyers pour visiter trois propriétés qu’elle a choisies avec les membres de la production, deux à Saint-Eustache et une à Deux-Montagnes. Ils en ont d’abord retenu une vingtaine, puis éliminé un certain nombre pour lesquelles des offres d’achat avaient déjà été déposées.

Une logistique qui représente un réel défi dans le marché actuel. « Dans la vraie vie, je me dépêche de visiter les maisons avec mes clients, affirme Maïka Desnoyers. Là, on les appelle pour visiter une semaine après. Les gens ne veulent pas ouvrir les portes de leur maison si une offre est acceptée et, pour nous, c’est inutile de le faire. Ça fait en sorte que les plus belles maisons, dans les secteurs qu’on recherche, ont déjà des offres dessus. Et ce n’est pas tout le monde qui a envie de faire filmer sa maison. Ça arrive que je n’aie pas mes premiers choix. »

PHOTO TIRÉE DE CENTRIS

2) Située dans un rond-point, aux abords d’une petite rivière, à Saint-Eustache, la deuxième propriété plaît davantage au couple. Toutefois, la cour ne suscite pas la réaction attendue. « J’ai été agréablement surprise et un peu déçue en même temps en voyant la cour, déclare Sophie. C’est petit. » Prix demandé : 469 500 $.

Au terme des visites, les participants doivent choisir la maison qu’ils ont préférée. Le choix de Pascal et Sophie s’arrête sur la deuxième propriété visitée, une maison à étage avec garage, située à Saint-Eustache. Mais le coup de cœur n’y est pas. « Autant on était certains de vendre [avant d’être choisis pour l’émission], plus on regarde le marché, plus on se dit que c’est sûr qu’on va rester ! », admet Pascal, à l’issue des visites.

PHOTO TIRÉE DE CENTRIS

3) Coup de cœur de Maïka, la troisième propriété satisfait toutes les demandes de ses clients. La maison dispose d’un grand terrain de 11 920 pi2 qui plaît à Pascal et Sophie. Toutefois, à l’intérieur, ils accrochent sur quelques détails, notamment la couleur de la cuisine et l’imposant foyer en pierre dans le salon. La maison a néanmoins été vendue quelques jours après leur visite. Prix demandé : 439 000 $.

Le dévoilement

  • L’axe de la cuisine a pivoté de 90 degrés. Daniel Corbin a aménagé une cuisine linéaire, avec des pans de rangements de part et d’autre. Le comptoir est doté d’une péninsule où les convives peuvent prendre place de part et d’autre.

    PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

    L’axe de la cuisine a pivoté de 90 degrés. Daniel Corbin a aménagé une cuisine linéaire, avec des pans de rangements de part et d’autre. Le comptoir est doté d’une péninsule où les convives peuvent prendre place de part et d’autre.

1/1
  •  

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Les habitués de l’émission reconnaîtront le coin lounge, un espace que le designer intègre souvent à ses projets. Daniel Corbin souligne que les gens ont trop souvent tendance à vouloir conserver de grandes aires de circulation, se privant de petits coins pratiques comme celui-là.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Repeint en noir et en brun foncé, l’escalier s’intègre bien dans un décor moderne. Une cloison ajourée a remplacé l’ancien mur. Les détails qu’on retrouve dans le mur bleu, face à la péninsule, ont été simplement réalisés avec des panneaux en MDF. « On est allé dans la modernité, mais ce n’est pas ultra-aseptisé », observe Daniel Corbin.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Derrière le mur de la cuisine se trouve la suite des maîtres. La chambre communique avec le walk-in qui, à son tour, communique avec la salle de bains. Celle-ci compte un bain et une douche séparée, comme le souhaitaient les clients. La toilette, qu’on ne voit pas sur la photo, est isolée du reste.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Le designer a intégré dans le walk-in des tablettes et des tringles ajustables que les clients pourront aménager comme ils le souhaitent.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Le budget étant épuisé, la chambre principale est demeurée presque intacte. Mais en changeant la literie et les accessoires, la voilà métamorphosée ! Précisons que la valeur réelle des travaux est de 101 000 $.

Le 6 février est le jour J pour Pascal et Sophie. Ils jurent ne pas être revenus voir leur maison entre-temps. « Votre réaction, c’est ma paie, leur dit Daniel Corbin, fébrile. Ne vous retenez pas ! »

Vont-ils vendre ou rester ?

PHOTO TIRÉE DE L’ÉMISSION VENDRE OU RÉNOVER AU QUÉBEC

D’ordinaire peu expansif, le couple se laisse néanmoins prendre par l’émotion. Pascal rit. Émue, Sophie a les larmes aux yeux.

Pascal et Sophie ont décidé de rester. « Le résultat est au-delà de mes attentes », déclare Pascal. S’il avait décidé de vendre, le couple aurait craint de ne pas pouvoir trouver une propriété qui répond à ses goûts et son budget. « J’ai l’impression de quitter les 40 dernières années, confie Pascal. Avec mon père qui est décédé avant les Fêtes, c’est une page qui se tourne, mais aussi une continuité. » Quant à Sophie, elle affirme s’y sentir enfin chez elle.

Cet épisode de Vendre ou rénover au Québec sera rediffusé sur les ondes de Canal Vie ce samedi à 11 h, dimanche à 18 h et lundi à midi. Les saisons 1 à 4 seront disponibles sur Crave dès le 3 avril. Au moment de publier, le renouvellement de l’émission pour une cinquième saison n’avait pas été confirmé.