Le Quartier des lumières a déjà commencé à briller, même si les travaux autour de l’ancienne maison de Radio-Canada et à l’intérieur de celle-ci n’ont pas encore débuté. Son plan d’ensemble, axé sur le bien-être et la santé, a obtenu la certification Fitwel Community trois étoiles. Il s’agit de la plus haute note accordée par l’organisme américain The Center for Active Design. Le quartier, par ailleurs, est le premier au Canada à détenir cette homologation.

Danielle Bonneau Danielle Bonneau
La Presse

Mach, l’un des plus importants propriétaires et promoteurs immobiliers privés au pays, avait dès le début l’intention de faire un projet exceptionnel, indique Christopher Sweetnam Holmes, vice-président, développement de l’entreprise. La décision de travailler en collaboration avec l’agence d’architecture Lemay, pour concevoir le plan directeur du Quartier des lumières, est révélatrice.

Mach et Lemay n’en sont pas à leur premier partenariat : ils sont copropriétaires du Phénix, un ancien entrepôt dans Saint-Henri transformé pour abriter le nouveau siège social de Lemay. Or, l’immeuble à consommation énergétique nette zéro, avec une empreinte zéro carbone, s’avère un modèle de responsabilité écologique et sociale : il a reçu une cote parfaite de trois étoiles Fitwel (une première au Québec) et a récolté suffisamment de points pour obtenir une certification LEED Platine.

La nouvelle certification Fitwel Community leur semblait tout indiquée pour les guider dans la création d’un quartier meilleur pour la santé et le bien-être des gens qui y vivent et y travaillent. La notion de santé est globale, faisant allusion à la santé physique, mentale et sociale.

ILLUSTRATION FOURNIE PAR LEMAY

Le Quartier des lumières a été conçu de façon à contribuer au bien-être et à la santé de tous ceux qui y vivent et y travaillent. Son plan directeur vient d’obtenir la certification Fitwel Community trois étoiles. Il a reçu la plus haute note décernée jusqu’à présent.

En janvier, la certification a été accordée à quatre projets situés à Montréal, Memphis (Tennessee), Charlotte (Caroline du Nord) et Aurora (Colorado). Elle encourage l’excellence en design urbain et le recours à diverses stratégies d’aménagement qui permettent d’accroître l’activité physique, favorisent la sécurité des gens, réduisent l’absentéisme, soutiennent l’équité sociale, suscitent des sentiments de bien-être, améliorent la santé communautaire, de même que l’accès à des aliments sains.

« Le grand avantage du standard, c’est qu’il clarifie ce qui est une bonne pratique et ce qui est encore mieux », explique Christopher Sweetnam Holmes.

« Nous sommes très fiers d’avoir obtenu trois étoiles, renchérit Hugo Lafrance, directeur des stratégies durables chez Lemay. Nous avons la chance de travailler à l’échelle d’un quartier. Plusieurs dizaines de personnes interviennent. Il faut se donner des objectifs communs pour faire ensemble un meilleur projet. C’est un engagement que nous avons pris. »

ILLUSTRATION FOURNIE PAR LEMAY

Les environs de l’ancienne Maison de Radio-Canada (à gauche) seront méconnaissables. 

Reconnecter l’ancien site de Radio-Canada

Pour Mach, qui se trouve à la fois promoteur de l’immense terrain de 20 acres (765 000 pi2), constructeur et gestionnaire d’immeubles, il est important d’avoir une vision à long terme, souligne M. Sweetnam Holmes. « Si on veut un quartier que les gens apprécieront, il faut lui donner une qualité supérieure, dit-il. Il y a eu beaucoup de rencontres avec la communauté existante, qui a orienté certaines de nos décisions. On a prévu un endroit pour intégrer une école et un espace communautaire, l’inclusion d’un millier de logements sociaux et abordables, des commerces d’alimentation. Tout ce processus a amélioré la qualité du projet et a contribué à améliorer la cote Fitwel. »

ILLUSTRATION FOURNIE PAR LEMAY

Dans le Quartier des lumières, un environnement de qualité sera créé pour plaire autant à ceux qui y travailleront qu’à ceux qui y résideront. 

Reconnecter les terrains de Radio-Canada avec les quartiers environnants est une des préoccupations de l’équipe. « Nous sommes responsables de retisser les liens dans la communauté, fait remarquer Hugo Lafrance. Il y a une série de rues qui ne se joignent plus. Dans ce nouvel esprit de Montréal, il y aura des ruelles végétalisées partagées où les piétons et les cyclistes auront priorité. Quelques rues seront vraiment pour les voitures, comme l’avenue Viger et le boulevard René-Lévesque. »

On assure que les automobilistes auront rapidement et facilement accès à l’immense stationnement souterrain, partagé par tous, qui sera aménagé.

ILLUSTRATION FOURNIE PAR LEMAY

L’hiver, l’installation d’une patinoire réfrigérée incitera les résidants et les travailleurs à braver le froid pour faire de l’exercice à l’extérieur.

Le Quartier des lumières comprendra des parcs, des places publiques, des logements sociaux et abordables, des commerces, des condos, des logements locatifs et des locaux de bureaux. La première phase, qui devrait être mise en branle en 2021, se déploiera à proximité de la station de métro Beaudry, entre les rues Panet et Beaudry, entre le boulevard René-Lévesque Est et l’avenue Viger, autour de l’ancienne Maison de Radio-Canada, qui sera entièrement rénovée. Celle-ci, dénuée de son revêtement brun, continuera de dominer les environs, puisque les nouveaux immeubles les plus hauts atteindront de 14 à 20 étages. Deux parcs et une place publique seront aménagés sans tarder, pour que ce soit attrayant dès le début.

Le Quartier des lumières vise également une certification LEED-AQ (Aménagement de quartier) de niveau platine.