À la fois bureau, résidence et espace d’exposition, la Maison-Boutique Coloniale ouverte l’automne dernier à Montréal par le designer Michael Godmer propose aux (futurs) clients une visite dans un intérieur ayant du vécu. Mobilier, luminaires et matériaux triés sur le volet s’y déploient avec style. Visite.

Muriel Françoise Muriel Françoise
Collaboration spéciale

Dès la porte de cette maison de l’avenue Coloniale franchie, l’œil est attiré par un vieil escalier de bois qui sépare le studio blanc du designer Michael Godmer au rez-de-chaussée du séjour plus chaleureux à l’étage. Ici, les zones professionnelles et privées se confondent, et c’est ainsi que les choses ont été voulues dès le départ. 

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Michael Godmer dans son bureau

C’est en partie la configuration particulière de la maison de trois étages — l’une des plus étroites de la ville — qui a convaincu le designer de concrétiser son rêve : réunir lieu de travail et lieu de vie, et ouvrir ceux-ci à sa clientèle sur rendez-vous. Ses longues journées se prolongent désormais chez lui dans un projet fait sur mesure, une sorte de « portfolio vivant, qui correspond à ma vision des choses », comme il aime le souligner. Le professionnel de l’aménagement d’intérieur en a également profité pour exposer des marques de matériaux, de mobilier, de luminaires et d’articles de table québécoises et internationales. Un peu comme dans une aire de démonstration, à cette différence près que le décor est habité de jour comme de nuit par Michael et son conjoint, Mathieu Turgeon, lui aussi designer et impliqué dans ce projet.

Matière première

Le charme ancien du bâtiment, qui date de 1885, a été précieusement conservé lors des travaux de rénovation.

Comme dans tous nos projets, nous avons essayé de faire ressortir ce que la maison avait à raconter.

Michael Godmer

La matérialité a ainsi été l’un des points cruciaux du chantier avec, notamment, un sol en terracotta pour la cuisine et la salle à manger au premier étage semblable à celui d’origine. « Le terrazzo de la salle de bains du rez-de-chaussée aurait également pu être là ; c’étaient des matériaux que l’on utilisait à l’époque », observe le designer. Et qui sont par ailleurs très tendance ces dernières années. 

  • Le salon, ouvert sur le séjour, mêle des pièces anciennes et modernes comme une table d’appoint en laiton de Hay ou la télévision Sérif des frères Bouroullec pour Samsung.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Le salon, ouvert sur le séjour, mêle des pièces anciennes et modernes comme une table d’appoint en laiton de Hay ou la télévision Sérif des frères Bouroullec pour Samsung.

  • Des meubles vintage, comme ce buffet, renforcent le cachet ancien des lieux.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Des meubles vintage, comme ce buffet, renforcent le cachet ancien des lieux.

  • Le studio du designer Michael Godmer au rez-de-chaussée de la Maison-Boutique Coloniale avec, sur les étagères, des carrelages de fournisseurs avec lesquels il collabore

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Le studio du designer Michael Godmer au rez-de-chaussée de la Maison-Boutique Coloniale avec, sur les étagères, des carrelages de fournisseurs avec lesquels il collabore

  • Avec ses murs de pierre, son rideau de velours terracotta et son luminaire sculptural signé Lambert & Fils, l’alcôve au bout du rez-de-chaussée est l’endroit parfait pour des réunions.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Avec ses murs de pierre, son rideau de velours terracotta et son luminaire sculptural signé Lambert & Fils, l’alcôve au bout du rez-de-chaussée est l’endroit parfait pour des réunions.

  • Malgré une pièce étroite, la cuisine fabriquée par Éco-Ébénisterie dispose d’espaces de préparation, de rangement et de réception appréciables. Suspension de Lambert & Fils.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Malgré une pièce étroite, la cuisine fabriquée par Éco-Ébénisterie dispose d’espaces de préparation, de rangement et de réception appréciables. Suspension de Lambert & Fils.

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plus grand défi a été l’exiguïté des lieux. « Il a fallu bien organiser l’espace pour jouer avec l’effet corridor », raconte-t-il. Michael et Mathieu ont néanmoins réussi à inclure la grande cuisine en chêne, laiton et marbre qu’ils désiraient. Le deuxième étage, qui comprend une chambre, une salle de bains et un boudoir, a été également aménagé en retrait de l’escalier central pour permettre au couple de conserver un peu d’intimité en dépit des rendez-vous professionnels en fin de journée.

Pour l’ouverture officielle en octobre dernier, des fiches précisant l’idée derrière chaque pièce et l’origine des matériaux, meubles et luminaires ont été collées aux murs des deux étages accessibles aux clients de Michael. On y retrouve notamment des produits des marques &tradition, HAY, Muuto et Lambert & Fils mélangés à des objets vintage qui apportent du caractère et de la texture à la décoration. « On veut montrer que certaines pièces modernes peuvent bien s’intégrer dans un intérieur pas nécessairement minimaliste, un peu comme une œuvre d’art », précise le designer. Au fil du temps, les collections exposées, grâce à une collaboration avec des manufacturiers et des commerçants locaux, sont amenées à changer. Michael Godmer espère aussi lancer des collections avec des artisans québécois. À suivre…

> Consultez le site de Michael Godmer