Des minimaisons haut de gamme aménagées dans un environnement naturel à peine touché. C’est l’essence même du projet Cité-Nature, qui commence à prendre forme à Saint-Donat.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

« Cité-Nature, ça cadre à 200 % dans notre concept de Parc naturel habité, confirme le maire de Saint-Donat, Joé Deslauriers. Les modèles de maisons sont choisis pour conserver le plus d’espaces verts possible dans une volonté de développement durable. » 

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Tous les terrains du projet
Cité-Nature ont un accès et
une servitude enregistrés au lac Archambault. Les promoteurs ont aussi indiqué qu’un quai allait être aménagé, accompagné d’une remise au bord de l’eau. En plus du quai et de la remise, l’aménagement de l’accès au lac est partagé en copropriété entre les propriétaires du projet.

Le concept de Parc naturel habité dont parle le jeune maire est une certification qu’il a fait enregistrer auprès de l’Office de la propriété intellectuelle du Canada il y a un peu moins de trois ans. Inspiré de certains parcs régionaux français, il est un moyen pour Saint-Donat de faire la promotion de son cadre de vie, mais aussi des entreprises et promoteurs qui souscrivent aux objectifs associés à cette certification. Elle est pour l’instant unique à cette municipalité de la Matawinie, mais d’autres communautés pourraient y souscrire — « on va commencer par la développer et se l’approprier, et ensuite on verra si on la partage ou non », dit le maire Deslauriers.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Le projet Cité-Nature est situé
à proximité des sentiers de randonnée et de ski de fond. D’ailleurs, on songe à relier le secteur au sentier La Donatienne, une boucle de 5,5 kilomètres
qui permet d’atteindre le parc
des Pionniers, dans le cœur du village de Saint-Donat. C’est sans compter l’accès facile au réseau provincial de sentiers de motoneige.

Respect de la nature

En gros, la charte du Parc naturel habité met l’accent sur le développement durable d’une économie locale dynamique, sur le maintien de la santé de la faune et de la flore, tout en offrant une gamme d’activités récréotouristiques diversifiées. « Notre projet, sans le savoir, respectait les critères de cette certification, explique le président-directeur général du Groupe Evex, Alexandre Larocque. On aurait pu le faire ailleurs, mais on croit au potentiel de Saint-Donat. On cherchait une ville avec beaucoup d’activités de plein air, et on voulait un centre-ville vivant tout près. »

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Le projet Cité-Nature propose quatre modèles de minimaisons, de 185 000 $ à 255 000 $. Dans tous les cas, l’empreinte
au sol est de 535 pieds carrés, mais il est possible d’ajouter
une mezzanine et un sous-sol.
On peut ainsi porter la superficie habitable à 1300 pieds carrés.

Les minimaisons, d’une superficie maximale au sol de 535 pieds carrés, sont ainsi construites en minimisant le déboisement et en limitant l’aménagement paysager — le promoteur parle de plus de 59 % de conservation naturelle — en plus de bénéficier d’un accès commun au grand lac Archambault, de même qu’au vaste réseau de sentiers de randonnée et de ski de fond de la région. Avec des prix oscillants entre 200 000 $ et 300 000 $, on parle d’habitations haut de gamme. 

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Avec des prix oscillants entre 200 000 $ et 300 000 $, on parle d’habitations haut de gamme dans ce projet de minimaisons. 

Ce n’est pas du préfabriqué. Ça nous permet de réaliser des formes plus luxueuses, nos maisons sont très modernes dans leur architecture.

Alexandre Larocque

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Par ailleurs, une variété d’options haut de gamme est offerte
aux propriétaires, comme des planchers chauffants, des panneaux solaires, des comptoirs de quartz, des bornes de recharge pour voiture électrique, des accessoires de domotique de même qu’un foyer électrique.

« Notre clientèle cible est ainsi constituée de gens qui approchent de la retraite et qui veulent une résidence principale dans un environnement naturel, de même que de jeunes professionnels qui cherchent une résidence secondaire qui ne nécessite pratiquement aucun entretien, fait valoir le promoteur. Comme il n’y a pas de terrassement, ça réduit l’entretien au maximum. Évidemment, ça prend aussi des gens qui aiment le plein air et la nature. »

Intégration naturelle

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Chaque nouveau propriétaire
a droit à une consultation de quatre heures avec une designer pour personnaliser l’aménagement intérieur. Jusqu’à maintenant,
les propriétaires se sont limités à quelques petites modifications, en restant généralement fidèles aux plans.  

Les quatre modèles de maisons proposés dans le projet Cité-Nature ont été soumis et approuvés par le Comité consultatif d’urbanisme de Saint-Donat, qui limite notamment l’utilisation de l’éclairage résidentiel, entre autres conditions d’intégration au milieu naturel. « On demande aussi une densité pas trop élevée pour les développements traditionnels de façon à ce que les habitations ne soient pas collées les unes aux autres, indique Mikael Tuillier, directeur général adjoint au développement durable de Saint-Donat. On veut aussi s’assurer que l’aménagement ne provoque pas de trouées en flanc de montagne. On exige aussi des normes d’intégration et d’implantation architecturale. »

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Le projet Cité-Nature sera mis
en place en trois phases distinctes. En tout, ce sont 93 lots d’environ 6000 pieds carrés qui seront mis en valeur au cours des quatre prochaines années. Depuis juillet, sept terrains ont trouvé preneur.

Avec ses dimensions modestes, la minimaison s’inscrit donc facilement dans le cadre mis en place par la municipalité — d’ailleurs, en plus de Cité-Nature, Saint-Donat accueille depuis peu le projet Refuge Eco Nature, des minimaisons préfabriquées autonomes à prix modeste (à partir de 89 000 $, maison et terrain inclus). Selon le Groupe Evex, c’est l’idée même de la minimaison qui commence à attirer les acheteurs. « Il y a une énorme demande, parce que les acheteurs se rendent compte qu’ils n’ont pas besoin de beaucoup d’espace et de terrain, dit Alexandre Larocque. C’est très différent des années 80 et 90 : les gens veulent conserver leur terrain ainsi qu’une certaine liberté, mais dans un plus petit format. »

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Les minimaisons du projet Cité-Nature sont construites de façon traditionnelle, ce qui permet des modifications au plan ainsi que des formes architecturales plus audacieuses.