Source ID:7b7b9038c5263bf5a5bb96a579e3a59b; App Source:StoryBuilder

Une maison de Potton avec du caractère

La façade est marquée par une avancée de... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

La façade est marquée par une avancée de bois dont les lames verticales et la couleur chaude contrastent avec le reste de la maison, peinte en gris.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Emmanuelle Mozayan-Verschaeve

Collaboration spéciale

La Presse

Fruit d'une étroite collaboration entre les propriétaires et l'architecte Renée d'Amours, cette maison est imprégnée de la personnalité de ses hôtes et se démarque notamment par son intemporalité. Visite d'un lieu d'exception surplombant le lac Memphrémagog, à deux pas du mont Owl's Head.

Des critères bien précis

Francine et André avaient déjà une demeure sur le terrain. Un chalet centenaire qu'ils occupaient pendant les vacances. «L'ancienne maison était plus basse, il fallait donc descendre pour y accéder, ce qui était difficile. C'était un beau chalet en bardeaux de cèdre, mais il était très vieux et abîmé», raconte la propriétaire.

L'accès compliqué, la détérioration avancée de la bâtisse et les coûts élevés d'une rénovation ont décidé le couple à la démolir pour ériger une nouvelle construction. «L'idée était de rester là pour notre retraite. On voulait que l'accès de l'extérieur soit facile, que ce soit sur un étage et minimiser l'entretien», poursuit Francine.

Ils ont demandé à l'architecte Renée d'Amours, qui avait rénové leur maison de Mont-Royal, de les aider à concrétiser ce nouveau projet. Un projet qui devait répondre à des principes de fonctionnalité et respecter un certain traditionalisme architectural, tout en apportant une dimension plus actuelle. «Au départ, je voulais tout rationaliser et exploiter chaque pied carré. J'avais prévu que la porte d'entrée donne sur le salon, mais ça n'a pas plu à André. Il souhaitait quelque chose de plus classique, et c'est grâce à lui que le hall a été créé», explique l'architecte. Cet espace dessert la chambre principale, leur salle de bains et la salle de lavage sur la gauche, puis le salon, la salle à manger et la cuisine à aire ouverte sur la droite. Ainsi, tout est de plain-pied pour simplifier la vie du couple au quotidien, le sous-sol étant réservé aux visiteurs.

Question de matières

Massif et austère, le meuble victorien remisé au... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Massif et austère, le meuble victorien remisé au garage a été métamorphosé grâce à une couleur printanière. Cet espace est pratique pour déposer rapidement son manteau et ses bottes. Il est ouvert sur le vestibule, mais pourrait facilement être clos par une porte.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Les zones de vie communes sont dissimulées par un large mur enduit de chaux gris foncé. «J'ai appris de Renée que les textures et les matières font toute une différence. Si les murs étaient seulement en gypse, ça n'aurait pas du tout le même impact. C'est subtil, mais il y a une certaine richesse et une douceur dans la texture des murs travaillés artisanalement», dit la propriétaire. De l'enduit blanc est également appliqué sur le module qui donne accès à la cuisine. «Il n'y en a pas sur tous les murs, car c'est important de faire des choix stratégiques pour que ce soit mis en valeur et que ça accroche la lumière», souligne l'architecte.

Autres matériaux essentiels: les ferrures d'une qualité solide et le chêne blanc omniprésent, qui confèrent une atmosphère rassurante. «Le bois apporte énormément de chaleur. On se sent enveloppé, car il y en a au sol et au plafond. C'est important parce qu'il y a beaucoup de vitres. Si tout avait été blanc, ç'aurait été froid», explique l'architecte. Elle pense aussi que les proportions des matériaux doivent s'équilibrer avec les autres éléments pour donner un sentiment de sécurité. C'est le cas du garde-corps de l'escalier, ni trop fin ni trop large.

Points de vue en accent et circulation fluide

Le module peint à la chaux blanche par... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Le module peint à la chaux blanche par l'artisane Marie-France Kech délimite la cuisine. Le contraste du bois et de l'enduit accentue la séparation, et les volumes se mettent mutuellement en valeur. Face au réfrigérateur, une dépense percée dans l'épaisseur de la cloison offre une surface de rangement efficace.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

«L'erreur qui est souvent faite quand on a une belle vue est de mettre des fenêtres partout. Pourtant, ça a moins d'impact. C'est la même chose pour un foyer ou une zone de vie. En fait, si on voit tout de partout, on finit par ne plus y prêter attention», dit Renée d'Amours. Ainsi, au détour d'une ouverture, on découvre le salon, puis la salle à manger ou encore la cuisine. Le tout est réuni dans un même volume dénué de portes, mais rien n'est visible en une seule fois, ce qui crée la surprise.

Par ailleurs, l'architecte a imaginé des passages de circulation contournant les espaces dans le but de ne pas déranger: «Pour qu'il y ait une fluidité, il ne faut pas être obligé de traverser les espaces.»

Francine et son mari reçoivent beaucoup de gens, et parfois en grand nombre. Comme le hall sépare les pièces communes de la suite des maîtres, ceux-ci peuvent s'éclipser en toute discrétion sans compromettre les veillées tardives de leurs convives et sans craindre d'être gênés par le bruit.

Couleur personnelle

Francine voulait un manteau de foyer loin des... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

Francine voulait un manteau de foyer loin des tendances. L'enduit réalisé par Marie-France Kech apporte de la texture et un fini artisanal unique. À la tombée du jour, les luminaires (Luminaire Authentik) magnifient les matériaux. À noter: les encastrés au plafond sont habillés de discrètes boîtes en bois.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Francine était très ouverte à quelque chose de plus contemporain, mais André l'était moins, et le projet a évolué en fonction de ce qui ne lui convenait pas. «Les décisions ont toujours été prises à trois, et la maison est intéressante grâce à ça», remarque Renée d'Amours, en précisant que c'est bien de laisser les propriétaires mettre leur grain de sel pour s'approprier leur logis. Elle choisit d'ailleurs une toile de fond neutre afin de donner la possibilité aux gens d'intégrer de la couleur. «Avant, nos choix étaient très country, plus traditionnels; ça a été tout un cheminement. Je pense qu'on a trouvé un juste milieu, et c'est intemporel comme je le voulais», souligne la propriétaire. L'intemporalité est également essentielle pour l'architecte: «Je pense que c'est important de faire des maisons qui traverseront les époques sans vieillir, de ne pas pouvoir les marquer dans le temps.»

- Visitez le site de l'architecte Renée d'Amours: http://www.damoursarchitecte.com/

- Visitez le site de l'artisane Marie-France Kech: http://www.mfkech.com/

Carnet d'adresses

L'architecte Renée d'Amours (à gauche) et la propriétaire... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 5.0

Agrandir

L'architecte Renée d'Amours (à gauche) et la propriétaire des lieux, Francine, conversent face au panorama. Faciles à bouger, les sièges en fibres naturelles réchauffés par des fourrures permettent de se tourner vers le lac ou le foyer à l'envi.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

- Cuisine Memphré: http://cuisinememphre.com/

- Granit Design: http://www.granitdesign.com/

- Boutique Art de Vivre: https://boutiqueartdevivre.com/

- Luminaire Authentik: https://www.luminaireauthentik.com/

- Alumilex: http://www.alumilex.com/




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer