Source ID:fefa060ef9673b7ba871532788ccaca4; App Source:StoryBuilder

OSBlock: bâtir, un bloc à la fois

À moins de 40 kilos chacun, les modules... (PHOTO FOURNIE PAR OSBLOCK)

Agrandir

À moins de 40 kilos chacun, les modules OSBlock sont facilement manoeuvrables.

PHOTO FOURNIE PAR OSBLOCK

Quand nos ancêtres ont cessé de construire leurs maisons en rondins, ils se sont rabattus sur le bois de charpente fabriqué dans les moulins à scie. «Comment se fait-il que nous utilisons des iPhone alors que nos maisons sont encore fabriquées de la même façon qu'il y a 100 ans?», s'est demandé Marco Tremblay. C'est cette réflexion qui a mené à la naissance d'OSBlock, il y a un peu plus d'un an.

L'entrepreneur de Saint-Henri-de-Taillon, au Lac-Saint-Jean, a mis cinq ans à concevoir ses modules de construction uniques au monde - une demande de brevet international a été déposée. Son produit est maintenant offert dans plus de 100 quincailleries au Québec et il s'apprête à prendre d'assaut le Mexique, qui poursuit ses efforts de reconstruction à la suite des deux tremblements de terre de septembre 2017.

C'est la simplicité d'installation des modules OSBLock qui explique leur succès. Deux épaisseurs de mousse de polystyrène sont collées de part et d'autre d'un coeur constitué de quatre couches de panneaux de lamelles de bois orientées taillés en bandes de 12 po de large par 8 pi de long. Les modules sont ensuite imbriqués les uns aux autres grâce à un système d'ancrage en polymère à la fois simple et ingénieux. L'électricité et la plomberie s'installent aussi en un tournemain.

«Ça ne prend quasiment pas d'équipement pour installer des OSBlock», soutient Marco Tremblay, actif dans le milieu de la construction depuis plus de 30 ans.

«C'est vraiment plus rapide. Un entrepreneur en avait normalement pour deux semaines pour monter une maison, ça va lui prendre trois fois moins de temps avec des OSBlock, et parfois encore moins.»

C'est aussi un produit idéal pour les autoconstructeurs: «Tu ne peux pas te tromper, assure M. Tremblay. La seule erreur possible survient si on ne respecte pas le niveau des poteaux de coin. Sinon, c'est un jeu d'enfant.»

On obtient ainsi un bâtiment parfaitement étanche et solide - il peut résister aux tremblements de terre. «C'est le matériau de construction le plus isolant sur le marché, affirme Marco Tremblay. La moyenne d'un mur conventionnel, c'est R12, nous on a R32 en tout point, sans aucun pont thermique. Il n'y a pas de pont acoustique non plus, alors que la partie centrale massive coupe le son ambiant.»

À moins de 40 kg chacun, les modules sont non seulement facilement manoeuvrables, mais ils peuvent aussi être acheminés aisément dans des zones autrement difficiles d'accès.

Les modules OSBlock, vendus à 9,95 $ le pi2,... (PHOTO FOURNIE PAR OSBLOCK) - image 2.0

Agrandir

Les modules OSBlock, vendus à 9,95 $ le pi2, sont constitués d'un coeur en panneaux de lamelles de bois orientées, assemblées à partir de résidus forestiers. Les panneaux utilisés sont toutefois de grade supérieur afin de résister à l'eau et aux insectes, et d'offrir une bonne résistance aux flammes.

PHOTO FOURNIE PAR OSBLOCK

Écoles et maisons au Mexique

Marco Tremblay ne veut néanmoins pas brûler les étapes. Il a volontairement choisi d'éviter Montréal pour le moment parce qu'il estime plus facile de s'installer tranquillement en région - «c'est pour mieux faire nos preuves, on veut montrer que ça fonctionne», suggère l'entrepreneur. Cela ne l'empêche toutefois pas de voir grand. Il était d'ailleurs à Mexico quand La Presse l'a joint au téléphone. «J'ai commencé à développer mes contacts au Mexique il y a déjà trois ans déjà, explique-t-il. À la suite des tremblements de terre de 2017, le gouvernement mexicain s'est mis à chercher des solutions. En octobre, on est allé à la plus grande exposition d'habitation d'Amérique latine, Expo CIHAC, et c'est à partir de là que tout a déboulé.»

OSBlock a depuis signé des contrats de plusieurs millions de dollars pour la reconstruction de 900 écoles ainsi que pour plusieurs milliers de maisons. Des équipes du Québec iront au Mexique dès le mois d'avril pour donner de la formation aux ouvriers mexicains. «On sait que les modules OSBlock sont appropriés pour les pays émergents, où les maisons sont construites avec des blocs de béton, soutient M. Tremblay. Mais on veut y aller étape par étape. Il faut trouver les bonnes solutions.»

Pour faire face à la demande croissante, OSBlock envisage de construire une usine au Mexique. Mais on veut d'abord consolider le marché québécois avec une nouvelle usine au Lac-Saint-Jean - la construction est prévue à l'automne. On compte ainsi fabriquer chaque jour l'équivalent de 25 maisons.

«Ça monte sans arrêt au Québec, on conserve donc une part de notre production pour le Québec. On est né ici et on ne veut pas négliger notre propre marché, affirme Marco Tremblay. Mais c'est sûr que ça va devenir gros, c'est une question de temps.»




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer