Le chat se liquéfie sur le plancher, les enfants sont rouge popsicle et vous voilà en nage dans la cuisine, mise en plis en déroute... Un peu de fraîcheur, ça presse! Mais comment choisir la meilleure clim? En gardant la tête froide. On évite l'achat précipité, l'idéal étant d'acheter hors saison. Et de marier la techno avec des écrans solaires et d'autres mesures passives antichaleur.

Carole Thibaudeau MONTOIT.CA

C'est la même chose chaque année, on n'avait pas pensé à la canicule avant de baigner dedans. Déjà, au beau milieu de juin, plusieurs modèles de climatiseurs sont en rupture de stock, dans toutes les catégories: portables, de fenêtre, biblocs ou unités de climatisation centrale. De plus, les installateurs de métier sont tous occupés au moins quatre semaines à l'avance, ce qui fait la part belle aux vendeurs peu consciencieux, comme il s'en est trouvé beaucoup, au cours des dernières années, pour ternir la réputation de l'industrie, notamment par des installations bâclées et des garanties non honorées.

«On se trouve au pire moment pour magasiner, fait remarquer Mario Poupart, de Chauffage LG Poupart, entreprise en affaires depuis 1965. Les gens qui ont chaud veulent régler leur problème tout de suite. Mais s'ils sont trop pressés, ils risquent de se faire attraper. Plus vous avancez dans la saison, plus vous devez vérifier la compétence de l'entrepreneur.»

«Les vendeurs itinérants montent leurs prix en forte saison, renchérit François Tremblay, représentant technique chez Enertrak, important distributeur. Il est bon de magasiner en mars, avril ou mai, et de prendre le temps de choisir son entrepreneur. En septembre, on peut parfois faire de bonnes affaires. Et cet automne, il faudra surveiller le retour des subventions fédérales, pour ceux qui veulent une thermopompe.»

Une première étape, pour l'acheteur, consiste à choisir le système désiré et à calculer la surface ou le volume d'air à climatiser. Le Salon de l'habitation est un bon endroit pour découvrir de nombreux modèles et pour confronter les différents discours des vendeurs. «Vérifier le sérieux de l'entrepreneur, dit François Tremblay: a-t-il pignon sur rue? Son entreprise est-elle accréditée par la Régie du bâtiment? Fait-il des affaires depuis longtemps?» L'installateur doit avoir sa carte de frigoriste de la Commission de la construction du Québec. «S'il installe toutes les marques, ce n'est pas bon signe, poursuit M. Tremblay. Un concessionnaire de Carrier ne pose que du Carrier.» On peut vérifier sur le site de l'Office de la protection du consommateur si une entreprise a fait l'objet de nombreuses plaintes. «Mieux vaut choisir soi-même son entreprise que d'être choisi par un représentant qui vient sonner à notre porte en période de canicule, dit Charles Tanguay, de l'Union des consommateurs. De plus, méfiez-vous de toute promesse d'économie d'énergie mirobolante.»

Avant d'acheter

Les points à vérifier impérativement avant d'acheter un bibloc climatiseur ou thermopompe sont: la puissance (en BTU/h), qui doit correspondre au besoin de climatisation, la cote SEER (ratio d'efficacité énergétique; plus elle est élevée, mieux c'est; inférieure à 13, la performance sera de piètre qualité, dit M. Tremblay), le niveau sonore (en décibels), la certification Energy Star (surtout pour les thermopompes), la garantie (est-ce une garantie du fabricant?) et, bien entendu, le prix.

À l'installation

Demandez en détail comment l'appareil sera installé. Les unités (intérieures ou extérieures) doivent être de niveau et solidement fixées. Pour l'unité extérieure, la façon la plus stable consiste à l'arrimer aux murs de la fondation avec des équerres. Mais on peut aussi en poser sur un balcon et même, à la rigueur, sur le toit. Un bon installateur connaîtra les règlements de la municipalité sur les emplacements permis. L'unité intérieure, ou tête, sera placée à deux ou quatre pouces du plafond, à l'endroit optimal dans la pièce et non à l'endroit le plus facile (mur extérieur). L'ouverture faite dans le mur extérieur doit être bien colmatée. «Le système doit avoir un interrupteur, dit François Tremblay, pour couper le courant en cas d'urgence ou pour l'entretien. Les tuyaux doivent être recouverts d'une façon esthétique.» Mario Poupart ajoute: «Une fois les tuyaux d'une thermopompe installés et isolés, on doit les purger à l'azote - pour enlever toute humidité ou tout contaminant - et on fait un test de pression pour détecter et éliminer toute fuite d'air.»

Pour en savoir plus:

www.opc.gouv.qc.ca

www.rbq.gouv.qc.ca/rbq

www.ccq.org

www.caaquebec.com/habitation

www.ecohabitation.com/annuaire