Après un déménagement imposant amorcé depuis plus d’un an, la plus célèbre lavanderaie du Québec est fin prête à accueillir ses visiteurs. Ses champs de lavande, replantés partiellement sur une terre d’adoption près du lac Memphrémagog, sont agrémentés de nouvelles installations qui permettent de mettre en valeur cette plante aux charmes multiples. Invitation à la contemplation.

Isabelle Morin
Isabelle Morin La Presse

En 1999, une jeune entreprise s’installait à Fitch Bay, à l’est du lac Memphrémagog, avec le projet innovant de cultiver une lavanderaie en terre de neige et de froidure. Cinq ans plus tard, elle accueillait ses premiers visiteurs et diversifiait ses activités dans une gamme de produits qui n’a cessé de s’enrichir au fil des années. Elle exporte aujourd’hui ses élixirs et baumes apaisants jusqu’en Asie et au Moyen-Orient.

Malgré tout, en ce début de juin, la colline d’Applegrove affiche un air nostalgique. Flanquée d’une pancarte « à vendre », la lavanderaie cultive désormais les fantômes de son succès. Quelques plants plus jeunes sont toujours en attente de migrer vers une nouvelle terre, tandis que les plus matures termineront ici leur courte vie.

Le rendez-vous est désormais ailleurs. À Magog, rue Principale, là où l’entreprise estrienne est moins à l’étroit dans ses projets d’agrotourisme et où elle n’est plus juste « ce qu’il faut de trop loin » pour se priver d’une part de clientèle et de main-d’œuvre.

Bleu Lavande affiche ses ambitions dans un contexte moins champêtre qu’avant, mais plus prometteur à ce stade de sa croissance. Les projets ne manquent pas, indique Nathalie Cartier, directrice touristique de la maison, qui reste toutefois discrète sur la forme qu’ils prendront. Si le public est au rendez-vous, la lavanderaie donnera à voir davantage, dans un avenir plus ou moins rapproché.

  • Bouquets de lavande séchée et grains de lavande sont ensachés devant les visiteurs.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Bouquets de lavande séchée et grains de lavande sont ensachés devant les visiteurs.

  • La boutique Bleu Lavande

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    La boutique Bleu Lavande

  • Les grains de lavande ont la propriété de repousser les mites. Déposés ainsi dans les tiroirs, ils parfument aussi les vêtements.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Les grains de lavande ont la propriété de repousser les mites. Déposés ainsi dans les tiroirs, ils parfument aussi les vêtements.

  • Derrière la vitre, les visiteurs peuvent apercevoir le laboratoire où sont fabriqués les savons selon une méthode artisanale, ainsi que le séchoir où ils séjournent durant 30 jours.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Derrière la vitre, les visiteurs peuvent apercevoir le laboratoire où sont fabriqués les savons selon une méthode artisanale, ainsi que le séchoir où ils séjournent durant 30 jours.

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Balles de golf et boutons de lavande

Sur l’ancien champ de pratique de golf reconverti en immense jardin, les balles blanches à moitié enterrées se comptent encore par centaines entre les nouveaux rangs de lavande aux sillons étudiés. Les bourgeons de fleurs ne devraient pas tarder à éclore pour finir de garnir des vallons qui s’étendent presque à perte de vue.

Dans ce bleu et ce violet, les visiteurs seront invités à faire un pique-nique et à passer une ou quelques heures à paresser dans les différentes zones de détente. On déambulera dans les sentiers graveleux en recueillant des informations sur la plante vedette des lieux, sa culture et les pollinisateurs qui en garantissent la floraison, on froissera délicatement les tiges florales d’un plant de lavande pour en extraire les huiles apaisantes et mieux les humer. On attrapera au passage de la cantine à vélo une boisson ou une collation aux saveurs florales en cas de petit creux.

Ouverts gratuitement aux visiteurs l’année dernière, les jardins de Bleu Lavande seront maintenant accessibles moyennant un prix d’entrée. Ils se sont en revanche bonifiés de quelques « plus » : la possibilité de recevoir des massages pieds-mollets sur chaise, des stations ludiques et des sentiers qui seront aussi ouverts au public en hiver.

À l’intérieur des bâtiments fraîchement construits, mais déjà empreints d’effluves camphrés, on passera un moment à observer les savonnières à l’œuvre dans leur laboratoire et à s’informer sur l’histoire de Bleu Lavande et de la plante elle-même. On pourra aussi assister à l’ensachage des grains de lavande, et découvrir le séchoir où séjournent les savons durant 30 jours avant d’être emballés. On voudra peut-être repartir avec un souvenir dégoté dans l’attrayante boutique de la maison ou se procurer un plant des anciens champs à cultiver chez soi (20 $ chacun).

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

L’installation interactive de Moment Factory

Ce qui se veut la pièce maîtresse de ce nouvel aménagement est cependant l’installation interactive signée Moment Factory, dans laquelle les mouvements des visiteurs incarnent les éléments : la brise et le soleil qui font pousser la lavande et en agitent les branches pour en disperser les fleurs. Cette courte expérience divertit et émerveillera fort probablement les enfants. On s’interroge toutefois sur la qualité du moment lorsque plusieurs visiteurs s’agiteront en même temps.

L’ensemble fait toutefois son effet. Bleu Lavande a su mettre son empreinte, ses effluves et ses couleurs dans ces lieux qui seront prétexte à une sympathique escapade d’une journée dans les Cantons-de-l’Est. On pourra en profiter pour s’offrir, sur demande, un atelier d’ensachage de lavande ou une dégustation de produits, ou récolter quelques infos utiles pour faire sa propre petite lavanderaie.

L’entrée est de 15 $ par adulte, 12 $ pour les étudiants et les aînés, et demeure gratuite pour les enfants.

Maître des champs

  • Michel Lamarche, responsable des champs de Bleu Lavande

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Michel Lamarche, responsable des champs de Bleu Lavande

  • On cultive trois types de lavande en raison de leur adaptabilité à nos hivers et de leurs qualités respectives : l’augustifolia « Munstead » (lavande vraie) pour ses propriétés médicinales, le lavandin pour ses parfums et l’afghane pour sa valeur ornementale.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    On cultive trois types de lavande en raison de leur adaptabilité à nos hivers et de leurs qualités respectives : l’augustifolia « Munstead » (lavande vraie) pour ses propriétés médicinales, le lavandin pour ses parfums et l’afghane pour sa valeur ornementale.

  • Les plants de lavande sont hissés sur des buttons pour que le sol dans lequel ils prennent racine demeure bien drainé.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Les plants de lavande sont hissés sur des buttons pour que le sol dans lequel ils prennent racine demeure bien drainé.

  • Contrairement à l’ancien champ de Fitch Bay où les plants s’alignaient, la nouvelle lavanderaie de Magog est tout en courbes.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Contrairement à l’ancien champ de Fitch Bay où les plants s’alignaient, la nouvelle lavanderaie de Magog est tout en courbes.

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Responsable des champs de lavande depuis 13 ans, moment où l’entreprise a été rachetée par un groupe d’investisseurs, Michel Lamarche est certes l’un des spécialistes de cette plante au Québec. Durant ces années, l’horticulteur a eu l’occasion de peaufiner ses techniques, souvent par essais et erreurs, faute de documentation sur les besoins de cette plante importée en climat québécois.

C’est d’ailleurs après avoir perdu 80 % des 60 000 plants mis en terre, à la suite d’un premier rude hiver, que Bleu Lavande a compris la nécessité de les recouvrir pour la saison froide, d’abord avec une épaisse couche de foin, avant d’opter pour des toiles géothermiques qui facilitent l’entretien, relève le connaisseur.

Si la lavande peut ainsi paraître capricieuse, il n’en est rien, assure-t-il. La recette qui garantit sa culture est simple : du soleil, un bon drainage (car la lavande ne redoute rien de plus que d’avoir les pieds dans l’eau) et un sol sablonneux. « À la plantation, on installe la lavande sur des buttons [de petits monticules] recouverts d’une toile géotextile pour limiter la prolifération d’autres herbes. On l’arrose à la plantation, puis on la laisse tranquille à moins d’une grande sécheresse », conseille l’intendant. Il ne reste plus qu’à tailler la plante aux deux tiers après sa floraison afin d’assurer une belle floraison l’année suivante.

Consultez le site de Bleu Lavande