Un Québécois en confinement qui a la chance d’avoir une cour arrière, qu’est-ce que ça fabrique, en hiver ? Une patinoire ! En voici 12, petites ou grandes, avec ou sans bandes, et presque toutes tirées d’un appel à tous auprès des lecteurs de La Presse.

Catherine Handfield Catherine Handfield
La Presse

PHOTO FOURNIE PAR FRÉDÉRIC TREMBLAY

Le directeur artistique David Laflèche passe une heure et demie par jour à entretenir son incroyable patinoire, sur un lac de Sainte-Adèle. C’est une première pour lui. Le but ? Retrouver son cœur d’enfant et passer le plus de temps possible à l’extérieur en famille, confie-t-il. « Depuis, ma fille a adopté le patin et ma blonde, le hockey », écrit-il.

PHOTO FOURNIE PAR GÉRÉMY BORDELEAU

Gérémy Bordeleau, de Repentigny, a demandé à son fils Samuel de dessiner la patinoire de ses rêves. Et son rêve a pris forme sous ses yeux.

PHOTO FOURNIE PAR WALTER CHAN

« Avec quelques calculs de stress, on a décidé de faire une patinoire sur la superficie entière du patio de notre maison de ville, à Laval », nous écrit l’ingénieur Walter Chan, marié à une enseignante de mathématiques. Ils ont deux filles âgées de 2 et 4 ans.

PHOTO FOURNIE PAR BENOÎT DUMAIS

La famille Dumais, de Saint-Pascal, près de Kamouraska, a engagé un nouveau gardien de but ! Voilà sept ans que Benoît Dumais construit une patinoire pour la famille. Il suit ainsi les traces de son père, qui a fait la même chose pour lui lorsqu’il était enfant.

PHOTO FOURNIE PAR FRÉDÉRICK ANTOINE MALLETTE

Même si sa cour n’est pas énorme, la famille Mallette, du quartier Côte-des-Neiges, à Montréal, est très fière de sa patinoire. Elle est bien assez grande pour échanger quelques rondelles en famille, non ? Le petit Jérôme s’y amuse beaucoup.

PHOTO FOURNIE PAR MATIAS DUQUE

Cette année, la patinoire de ruelle entre les rues Drolet et De Castelnau, dans le quartier Villeray, à Montréal, est plus populaire que jamais. « Nous en avons même fait une deuxième, derrière », nous écrit Matias Duque, sur la photo.

PHOTO FOURNIE PAR TOMMY FORTIN

Tommy Fortin, de Lévis, a opté pour un sentier glacé pour que ses enfants apprennent à patiner. « Ça les rend heureux, et moi, ça me tient occupé », dit-il.

PHOTO FOURNIE PAR SIMON BÉDARD

Passionné de hockey, Simon Bédard a reçu l’aide de voisins et d’amis pour construire une patinoire dans la cour de l’immeuble où il vit, à Pointe-aux-Trembles, en bordure du fleuve. Son souhait était de transmettre sa passion au fils de son propriétaire. Il a été exaucé.

PHOTO FOURNIE PAR ANNICK LAPLANTE

Pour que leurs trois adolescents puissent s’occuper (ailleurs que sur leurs tablettes !), Annick Laplante et Dominic Morand, de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, se sont lancés dans la construction d’une patinoire. C’est un baume pour leurs deux garçons, privés de leur saison de hockey.

PHOTO FOURNIE PAR CLAUDINE BISSONNETTE

Depuis près de 10 ans, Daniel Turcotte entretient une patinoire pour ses deux fils. « Il n’y a rien de plus mélodieux que le son de la puck qui frappe la bande de bois à répétition… surtout ces jours-ci, après 20 h », nous écrit Claudine Bissonnette, fière de son mari.

PHOTO FOURNIE PAR MAXIME DEMERS

Maxime Demers a construit pour ses trois enfants une patinoire d’environ 10 m sur 5 m dans sa cour, à Longueuil. Seul investissement : l’achat d’une toile. Tout le reste est recyclé, comme la « Zamboni », fabriquée avec un vieux contenant d’olives.