La célosie sauvage (Celosia argentea argentea) est une mauvaise herbe pantropicale. On pense qu'elle est probablement originaire de l'Asie et qu'elle se serait répandue en Afrique, dans le Nouveau Monde et les îles océaniques à la suite des déplacements des humains. Avec ses minces épis blanc argenté, elle ressemble assez peu aux célosies modernes aux couleurs flamboyantes et aux formes exotiques. Elle se distingue aussi des célosies cultivées par sa hauteur, car elle atteint facilement 1,80 m, alors que les variétés cultivées atteignent rarement la moitié de cette hauteur. C'est une annuelle ou une vivace de courte vie.

Publié le 25 janv. 2006
Larry Hodgson
Larry Hodgson COLLABORATION SPéCIALE, LE SOLEIL

La célosie sauvage (Celosia argentea argentea) est une mauvaise herbe pantropicale. On pense qu'elle est probablement originaire de l'Asie et qu'elle se serait répandue en Afrique, dans le Nouveau Monde et les îles océaniques à la suite des déplacements des humains. Avec ses minces épis blanc argenté, elle ressemble assez peu aux célosies modernes aux couleurs flamboyantes et aux formes exotiques. Elle se distingue aussi des célosies cultivées par sa hauteur, car elle atteint facilement 1,80 m, alors que les variétés cultivées atteignent rarement la moitié de cette hauteur. C'est une annuelle ou une vivace de courte vie.

Les formes cultivées s'échappent souvent de la culture dans les pays chauds, mais il n'y a aucun danger que la célosie devienne une mauvaise herbe chez nous. Si ses graines peuvent supporter le gel, notre saison n'est pas assez longue pour qu'elle puisse se ressemer efficacement. Ainsi, pour nous, il s'agit strictement d'une annuelle.

Deux des trois formes de la célosie: à gauche, la crête-de-coq, et à droite, la forme plumeuse.

La célosie est utilisée comme plante ornementale depuis au moins le XVIIIe siècle, alors que les formes plumeuses et crêtées sont devenues des annuelles populaires dans les plates-bandes européennes. C'est à cette époque qu'on a développé les variantes plus colorées, plus naines et aux fleurs plus grosses qui sont les formes les plus usuelles de nos jours. Les couleurs des variétés cultivées étaient tellement flamboyantes qu'on lui a donné le nom de Celosia, du mot grec signifiant «brûlant». De nos jours, les célosies ont des teintes voyantes de rouge, orange, jaune, rose et pourpre, parfois bicolores, et dans des hauteurs de 20 à 100 cm.

Trois formes

Il y a trois formes de célosie ornementale. La célosie plumeuse (C. argentea Groupe Plumosa) produit des épis multiples et dressés, créant ainsi un grand panache. C'est la forme la plus populaire et il en existe des dizaines de cultivars de toutes les tailles et couleurs.

La célosie crête-de-coq (C. argentea Groupe Cristata) est la plus curieuse et la plus mystérieuse des célosies. Ce qui était à l'origine un épi de petites fleurs s'est muté en une croissance ondulée et tortueuse qui fait penser, dans les cas les plus simples, à une crête de coq. Cependant, certaines variétés modernes produisent des épis tellement denses qu'on dirait plutôt de la cervelle! Cette mutation en crête de coq (on dit «fasciation» en langage horticole) est relativement commune dans la nature et vous trouverez ainsi plusieurs végétaux, notamment des cactées et des succulentes, qui poussent en forme de cervelle, mais habituellement la fasciation est seulement transmise par bouturage. Chez la célosie crête-de-coq, exceptionnellement, elle est transmise par semences.

La célosie blé ou célosie à épis (Celosia plumosa spicata, syn. C. spicata) est la moins courante des trois. Il s'agit, en fait, d'une plante très proche de la célosie sauvage, avec un mince épi en forme d'épi de blé. Jusqu'à récemment, les couleurs étaient des teintes plutôt mutées de rose, mais on commence à voir des couleurs plus chatoyantes, comme le violet. On l'apprécie notamment dans les arrangements de fleurs séchées, car elle conserve bien sa coloration.

Culture

La célosie apprécie la chaleur et ne germe pas bien à la fraîcheur. Ainsi, ce n'est pas un bon sujet pour les semis en pleine terre. On la sème plutôt à l'intérieur, quatre à six semaines avant le dernier gel. Comme les racines sont fragiles, mieux vaut la semer en godet de tourbe, ce qui permettra une transplantation sans stress.

Semez trois ou quatre graines par godet, les recouvrant d'une mince couche de terreau (pas plus de 6 mm), puis placez vos contenants sous un dôme ou un couvercle de plastique transparent, à une température de 21 à 27 °C. Aucune lumière n'est nécessaire au départ, mais quand les graines germent, soit dans les 10 à 15 jours, enlevez le couvercle et placez les semis dans un emplacement à une température d'intérieur normale (jamais moins de 15° C) et sous un bon éclairage.

Une fenêtre orientée au sud peut convenir ou encore une place sous une lampe fluorescente. Quand les plantes ont de quatre à six vraies feuilles, éclaircissez pour ne laisser qu'un seul plant par godet.

Vous pourriez sauter toute cette étape en achetant des plants en pépinière. Recherchez des célosies en cell-pak (multicellules) plutôt qu'en caissette traditionnelle: il est plus facile d'extraire les plants des multicellules sans endommager leurs racines. Ainsi, le plant continue sa croissance comme si de rien n'était. Quand on sépare de force des célosies poussant dans une caissette commune, il arrive souvent que les plants ne s'en remettent jamais et restent chétifs pour le reste de l'été.

Attendez que la température soit plutôt estivale avant de repiquer les célosies en pleine terre, soit habituellement au début de juin, quand les températures nocturnes demeurent au-dessus de 13 degrés Celsius.

Utilisations

Les célosies naines (20 à 35 cm) font d'excellentes plantes de bordure ou de massif, tandis que celles de taille moyenne (45 à 75 cm) sont habituellement utilisées dans le milieu de la plate-bande et en contenant. Les grandes célosies (100 cm) peuvent servir à l'arrière-plan, mais sont souvent cultivées en rangs pour la production de fleurs coupées et séchées. D'ailleurs, toutes les célosies font d'excellentes fleurs séchées.

La célosie fait aussi une excellente plante d'intérieur, à condition de pouvoir lui offrir le plein soleil.

Que de choix!

Vous découvrirez qu'il existe des dizaines de cultivars de célosie en couleurs séparées ou en mélange et dans les trois catégories. Le plus vaste choix est offert dans les catalogues de semences, comme de raison, mais certaines jardineries offrent aussi une belle gamme de variétés en sachet. Le choix du côté des plants à repiquer est nettement plus faible: la plupart des marchands n'offrent qu'une ou deux variétés. Si vous recherchez une hauteur, une forme et une couleur spécifiques, donc, mieux vaut acheter des semences.

Et voilà pour l'année de la célosie.