On se retrouve bien souvent dépourvu face à un pépin du quotidien. Parfois, le problème est moins grave qu’en apparence ; il s’agit de pouvoir en déterminer correctement la source. Des ouvriers et des réparateurs ont accepté de livrer leurs secrets.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

Daniel Beaulé, propriétaire de Service 2000 Électroménagers, est catégorique : il faut se donner la peine de lire le manuel d’instruction si on veut éviter les mauvaises surprises. Dans le cas d’un réfrigérateur, il faut s’assurer que le système de ventilation fonctionne convenablement pour éviter de faire forcer le moteur de l’appareil. « Il faut donc qu’il y ait suffisamment d’espace de dégagement à l’extérieur du frigo alors qu’à l’intérieur, il ne faut absolument pas bloquer les prises d’air qui font circuler l’air entre le frigo et le congélateur, explique M. Beaulé, qui répare des électroménagers depuis 18 ans. On voit parfois des sacs de plastique qui empêchent littéralement l’air de circuler, c’est la pire chose à faire. »

Selon le spécialiste, une mauvaise circulation d’air empêche le thermostat interne de détecter si la bonne température a été atteinte, ce qui fait forcer le compresseur. « C’est le cœur de l’appareil et ça coûte cher à remplacer, soutient Daniel Beaulé. En fait, c’est la pièce la plus dispendieuse, elle coûte au moins 500 $, plus la main-d’œuvre. »

Un autre truc très facile qui peut éviter des réparations coûteuses concerne le joint d’étanchéité de la porte. « On voit souvent des cas de négligence où des liquides ont coulé pour ensuite sécher dans le joint d’étanchéité, qui peut ainsi se décoller ou s’arracher, affirme le proprio de Service 2000 Électroménagers. Ça prend 30 secondes pour ramasser le dégât, on peut aussi passer une petite guenille tous les mois et le tour est joué, au lieu de payer 150 à 200 $ pour changer le joint d’étanchéité. »